Italie : le gouvernement ressort le projet de pont entre la Sicile et la botte

Le conseil des ministres italien a relancé la société de construction du pont sur le détroit de Messine, abandonné en 2013. Évoqué depuis deux siècles, la première pierre de ce chantier pharaonique n'a jamais été posée en raison du coût colossal de 6 milliards d'euros et de certains risques environnementaux et géologiques.
Matteo Salvini, ministre des Transports et des Infrastructures, milite pour la relance du chantier du pont de Messine.
Matteo Salvini, ministre des Transports et des Infrastructures, milite pour la relance du chantier du pont de Messine. (Crédits : ANTONIO PARRINELLO)

C'est l'un des serpents de mer de la vie politique italienne. Le nouveau gouvernement italien de Giorgia Meloni relance le projet pharaonique du pont sur le détroit de Messine, toujours promis mais jamais construit entre la côte est de la Sicile et la Calabre à l'extrémité ouest de la botte italienne. Lundi soir, le conseil des ministres a remis en activité la société chargée des travaux « Stretto di Messina » (Détroit de Messine), arrêtée en 2013. Le projet figure également dans le budget présenté mardi par la présidente du conseil Giorgia Meloni.

Les dirigeants italiens, Silvio Berlusconi en tête, sont nombreux à avoir rêvé de ce chantier colossal, qui vise à redynamiser la région du Mezzogiorno au sud de l'Italie, l'une des plus pauvres d'Europe. En 2001, le gouvernement Berlusconi avait initié ce projet du plus grand pont suspendu du monde, à la fois routier et ferroviaire sur 3,7 kilomètres.

Lancé en 2001, enterré en 2006, ressuscité en 2008, abandonné en 2011...

Son successeur à la tête du Conseil des ministres, Romano Prodi, l'avait abandonné en 2006 alors que l'entreprise de BTP italienne WeBuild avait gagné l'appel d'offres en 2005 et établi un devis de 3,9 milliards d'euros. Revenu aux affaires de 2008 à 2011, Silvio Berlusconi avait tenté de ressusciter le plan de construction, avant que le Parlement le contraigne à y renoncer en 2011, en pleine austérité.

L'actuel ministre des Transports et des Infrastructures Matteo Salvini, qui siège aux côté de Silvio Berlusconi dans la coalition actuelle, a repris le flambeau et milite pour (enfin) mettre sur pied ce chantier qui génèrerait, selon lui, 100.000 emplois. Pour un budget qui avoisine 6 milliards d'euros.

« Il ne s'agit pas d'une infrastructure sicilienne ou calabraise » mais cet ouvrage « peut et doit être un joyau au niveau planétaire », s'est vanté lors d'une conférence ce mercredi Matteo Salvini.

Risques sismiques et environnementaux

Ce dernier s'avance en évoquant le commencement des travaux dans deux ans.

« Techniquement, ce ne sera pas facile, le plan économique et financier doit être revu et le projet actualisé », a reconnu Matteo Salvini.

L'allié de Giorgia Meloni et de Silvio Berlusconi dans la coalition au pouvoir compte également solliciter un financement européen à Bruxelles..

Au-delà des fonds à débloquer, des géologues italiens ont déjà alerté sur le risque sismique dans cette zone volcanique.

Par ailleurs, la Commission européenne s'était déjà opposé au projet dans les années 2000 en l'absence « d'analyse d'impact environnemental » suffisant sur les conséquences du chantier de la part des autorités italiennes.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 23/11/2022 à 12:37
Signaler
Bonjour, Pas simple l'histoire, non seulement le détroit est large , mais la construction vas demander énormément d'argent... Actuellement les gros chantier publique sont frappés par un surcoût importants.... Bien sûr ils ne faut pas le dire... D...

à écrit le 23/11/2022 à 10:47
Signaler
Un tunnel ne serait pas possible ? Le projet pour relier Puttgarden (D) et Rødbyhavn (DK) fait 12km ou plus, posé sur le fond de la mer, va être fonctionnel d'ici 10 ans (Vinci je crois), le ferry qui fait la ligne (y a 4 bateaux, devenus 'hybrides')...

à écrit le 23/11/2022 à 8:20
Signaler
"en raison du coût colossal de 6 milliards d'euros" CE n'est pas colossal comme coût quand on regarde la nature des travaux à envisager c'est surtout les surcoûts que tout le monde odit craindre comme pour el chantier Lyon Turin dont le coût à triplé...

à écrit le 22/11/2022 à 20:57
Signaler
Un chantier qui ne sert à rien, tout comme la liaison électrique entre l'Irlande et la France

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.