L'Allemagne pourrait prolonger des centrales à charbon pour réduire sa dépendance au gaz russe

Alors qu'environ 30% de l'électricité injectée dans le réseau allemand provenait encore du charbon au premier trimestre 2021, Berlin réfléchit à prolonger certaines centrales pour réduire sa dépendance aux hydrocarbures russes.

3 mn

Des centrales à charbon en Allemagne, qui doivent initialement fermer en 2023. Mais la guerre en Ukraine change la stratégie énergétique allemande.
Des centrales à charbon en Allemagne, qui doivent initialement fermer en 2023. Mais la guerre en Ukraine change la stratégie énergétique allemande. (Crédits : Wolfgang Rattay)

Le guerre en Ukraine bouleverse la stratégie énergétique de l'Europe et risque d'impacter la transition écologique. Alors que l'Allemagne a peur de manquer de gaz l'hiver prochain, le pays envisage de suspendre la fermeture programmée de certaines centrales électriques au charbon dans le cadre d'un plan visant à réduire sa dépendance à l'égard des énergies fossiles russes et à réduire sa facture énergétique, selon un projet que Reuters a pu consulter mercredi.

A LIRE AUSSI | Climat : comment Berlin compte se sevrer définitivement des énergies fossiles

"Dans ce contexte, le démantèlement des centrales à charbon pourrait être suspendu jusqu'à nouvel ordre après une analyse" menée par le régulateur du secteur, peut-on lire dans ce projet. Celui-ci devrait être finalisé dans la journée par les dirigeants des partis de la coalition gouvernementale, a-t-on appris de sources au sein de la coalition.

La part du charbon dans l'électricité allemande augmentait avant même le début de la guerre

Les négociations en cours s'inscrivent dans la continuité des propos du chancelier allemand, Olaf Scholz (SPD). Il avait affirmé début mars que Berlin chercherait à constituer une réserve de charbon pour faire face à la menace russe.

Afin de pallier la sortie du nucléaire, l'Allemagne se trouvait déjà confrontée à une hausse de la part de charbon dans sa consommation d'électricité, le temps, notamment, que les énergies renouvelables montent en puissance. Ainsi, en 2021, la production d'électricité à partir de charbon avait déjà crû de près de 18%, et le conflit en Ukraine devrait donc amplifier le phénomène.

Au global, bien que la demande de ce combustible en Allemagne ait été divisée par trois depuis 1990, 28,9% de l'électricité injectée dans le réseau du pays provenait encore de centrales à charbon au premier trimestre 2021, « contre 13% en moyenne dans l'Union européenne », peut-on lire dans une récente note de l'Institut Jacques Delors sur le sujet. Et l'explosion récente des prix du gaz avant la guerre avait encore accentué le phénomène. Rappelons que le lignite, ce charbon dont l'Allemagne exploite d'immenses mines à ciel ouvert, est le combustible le plus polluant de tous.

Surtout, le pays dépend de la Russie pour plus de la moitié  - entre 50% à 75% estime Eurostat - de ses importations de gaz naturel, contre environ 40% en moyenne pour l'ensemble de l'Union européenne. Au premier semestre 2021, elles avaient même augmenté de 20%.

Dépendance au gaz russe

De plus, l'Allemagne, qui devait sécuriser ses approvisionnement de gaz russe via le projet Nord Stream 2, ne peut plus compter sur cette infrastructure qui a coûté 9,5 milliards d'euros. Suite à l'invasion russe, Berlin a en effet décidé de ne pas mettre en service ce pipeline, dont les travaux sont pourtant achevés. En reliant directement la Russie à l'Allemagne par la Baltique, l'infrastructure devait doubler les capacités de livraison du gazoduc Nord Stream 1 inauguré en 2012, qui suit le même tracé en évitant l'Ukraine.

Enfin, concernant le nucléaire, plus de dix ans après la décision du pays de sortir de l'atome, la guerre en Ukraine a rouvert le débat. En effet, afin de s'offrir des marges supplémentaires, précieuses dans la situation actuelle d'explosion des prix de l'énergie, Berlin avait ouvert la voie à un possible prolongement de ses dernières centrales nucléaires, dont la fermeture est prévue avant 2023. Pour l'heure, la position de l'Allemagne reste identique : l'atome cessera d'alimenter le pays à cette date.

A LIRE AUSSI | Prolonger le nucléaire : le tabou saute en Allemagne face à la menace russe

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 23/03/2022 à 22:28
Signaler
L'Allemagne ne jure que par l'éolien et le solaire depuis des années. Ca coute bonbon et la production est intermittente. Résultat, l'Allemagne construit des centrales à gaz pour compenser l'intermittence. Au passage le gaz est une energie fossile...

à écrit le 23/03/2022 à 19:05
Signaler
Bonjour, Ils a bien fallu faire un choix.... Soit prolonger les centrales nucléaires ou prolonger les centrales a charbon....

à écrit le 23/03/2022 à 17:37
Signaler
Et on emmierde les frenchs lapinous avec des taxes climatiques a tout va. Au second tour, tout sauf juju.(je viens de recevoir ma nouvelle carte, ouf)

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.