L'exécutif catalan ferme un peu plus la porte à une entente avec Madrid

 |   |  533  mots
Oriol Junqueras n'a pas dévoilé les intentions du président catalan, mais a regretté que le gouvernement espagnol rejette chaque jour la possibilité d'une médiation internationale.
Oriol Junqueras n'a pas dévoilé les intentions du président catalan, mais a regretté que "le gouvernement espagnol rejette chaque jour" la possibilité d'une médiation internationale. (Crédits : Enrique Calvo)
L'offre de dialogue présentée au gouvernement espagnol "doit avoir comme référence la construction de la république et notre engagement à l'indépendance", a déclaré samedi le numéro deux du gouvernement catalan, Oriol Junqueras. Le président de la Généralité de Catalogne, Carles Puigdemont, doit répondre avant 10h00 lundi à Madrid, qui l'a sommé de "clarifier" sa position sur son projet de conduire la région à l'indépendance.

Il n'y aura pas de retour en arrière sur la question de l'indépendance. C'est le sens de l'avertissement lancé samedi 14 octobre par le numéro deux du gouvernement catalan, Oriol Junqueras.

"Il faut être clair que la meilleure manière de parvenir à la république et à l'indépendance est de parler avec tout le monde, au moins avec la communauté internationale. Mais en même temps nous avons l'engagement sans équivoque et absolu de remplir le mandat du 1er octobre", a-t-il déclaré à Barcelone lors d'un discours au siège du parti Gauche républicaine de Catalogne (ERC) dont il est le président. Ainsi, l'offre de dialogue présentée au gouvernement espagnol "doit avoir comme référence la construction de la république et notre engagement à l'indépendance", estime l'ancien député européen

Appel à l'unité des indépendantistes

Cette mise au point d'Oriol Junqueras intervient alors que le président de la Généralité de Catalogne, Carles Puigdemont, doit répondre avant 10h00 lundi à Madrid, qui l'a sommé de "clarifier" sa position sur son projet de conduire la région à l'indépendance. Si le dirigeant séparatiste persiste, le gouvernement lui accordera un délai supplémentaire, jusqu'au jeudi 19 octobre à 10h00 pour faire machine arrière, avant de prendre le contrôle de la Catalogne comme le lui permet l'article 155 de la Constitution.

 Oriol Junqueras n'a pas dévoilé les intentions du président catalan, mais a regretté que "le gouvernement espagnol rejette chaque jour" la possibilité d'une médiation internationale,  et a appelé à "l'unité" du camp indépendantiste, alors que la frange la plus dure des séparatistes a mis ces derniers jours la pression sur Carles Puigdemont pour rompre sans ambiguïté avec Madrid. "Cette unité est essentielle pour mener à bien la république", a déclaré Oriol Junqueras, qui est visé par une enquête pour "désobéissance", "prévarication" et "malversation de deniers publics" après l'organisation du référendum du 1er octobre.

Madrid s'attend à une nouvelle réponse "ambiguë"

Les indépendantistes catalans s'appuient sur les résultats du référendum d'autodétermination interdit du 1er octobre, qu'ils affirment avoir remporté avec 90% des voix et 43% de participation, pour réclamer le divorce avec Madrid. Le dirigeant séparatiste catalan Carles Puigdemont a unilatéralement déclaré l'indépendance de la République Catalogne mardi, avant de suspendre aussitôt la déclaration pour permettre une discussion avec Madrid. Le président de la Généralité, qui réclame une médiation internationale, n'a toutefois pas donné de détails sur d'éventuelles conditions de ce dialogue.

Fidèle à sa ligne de conduite, le gouvernement espagnol du Premier ministre conservateur Mariano Rajoy a catégoriquement rejeté cette offre en appelant les séparatistes de revenir sur le chemin de "la légalité". À Madrid, on s'attend à une nouvelle réponse "ambiguë" de la part de M. Puigdemont.

"Si c'est le cas, cela signifiera qu'il ne veut pas le dialogue et le gouvernement espagnol devra alors appliquer les mesures nécessaires pour initier un retour à la normale", a averti le ministre de l'Intérieur Juan Ignacio Zoido Alvarez.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2017 à 8:16 :
ce n'est pas l'executif catalan qui ferme la porte ...elle a été fermée , et à double tour par Madrid ...!
a écrit le 16/10/2017 à 21:56 :
Je ne sais pas qui ferme la porte, mais aujourd'hui même Madrid vient de mettre en prison les présidents de deux grandes associations de la société civile catalanr, l’ANC i Òmnium Cultural.
Réponse de le 17/10/2017 à 8:17 :
ANC et Omnium ne sont pas ...deux grandes assoc. ...regardez les chiffres ...
a écrit le 16/10/2017 à 16:25 :
espérons que les espagnols et catalans trouveront le moyen de se parler et de se rappeler ce qui a été construit en commun. Il y a dans l'idée d'indépendance un souhait populaire qui est respectable, mais qui tient pour partie d'un fantasme. Comme d'autres l'ont fait remarquer, on peut choisir auprès de qui on est dépendant, c'est déjà ça....
D'un autre côté, la lecture institutionnelle faite par Madrid est terriblement abstraite. La Loi fondamentale, etc, c'est bien joli et je ne connais pas la Constitution espagnole, mais il est rare que les constitutions soient habitées par un esprit supérieur, qui élève ceux qui s'y réfère. C'est un peu la cruauté de cette lecture institutionnelle pour les catalans : espèrent ils vraiment une constitution de meilleure qualité que celle de l'Espagne?
Réponse de le 16/10/2017 à 18:51 :
La votation en catalogne a révélé un désir majoritaire de s'affranchir de l'Espagne. Soyons respectueux de ce choix à l'auto-détermination .
Réponse de le 16/10/2017 à 21:33 :
Pour comprendre le rôle du Partido Popular (et des Castillans dont il est très représentatif) dans la genèse de la situation actuelle, vous devriez lire "Des enchantements de don quichotte à l'idéalisation de la situation espagnole" de Clément Tournier (Indigo, 2014).
Réponse de le 17/10/2017 à 4:52 :
Alors 90% de 43% cela fait la majorité...
Pas fort en math les Catalans !!
Réponse de le 17/10/2017 à 8:18 :
vous devriez faire la difference entre :
catalans ...et independantistes catalans ...
Réponse de le 17/10/2017 à 15:14 :
@majoritaire: et 20% des voix des inscrits au 1er tour en France, c'est une majorité ? Ce n'est pas à nous, mais aux Catalans de décider de leur sort et Madrid doit accepter une consultation populaire pour en débattre :-)
a écrit le 16/10/2017 à 11:16 :
Avec Poutine et Trump l'Europe si elle ne se défend pas sera bientôt un champ de ruine ! Bien sûr qu'ils sont derrière cette pseudo demande d'indépendance. Ces gens sont ni plus ni moins en train de demander le morcellement de l'Espagne et ils ne sont pas encore en prison ? C'est sûr que Poutine et Trump jouent sur du velours avec des mous pareils !
a écrit le 15/10/2017 à 23:48 :
Catalanes no pasaran espagna unida una solamente ?
a écrit le 15/10/2017 à 19:30 :
Une indépendance légitime d'une population qui a connu la souveraineté Catalane depuis des siècle . Exemple: L'Irlande
Réponse de le 15/10/2017 à 22:57 :
Eclairez donc notre lanterne et rappelez nous la dernière fois que la Catalogne a réellement été un état indépendant....et non une autonomie ou une région dans un royaume....Un état, c'est à dire avec une ambassade à l'étranger et une armée autonome. Ceci étant, cela ne les empêche pas de revendiquer une indépendance si ils en ont envie. Encore faudrait il que le 'ils' soit majoritaire ce qui ne serait établi que par un scrutin correctement organisé et non pas l'expression de la frange la plus 'ultra' du coin. Fart de riure...
Réponse de le 16/10/2017 à 10:44 :
Aucun scrutin antérieur n'indique la légitimité de l'indépendance. Ni le "référendum" où environ 35% des inscrits se sont prononcés pour celle-ci, ni les élections au parlement local où bien que majoritaires en sièges, les partis indépendantistes ne l'ont pas été en voix.
Réponse de le 16/10/2017 à 15:12 :
Comment peut on être aussi ignare de l'histoire pour écrire des stupidités pareilles ?
Le conflit britanico-irlandais n'a pas cessé depuis le moyen-âge, alternant période d'indépendance et de colonisation britannique. Le point de non retour a été atteind vers 1800 avec une union imposée par UK, qui n'aura tenu qu'un siècle.
La catalogne elle a toujours été intégrée à l'Espagne (sauf sous Napoléon), avec une certaine autonomie mais toujours sous l'autorité du roi. La catalogne est l'Espagne, comme la Franche Comté ou la Bourgogne sont la France, même si il existe encore des cultures locales.
a écrit le 15/10/2017 à 19:28 :
Poutine doit bien se marrer, pendant que tous les idiots utiles ânonnent "l'Europe et l'oligarchie n'aime pas les régions", lui qui est le seul vrai oligarque dans l'histoire voit son plan de morcellement de l'UE se réaliser.
a écrit le 15/10/2017 à 8:52 :
l'Europe ne veux pas des régions trop difficile à gérer ils ont déjà du mal avec les pays l'oligarchie n'aime pas trop ce qui est brexit ou referundum . ils aiment bien des pays centralisée comme La France malheureusement notre gros problème est de n'avoir pas de régions autonomes
a écrit le 15/10/2017 à 8:11 :
Être indépendant est une utopie dans notre monde actuel, si l'on est pas dépendant des uns, on est dépendant des autres!
a écrit le 14/10/2017 à 20:40 :
Ils ont eu Franco mais ça ne leur a pas suffit.
Alors qu'ils ont l'autonomie et la prospérité (ayant voté à 90% pour la Constitution Espagnol en 1978), ils en redemandent et s'assurent d'une livraison imminente.

Ça doit être du masochisme (en plus pour rester dans l'EU, comme quoi ils en veulent).
a écrit le 14/10/2017 à 19:26 :
L'extrémisme ne mène à rien si ce n'est au malheur.
La Catalans ne sont pas oppressés comme certains d'entre eux voudraient le faire croire.
L'attitude séparatiste est le plus court chemin aux haines et non du vivre ensemble.
C'est aussi région riche contre régions pauvres dans ce cas, une dimension a ne pas oublier.
a écrit le 14/10/2017 à 18:17 :
L'Europe des régions c'est encore trop tôt pour l'oligarchie européenne, elle n'a pas encore infiltrée tout ses pions dans chacune d'elles.
Réponse de le 15/10/2017 à 7:48 :
L'Europe à tout intérêt à voir les États se décomposer en faveur de "super régions".
Casser l'identité nationale et les cultures de chaque pays afin que les pouvoirs se concentrent sur Bruxelles et les capitales régionales. "Diviser pour mieux régner".
D'ailleurs, nos gouvernements et parlements respectifs n'ont déjà plus beaucoup de pouvoirs...
Réponse de le 15/10/2017 à 18:28 :
En effet nos politiciens nationaux sont des coquilles vides vu que ce ne sont plus que des serviteurs.

Vite un frexit
Réponse de le 16/10/2017 à 15:05 :
Votre aveuglement anti UE est telle que vous écrivez n'importe quoi. L'Europe des régions, cela serait le rêve pour une oligarchie. Divisez pour mieux régner.
Si l'UE avait pour vocation à écraser les peuples - ce que vous passez votre temps à dénoncer dans des posts LePenoMélenchoniste, , elle pousserait à la décomposition des états en région impuissante.
Non, l'UE sait qu'elle ne peut apporter prospérité et paix que si les nations qui la composent sont assez puissantes.
Réponse de le 16/10/2017 à 15:47 :
"ce que vous passez votre temps à dénoncer dans des posts LePenoMélenchoniste,"

Vu que c'est entièrement faux c'est de la diffamation pure et dure, bref le traitement auquel les inquisiteurs néolibéraux m'ont habitué depuis bien trop longtemps.

Je répondrais à votre commentaire quand vous aurez retirer toute la haine que vous avez au bout du clavier, en attendant bien entendu je signale une énième fois votre commentaire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :