La Grèce a un matelas de sécurité de 30 milliards d'euros (Tsipras)

 |   |  270  mots
Alexis Tsipras, Premier ministre grec.
Alexis Tsipras, Premier ministre grec. (Crédits : Reuters)
Le Premier ministre grec assure disposer d'une réserve de trésorerie qui rend le pays autonome vis-à-vis des marchés financiers pour deux ans et demi. Il table sur un dépassement du budget primaire largement supérieur à 3,5% en 2019 et promet des baisses d'impôts pour les particuliers et les entreprises.

La Grèce dispose d'un matelas de sécurité de près de 30 milliards d'euros (équivalent à 15% du PIB 2017), qui devrait lui permettre de ne pas avoir besoin de se financer sur les marchés financiers en période de grande volatilité, a déclaré dimanche le Premier ministre grec, Alexis Tsipras. Cette réserve de trésorerie est suffisante pour assurer l'autonomie du pays pendant deux ans et demi, a-t-il précisé.

"Surveillance renforcée" post-plan de sauvetage

Il a également estimé que la Grèce ne pensait pas devoir réduire les pensions de retraite ou augmenter les impôts sur les bénéfices en 2020, car Athènes comptait dépasser les objectifs d'excédent budgétaire fixés dans le cadre d'une "surveillance renforcée" post-plan de sauvetage, visant à s'assurer qu'Athènes ne reviendra pas sur les réformes acceptées.

Eviter une nouvelle réduction des pensions de retraites

Alexis Tsipras a déclaré lors d'une conférence de presse, que le gouvernement présenterait ses projections économiques à la Commission européenne à la mi-octobre. Dans le cadre de ces calculs, a-t-il dit, Athènes espère "dépasser de loin" l'excédent budgétaire primaire de 3,5% pour l'année prochaine, un niveau qui lui permettrait de ne pas procéder à de nouvelles réductions des pensions de retraite.

Samedi, le chef du gouvernement a dévoilé un vaste plan de baisse de la fiscalité, destiné aux entreprises et aux particuliers, moins d'un mois après la sortie de la Grèce du programme de sauvetage financé par ses partenaires européens et le FMI.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/09/2018 à 10:14 :
une Europe du chacun pour soi ! au bord d un précipice .. pour la finance uniquement cette politique des riches
a écrit le 10/09/2018 à 10:12 :
une Europe du chacun pour soi ! au bord d un précipice .. pour la finance uniquement
a écrit le 10/09/2018 à 8:24 :
au lieu de baisser les impots des grecs qui ne sont pas prompts a les payer, il pourrait rembourser les 100 milliards de dettes qui ont ete annulees!
greve de plaisanterie ( comme on dit a la cgt), c'est au moins un bon argument pour eviter qu'on leur efface encore une partie ' payee par personne'
au moins il devient presque raisonnable et presque credible
a écrit le 10/09/2018 à 6:37 :
Si c'est vrai, je propose de virer, sans indemnités ni retraites, l'ensemble de nos politiciens véreux nationaux et de nous mettre sous la protection de la classe politique grecque.
a écrit le 09/09/2018 à 16:42 :
Qu'ils en profitent pour revenir a la réalité et arrêter d'être une province de cet administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :