Sauvetage bancaire : la Cour de justice de l'UE renforce la position italienne

 |  | 1248 mots
La Cour de justice de l'UE, basée à Luxembourg, affirme la possibilité pour un Etat de l'UE d'aider directement ses banques. A ses risques et périls.
La Cour de justice de l'UE, basée à Luxembourg, affirme la possibilité pour un Etat de l'UE d'aider directement ses banques. A ses risques et périls. (Crédits : Reuters)
Une décision de la CJUE sur le cas du sauvetage bancaire slovène souligne la possibilité - risquée - pour un pays de sauver ses banques par une aide d'Etat. Un point important dans le cadre des discussions actuelles entre Rome et Bruxelles.

La Cour de Justice de l'UE (CJUE) s'invite dans le débat sur les sauvetages bancaires. Saisie par la Cour constitutionnelle slovène concernant les modalités de l'aide apportée aux banques de ce pays en 2013, la CJUE a validé la contribution « forcée » de certains créanciers à la restructuration du secteur. En décembre 2013, l'Etat slovène et la banque centrale du pays, la Banka Slovenije (BS), avaient dû renflouer à hauteur de 3,2 milliards d'euros cinq banques du pays. Pour obtenir l'accord de Bruxelles sur cette aide d'Etat et éviter de recourir à un programme du Mécanisme européen de stabilité, Ljubljana avait fait participer des actionnaires et un certain nombre de créanciers subordonnés de ces banques au renflouement des établissements pour un montant total de 600 millions d'euros. C'était cette méthode qu'un créancier a contesté devant la justice slovène qui, finalement, a demandé sa validation à Luxembourg.

La banque centrale slovène soulagée

Or, la CJUE a donné raison à Ljubljana et Bruxelles. « La Commission peut adopter dans l'exercice de son pouvoir d'appréciation, des lignes directrices afin d'établir les critères sur la base desquels elle entend évaluer la compatibilité avec le marché intérieur de mesures d'aide envisagées par les Etats membres », a indiqué la Cour. Le montage slovène et les conditions fixées par Bruxelles sont donc validés. C'est là une très bonne nouvelle pour la Banka Slovenije et son gouverneur Boštjan Jazbec, dont le rôle dans le cadre de ce sauvetage a été très contesté.

Mais si la méthode et la participation de certains créanciers au sauvetage est validé, la Banka Slovenije doit toujours faire face à des accusations en Slovénie concernant les modalités de ce partage du fardeau. Les créanciers concernés estiment qu'il n'a pas été juste et a visé à protéger certains actionnaires et créanciers des trois banques. Dans le cadre de cette enquête, des perquisitions ont été menées par la police slovène au siège de la banque centrale, ce qui a soulevé l'indignation de Mario Draghi. Encore une fois, et comme c'est souvent son habitude, la CJUE vient en appui aux institutions européennes critiquées, ici, la Commission et la BCE. Mais en Slovénie, l'affaire n'est pas close et les responsables de la BS devront sans doute répondre devant la justice de certains de leur choix.

Le bail-in, au cœur de la résolution des crises en Europe

Le cas slovène n'est cependant pas celui qui préoccupera le plus les observateurs. Cette affaire « Kotnik », du nom du plaignant a une portée qui dépasse les frontières de l'ex-Etat yougoslave. La décision va être épluchée par les juristes, notamment italiens. Car cette décision porte sur une des méthodes les plus sensibles du moment : le fameux « bail-in » des banques, autrement dit le renflouement des établissements financiers par ses « propres moyens », ceux qu'elle a à sa disposition au passif de son bilan : son capital, ses dettes et ses dépôts. Un « bail-in » réduit donc le passif à la hauteur des pertes de l'actif en mettant à contributions les actionnaires, les créanciers et les déposants. Outre le cas de la Slovénie, cette méthode a été utilisée à Chypre en avril 2013 et est devenue le cœur du processus de résolution des crises de l'union bancaire à partir du 1er janvier dernier. Avant toute aide d'Etat, il faut, selon la directive de la Commission un « bail-in », plus large, du reste que  celui de la Slovénie, puisqu'il inclut les déposants de plus de 100.000 euros.

Refus du bail-in en Italie

Or, l'Italie, qui est confrontée à une crise bancaire et va devoir renflouer le secteur, souhaite éviter le « bail-in » parce que la dette subordonnée des banques italiennes a été vendue aux ménages comme des placements « sûrs », à une époque où les règles du bail-in n'existaient pas. La moitié de cette dette est donc désormais détenue par des ménages. Matteo Renzi, le président du Conseil italien, en difficulté politique, ne peut se permettre de ruiner ces ménages. Il doit donc tenter d'obtenir le droit de la Commission de contourner les règles du « bail-in », notamment en se prévalant d'un article de la directive BRRD (celle qui détermine la résolution bancaire) qui autorise l'aide aux banques « solvables » en cas de « risque pour la stabilité financière ». Il n'est cependant pas certain que cette exception suffise ou soit acceptée. A Bruxelles ou à Berlin, on reste obsédé par le « respect des règles » et le sauvetage d'une union bancaire qui a eu tant de mal à naître.

Pas obligation du bail-in

Dans ce contexte, qu'apporte la décision de la CJUE ? Elle valide la possibilité d'un bail-in comme condition à une aide d'Etat, comme dans le cas slovène, mais ce n'est pas une obligation. « La Cour estime qu'un Etat membre n'est pas tenu d'imposer aux banques en difficulté, préalablement à l'octroi de toute aide d'Etat, de convertir les titres subordonnés en fonds propres ou de procéder à une réduction de leur valeur, ni de faire contribuer pleinement ces titres à l'absorption des pertes », estime la CJUE. En clair : un Etat peut se passer de bail-in. C'est un appui à la position italienne qui pourrait donc, en se prévalant de cette règle, décider de renflouer directement ses banques.

Limites au passage en force

Mais la CJUE apporte une limite à ce « passage en force » qui pourrait tenter Rome. D'abord, la Cour précise qu'alors, l'Etat et les banques concernées prennent « le risque de se voir opposer une décision de la Commission déclarant cette dernière incompatible avec le marché intérieur ». Cette aide d'Etat est possible, mais elle ne pourra pas, précise la CJUE, être considérée comme « limitée au strict nécessaire ». D'où le risque d'une annulation dans le cadre des compétences de respect de la concurrence de la Commission. Ce n'est donc pas une invitation à aider directement les banques que donne la cour de Luxembourg, bien plutôt à poursuivre les négociations. Du reste, la décision slovène s'appuie sur une situation, celle de 2013, où la directive BRRD n'existait pas.

L'Italie renforcée dans la discussion, mais...

Cette décision ne tranche donc rien, mais elle donne une arme à Matteo Renzi : si Bruxelles ne bouge pas, il pourra toujours organiser le « bail out » des banques, au risque d'entrer, plus tard, dans un conflit avec la Commission. C'est un élément important qui redonne dans la discussion, du poids à la position du gouvernement italien. Mais c'est un poids relatif et la volonté de Bruxelles de s'en tenir à la directive BRRD reste un obstacle majeur. Le marché a donc réagi négativement à la décision de la CJUE et merdi, les valeurs bancaires italiennes étaient encore attaquées.

Plus que jamais, le mécanisme de résolution de l'union bancaire apparaît comme inadapté compte tenu des différentes situations nationales dans la zone euro. Le cas italien pourrait être traité plus efficacement par une méthode de proportionnalité du partage des pertes ou de remboursement au prix d'achat, non du marché, ou, encore, comme en Islande en 2008, par une distinction entre les créanciers et déposants selon leur importance pour l'intérêt général.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2016 à 23:55 :
"selon leur importance pour l'intérêt général."... L'intérêt général du capitalisme me semblait être la privatisation des gains pour une meilleure socialisation des pertes. Soit, la formation du capital. Et, de fait, je pense ne pas être le seul à constater une perte de pouvoir de tous les états, soit, les peuples, par un rinçage de leur capital. Le peuple. Un truc à supprimer.
a écrit le 19/07/2016 à 15:34 :
Pour mieux comprendre, peutêtre faudrait il aussi expliquer que
1) Le bail-in des règles Européennes ca veut dire que les actionnaires et créanciers importants (détenants plus de 100.000 euros en banque) sont mis à contribition de manière prioritaire pour recapitaliser, alors que le modèle alternatif, c'est le bail-out (promu ici par l'Italie) dans lequel ce sont les contribuables qui payent la note intégralement.

2) le cas Islandais mentionné par Romaric Godin est en réalité a laisser tomber les déposants européens non-italien pour favorier les déposants italiens. On appelle ca de la discrimination pure et simple, ce qui pose logiquement probleme dans le cadre d'un avenir européen.

3) On rappellera qu'un certain nombre de banque Italienne dans la tourmente ont des actionnaires italiens TRES impprtant et en meme temps TRES proche du pouvoir en italie. Or le bail-in des règles européennes ferait payer sans aucun doute possible dans une proportion importante ces gros actionnaires. Ca vaudrait bien au moins une ligne dans cet article?
Réponse de le 20/07/2016 à 0:00 :
Et, aussi, pour mieux comprendre, il faut juste savoir que l'Italie, inventrice des banques, fut en faillite quand l'Angleterre ne put plus rembourser ses dettes en 1343... L'Histoire n'est qu'un éternel recommencement sauf pour ceux qui l'ignore...https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_des_banques_en_Europe
a écrit le 19/07/2016 à 12:56 :
Sauf qu'il y à 360 milliards de créances douteuses juste dans les banques italiennes, et les autres. Cherchez les erreurs....
a écrit le 19/07/2016 à 12:20 :
Hé oui, une énième preuve que le néolibéralisme c'est l'individualisation des gains et la socialisation des pertes.

Merci la corruption entre hommes d'affaires et politiciens.
Réponse de le 19/07/2016 à 14:31 :
Vous avez bien raison...
Très peu de commentaires pour cet article, la brebis moyenne n'y comprennant rien et restant noyée dans sa doxa mondialiste...pauvre France
Réponse de le 19/07/2016 à 14:56 :
Avez vous reellement compris de quoi il s'agit?
On va faire simple: etes vous pour le bail-in (les actionnaires et plus gros crediteurs épongent en grande partie la facture) ou le bail-out (les contribuables payent la facture?
Car ici, les règles européennes favorisent le bail-in au bail-out et essayent donc d'eviter que l'ensemble des contribuables ne payent la facture.
vous trouvez ca injuste et préferez que le contribuable ne paye seul peut etre?.
Réponse de le 20/07/2016 à 11:37 :
"Pas obligation du bail-in"

J'ai parfaitement compris kida, maintenant est-ce que vous pourriez arrêter de me coller je vous prie ?

Il est facile de constater que vous ne m'aimez pas, sans me connaître d'ailleurs, seulement parce que vous n'aimez pas ce que j'écris. Ne me lisez donc pas tout simplement si ce que je dis vous donne des ulcères.

Et si vous n'aimez pas ce que je dis merci de m'opposer des arguments valables et non systématiquement de vous référer à une incompréhension de texte de ma part.

Stratégie qui en fait me fait me demander si c'est seulement pour me troller ou bien si c'est surtout parce que vous mêmes êtes complètement incompétent économiquement et du coup êtes persuadé de détenir la vérité.

La science infuse étant la croyance des golden corbeaux.

Et je fais l'effort de vous répondre à chaque fois ne sachant même pas si vous daignez les lire.

Peut-être que vous devriez vous trouver une occupation non ? Ce serait bien plus sain comme comportement, votre obsession vis à vis de ma personne étant particulièrement étrange et l'expression d'une certaine forme de pathologie.

Merci.
Réponse de le 20/07/2016 à 11:39 :
Cher toto, l'économie est une discipline simple mais que les spécialistes ont fait exprès de compliquer afin justement que les citoyens ne voient pas à quelle sauce on les mange.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :