Zone euro : l'activité privée pâtit des mauvais résultats de la France

 |   |  510  mots
C'est une énorme déception,  a commenté Chris Williamson, chef économiste à Markit.
C'est "une énorme déception", a commenté Chris Williamson, chef économiste à Markit. (Crédits : © Yves Herman / Reuters)
En dépit du coup de pouce donné par l'euro faible et l'assouplissement quantitatif mis en place en mars par la BCE, l'activité du secteur privé s'est tassée en zone euro, d'après le cabinet Markit. La croissance a été quasiment nulle en France.

La croissance du secteur privé européen n'a pas répondu aux attentes en avril en raison d'un ralentissement des nouvelles commandes imputable pour l'essentiel à une activité poussive en France. En zone euro, la croissance de l'activité privée s'est tassée, avec un PMI composite à 53,5 contre 54 le mois précédent, a indiqué jeudi 23 avril le cabinet Markit qui publie cet indicateur. L'estimation la plus basse du consensus Reuters donnait en moyenne un indice de 54,4. Lorsque le PMI est supérieur à 50 points, cela signifie que l'activité progresse, tandis qu'elle se replie s'il est inférieur à ce seuil.

"L'estimation flash de l'enquête d'avril signale un ralentissement de la croissance de l'activité globale dans la zone euro par rapport au plus haut de 11 mois enregistré en mars", a souligné Markit.

C'est "une énorme déception". "Contrairement aux attentes, le programme d'assouplissement quantitatif de la BCE n'a pas encore réussi à stimuler la reprise naissante observée en début d'année", a commenté Chris Williamson, chef économiste à Markit. Ce constat intervient en dépit du coup de pouce donné par un euro affaibli aux exportations et par le programme d'assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne (BCE) lancé en mars.

Croissance presque nulle en France dans le secteur privé

La croissance de l'activité du secteur privé français a été quasi-nulle en avril. Elle a reculé à 50,2 contre 51,5 en mars. Le secteur manufacturier s'est contracté plus nettement qu'en mars, tandis que les services croissaient nettement moins,. L'indice "flash" du secteur manufacturier a reculé à 48,4 contre 48,8 en mars, interrompant l'amélioration des deux mois précédents. Ceci signale une poursuite de la contraction sans pause depuis mai 2014.

L'indice du secteur des services a quant à lui reculé à 50,8 contre 52,4 en mars, se maintenant au-dessus de la barre de 50 pour le troisième mois d'affilée. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en moyenne un indice manufacturier en hausse à 49,2 et un indice des services en légère hausse à 52,5.

Selon Jack Kennedy, économiste chez Markit, "la croissance de la production s'est quasiment arrêtée en avril, signalant la persistance d'un environnement économique moribond en France".

Ralentissement en Allemagne

Si Berlin n'est pas épargné par ce ralentissement de l'activité, l'Allemagne a tout de même connu vu son indice PMI croître pour le 24e mois d'affilé, restant largement au-dessus de la barre des 50. Cet indice Markit est ressorti à 54,2 en version flash en avril contre un pic de huit mois de 55,4 en mars.

"La croissance a vraiment été impressionnante sous bien des aspects à la fin du premier trimestre et maintenant on ralentit un peu", commente Chris Williamson, ajoutant que l'emploi résiste toujours, ce qui est un signe encourageant.

Le sous-indice du secteur manufacturier a contre toute attente reculé à 51,9 contre 52,8 en mars et 53,0 attendu. Le sous-indice des services a lui aussi fléchi de manière inattendue, à 54,4 contre 55,4 en mars et 55,5 attendu.

Le gouvernement a relevé mercredi ses prévisions de croissance de 2015 et 2016 mais la projection de 2015 est moins élevée que celle des instituts de conjoncture.

 (Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2015 à 16:20 :
c'est normal .. car en europe on court à celui qui "piquera la croissance du voisin". la France n'a pas fait d'austérité (bien que certains pleurent sur les hausses d'impots minimes comparées aux autres) et a vu sa competitivité s'erroder face au Sud. Le Sud remonte la tête car "il pique des marché" aux produits Français. Toutes choses égales par ailleurs c'est un peu un jeu de vases communiquants : il y a toujours autant croissance globale mais la question est qui la tire davantage vers lui ? Bien tres bien cela ne créé par une croissance soutenable. la demande globale européenne est toujours faible... sauf si on décide , tous ensemble , de mettre le pied sur l'accélarateur pour rentrer dans un cercle commun de croissance. LA BCE fait tout ce qu'elle peut. il est temps que les gouvernements (enfin on sait ou il faut regarder ..berlin) en fasse de même : baisser les impots massivement pour relancer la demande et l'investissement surtout dans les pays en excédent de la balance des paiements (suivez mon regard à nouveau...)
a écrit le 24/04/2015 à 12:35 :
Les fonctionnaires ont des hausses de salaire à l’ancienneté mais pas les autres professions ? Ont-ils travaillé plus, qu’ont-ils produit ? Les salariés n’ont pas garantie d’emploi, de retraite ou de hausses de salaires... C’est quoi la justice ? On parle d’une politique d’offre, mais on augmente le chômage alors qu’on privilégie 100 000 fonctionnaires, +1 million depuis 1998… Il y aurait des gens qui ne paieraient pas d’impôts, on emploierait des ingénieurs à 2000 net pour 50h, parfois animateur à mi-temps en 5ème, on emploie les gens en dépit du bon sens et on compte 60% de diplômés chômeurs, et 6000 euros aux chauffeurs du sénat, c’est bac+ combien ? On parle d’une récession hors inflation, la croissance et l’emploi, c’est de l’enfumage ! On publie que les jeunes seraient une génération pigeonnée, c’est parce que les boomers sont esclavagistes ? A quand une subvention départ alors qu’on fait dans l’ostracisme européen avec 400 000 jeunes espagnols qui doivent quitter leur pays, on fait dans l’Europe des grandes migrations ? On compte plus de 40 millions de personnes entre 15 et 64 ans, on déclare seulement 6 millions de chômeurs ? Il existe seulement 64% d’actifs en France, beaucoup moins que les allemands, mr le boomer fait-il du vieillissement ? On paye des dépendances sur la dette, mais pas de droits avant 25 ans… on donne plus de 700 euros à des retraités. Il parait qu’il faudrait des réseaux pour trouver du travail, c’est des réseaux politiques, occultes, des emplois cachés, du népotisme, ou copinage, du clientélisme, la bêtise subventionnée ? En Europe contrairement aux USA, la population vieillit, le nombre de +65 ans augmente et celui des jeunes diminue, n’est-ce pas l’égoïsme du boomer malthusien qui empêche le développement économique ? L’Etat n’est pas capable d’appliquer l’équité salariale dans ses services… n’est-ce pas l’incurie administrative ? Avec un taux de suicides bien supérieurs à nos voisins, ne fait-on pas dans la maltraitance sociale, de l’humanisme de grosse commission ?
La politique monétaire est-elle cohérente ? La zone fait des excédents, la France des déficits, la baisse de la monnaie est-elle une déclaration de guerre monétaire ? On critique les banques et on fait un QE comme les américains, on fait dans la politique des bulles ? C’est quoi le PIB, des ronds-points, des autoroutes sans trafic ou bien la consommation des ménages ? On parle d’une pénurie de logement, le but c’est de ne pas loger les gens ? Ne fait-on pas en Europe la faillite par la dette ? Les américains ont mis en place un QE en 2009, nous sommes en 2015… l’Europe ne fait-elle pas de l’incurie bureaucratique avec des millions de chômeurs pour victimes ? On parle d’un traité Maastricht signé par la France, 60% dette qui n’est pas appliqué, ça veut dire quoi ? On parle d’un traité Lisbonne sur la recherche développement ou l’économie de la connaissance avec une école 25ème, ou l’Europe première zone de compétitivité au monde ? La France serait 27ème et 31ème en création d’entreprises… on est contre l’emploi et l’entreprise ? L’Etat décrète l’emploi et la croissance, il décrète aussi le chômage… Comme pour les traités, on mène les gens en bateau ? L’Europe c’est l’incurie, le chômage ne cesse d’augmenter… L’Etat dyslexique ne fait-il pas dysfonctionner la société ?
L’Etat a-t-il une politique industrielle bête ou intelligente avec l’étranger ? La relance industrielle, on parlait d’Etats Généraux, mis à part les commissions et les rapports, en automobile on produit moitié moins qu’avant, 1,7 millions contre 3,6, moins que les Espagnols à 2,2 millions et que les Allemands, de 5,5 à 5,7 millions… l’Etat relance-t-il l’industrie ou bien sabote-t-il l’industrie avec une part au pib inférieure à nombre de pays. L’industrie ça pollue, les français ça pollue on les met au chômage ou bien nous avons un problème de portage, d’emploi fonctionnaire d’export, on préfère importer plutôt que produire, travailler c’est trop dur, on fait dans la paresse à 604h par habitant, sommes-nous rendus bêtes ou bien on fait dans la dictature de du con la joie directeur vicieux sans expérience ? On décrète la cherté et on organise une pénurie alors qu’on parle libération du foncier ? La croissance fonctionnaire sous la moyenne OCDE est-ce un modèle mondial ? Ne fait-on pas dans l’Atchoum schtrouph Fureur strabique monté sur un âne d’Autruche à ferrailler contre des moulins à la mode espagnole ? On entend des sifflets, pourquoi ne pas hihanner?
a écrit le 24/04/2015 à 5:12 :
Tiens, ceux qui bénéficient du déséquilibre engendré par l'Euro et la vassalisation de Bruxelles s'étonnent qu'en ayant éliminé l'industrie de leurs voisins et plus gros partenaires économiques, ils en pâtissent. Ce sont les mêmes qui nous expliquent qu'il ne peut y avoir de transferts systémiques pour compenser cette situation, mais que seul un alignement est dû. Non que je cautionne ce que font nos dirigeants depuis des décennies. Mais l'étonnement prête à sourire. Quant à Markit, son envolée comme institut de référence colle parfaitement avec le hasard qui lui veut toujours obtenir les résultats que certains attendent. Un peu comme pour certains chiffres US.
a écrit le 23/04/2015 à 22:46 :
Je n'ai aucune confiance dans Markit qui se trompe régulièrement avec la constitution d'un indice de confiance qui semble extrêmement subjectif.
Réponse de le 24/04/2015 à 15:02 :
Tu sais, moi je n'ai aucune confiance aux commentaires de ceux qui ne s'identifient même pas au moment de critiquer un cabinet sérieux comme Markit. À l'évidence tu préfères les analyses des cabinets américains, ceux-là, politisés et soudoyés à l'extrême, ils sont dignes de la plus totale confiance !
a écrit le 23/04/2015 à 22:19 :
LT nous a omis le résumé de Markit qui parle d'un malaise plus profond de l'économie française. Ce ne sont pas des variations mensuelles, c'est une panne totale! Puis un lecteur non-averti ne comprendra pas ce que veut dire ce commentaire:" L'indice "flash" du secteur manufacturier a reculé à 48,4 contre 48,8 en mars, interrompant l'amélioration des deux mois précédents." IL faut savoir que l'amélioration n'était qu'un ralentissement de la contraction de l'activité manufacturière. C'est comme un navire qui coule puis à la fin un peu plus lentement...LT omet également et régulièrement de nous dire que l'activité industrielle s'est contractée très fortement maintenant d'environ 18 % depuis le plus haut en 2008. Un pays industriel comme l'Allemagne avait déjà retrouvé son niveau d'activité au plus haut en 2008 à la fin 2011 et est en croissance depuis plusieurs années. La reprise industrielle pour regagner le niveau 2008 en France ne pourra absolument pas être retrouvée en 2018, (c'est totalement impossible) il est très probable qu'en 2028, nous aurions moins de chômeurs grâce au vieillissement de la population, mais toujours pas l'activité manufacturière de 2008. Malheureusement la France constitue une menace pour l'intégrité de l'Europe, un réel danger à sa stabilité, les Grecs -à long termes- ne pourrons jamais nous faire concurrence!
a écrit le 23/04/2015 à 20:24 :
Les chiffres de Markit sont généralement toujours a côté de la plaque. Quand ils annoncent un secteur privé en expansion l'économie fait du surplace, et vice versa. Je me rappelle qu'en 2011 ils annonçaient une reprise en Europe alors que le continent s'enfonçait à nouveau dans la récession....
a écrit le 23/04/2015 à 20:00 :
Titre du journal Financial Times du 23 avril:
"French weakness hits eurozone recovery
PMI fall dashes hopes last year’s poor performance overcome"
a écrit le 23/04/2015 à 19:07 :
C'est terrible de penser que des politiques et des économistes ont pu répandre l'idée que tout allait aller pour le mieux grâce à la baisse de l'euro, la baisse du pétrole et que le mirage allait se produire, c'était de l'illusion de la poudre aux yeux, mais elle a fait vivre les Français depuis les illusions de la révolution, du reste le politique pensait qu'il allait s'épargner des réformes que d'illusions, la France va sombrer dans les tréfonds.
Réponse de le 23/04/2015 à 20:04 :
et cette nuit, à 06H06,06 du matin, les extraterrestres vont démarré l'invasion la terre................
a écrit le 23/04/2015 à 18:24 :
Selon l'INSEE, le moral des industriels français s'est établi à 101 en avril, soit au dessus de sa moyenne depuis 1976 et en hausse par rapport à mars 1999.
Dans le secteur manufacturier, les carnets de commandes globaux se sont étoffés par rapport à mars et les carnets de commandes étrangers atteignent leur plus haut niveau depuis juillet 2011.
a écrit le 23/04/2015 à 18:16 :
C'est incroyable qu'on puisse voir un tel titre sur La Tribune !!! parbleu, je suis horrifié ! si ce n'est pas du Franch bashing c'est quoi alors ??^^^^
a écrit le 23/04/2015 à 18:00 :
Chiffre en baisse certes, mais 3 mois de hausse, janvier, février et mars.
L'indice n'avait pas franchi la barre des 50 depuis octobre 2014.
3 mois positifs enchainés signifient bien un gain réel d'activité.
Deux des problèmes, nombreuses sociétés sont en sureffectifs, et d'autres peinent à embaucher.
Tant que la reprise ne se traduira pas concrètement par des embauches, donc de nouveaux consommateurs "plein pot" sur le marché, notamment des cadres, l'économie progressera au ralenti et par à-coups.
La reprise est bien en marche. L'économie française est un diesel.
a écrit le 23/04/2015 à 17:22 :
Il n'y a que le gouvernement français qui voit le début d'un reprise....comment voulez vous créer de la richesse quand on taxe le travail et l'outil productif de la sorte? Quand les autos construites le sont ailleurs? quand les salaires sont si bas ? que l'euro déprécié ne sert à rien si ce n'est nous appauvrir encore et encore? Regardez autour de vous....les pays qui s'en sortent ont des niveaux de vie bcp plus élevés . Suisse, Norvège, Suède, USA, etc....Hollande est incapable d'avoir une stratégie et seules les aides semblent être sa politique...aider, aider, aider encore pour rendre la France encore plus misérable.
Réponse de le 23/04/2015 à 20:27 :
Il y a aussi le FMI et l'OCDE qui voient une reprise en France.... des organisations peu susceptibles d'être à la solde du gouvernement français....
a écrit le 23/04/2015 à 17:17 :
est "imputable pour l'essentiel" à la France c'est aller assez loin dans le French bashing. Il y a quand même 27 autres pays dans l'Europe. Mais bon, j'imagine que si l'indice baisse (contre toute attente) aussi en Allemagne et aux USA c'est à cause de la France.
a écrit le 23/04/2015 à 17:15 :
Il est classique de voir l'europe faire moins de croissance que les américains, cependant certains pays font mieux, par exemple la France avant 80 ou le Japon ou les anglais après 2000. nous faisons maintenant moins que les allemands.
la croissance c'est aussi l'emploi.
si les résultats semblent mauvais sur le pmi, en négatif, l'Etat fait-il son travail, on nous sert un chômicide de premier ordre, on fait dans le champion national et l'as de la croissance!
aux élections y aura-t-il un coup de barre dans le nord?
a écrit le 23/04/2015 à 16:54 :
C'est la politique du BOULET !!
La France compte 41,8 millions de personnes entre 15 et 64 ans, pour seulement 64% de taux d'emploi... ce qui fait 15 millions de demandeurs d'emplois. Le taux d'actifs est bien meilleur chez nos voisins, sauf les pays du sud qui font des chômeurs et des retraités... la destruction par les retraités des emplois.
50% des pauvres ont moins de 30 ans...
Et pour l'euro faible, c'est la non coopération économique internationale, l'égoïsme européen, alors qu'on protestait contre d'autres monnaies...
L'Europe est une baudruche avec des gouvernements d'escargots mythomanes paperassiers, procéduriers et coupeurs de cheveux.
a écrit le 23/04/2015 à 16:12 :
On parle de fermetures de commerces, on peut se demander s’il existe une collusion pour supprimer des emplois alors qu’on fait des fonctionnaires entre des lobbyes et des organisations étatiques. Ainsi le pouvoir d’achat baisse et on fait dans la malbouffe avec des légumes sans goût voire empoisonnés aux pesticides, des viandes pourries, on en est à mangez du rat, au lieu des pommes pourries, et on fait pousser le hard discount. On fait des écoles pas toujours classées sans concours ou numérus clausus identifié et on bénéficie d’allocations cahiers de vacances nuls, avec des programmes d’économie dislexiques, Néron et Crassus… à quand la relance tva ! Et la France s’illustre en empereur du sud par ses mauvais résultats et la politique d’euro faible en non coopération internationale alors qu’elle fait des excédents. L’Europe est un modèle d’égoïsme.
La relance par l'Etat de la production, c'est pour quand?
L'Etat relance-t-il ou bien sabote-t-il l'économie?
a écrit le 23/04/2015 à 15:57 :
La France socialiste est un boulet pour les Français et l'Europe. Ce gouvernement est scandaleux. Pourquoi pas 10 millions de manifestants pacifiques pour demander une démission générale???? Ce peuple n'a plus de cœur.
Réponse de le 23/04/2015 à 17:17 :
Pour faire bonne mesure et rendre à César, notre situation ne date pas de mai 2012, mais est aussi le fruit des 10 années de gestion déplorable de Mrs Chirac et Sarkozy qui en période bien plus favorable ont fait preuve d'une vraie incurie économique et fiscale...
Réponse de le 23/04/2015 à 22:47 :
Le déclin a commencé un certain 10 mai 1981 avec l'élection de Mitterrand. Les gouvernements de gauche ont ensuite méthodiquement enchaîné des décisions démagogiques et anti-économiques. Ils ont voulu travailler toujours moins, avoir toujours plus de fonctionnaires et ponctionner toujours plus les entreprises. Quand aux gouvernements de droite, ils n'ont pas osé prendre les mesures correctives nécessaires, car chaque fois qu'ils ont essayé, il y avait un million de personnes dans la rue et des grèves générales. Les Français n'ont que ce qu'ils méritent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :