Me Jean Veil : "J'ai détesté cette audience"

 |  | 797 mots
Lecture 5 min.
Maître Jean Veil, avocat de Société Général - Copyright AFP
Maître Jean Veil, avocat de Société Général - Copyright AFP (Crédits : AFP)
La dixième journée du procès en appel de Jérôme Kerviel a commencé ce lundi 25 juin avec les plaidoiries. La présidente de la Cour, qui n'a jusque là pas ménagé l'ancien trader, condamné le 5 octobre 2010 à cinq ans de prison, dont trois fermes, ainsi qu'à 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts, entend aujourd'hui les plaidoiries des parties civiles.

Jérome Kerviel est sous le coup de trois chefs d'accusation : abus de confiance, introduction frauduleuse de données dans un système de traitement automatisé, faux et usage de faux. Son procès en appel a commencé lundi 4 juin. Suivez en direct la huitième journée d'audience couverte par notre journaliste Laura Fort, avec les clés pour comprendre le procès. Retrouvez le compte-rendu de la première journée d'audience, le compte-rendu de la deuxième journée d'audience, le compte-rendu de la troisième journée d'audience, le compte-rendu de la quatrième journée d'audience, le compte-rendu de la cinquième journée d'audience, le compte-rendu de la sixième journée d'audience, le compte-rendu de la septième journée d'audience, le compte-rendu de la huitième journée d'audience et le compte-rendu de la neuvième journée d'audience.

Lundi 25 juin

16h45. L'audience est levée. Rendez-vous mercredi 27 juin matin pour le réquisitoire de l'avocat général.

 

16h00. "J'ai détesté cette audience"

Dernière plaidoirie, celle de Me Jean Veil, avocat de Société Générale aux côtés de Mes Reinhart et Martineau, qui aura par conséquent le dernier mot aujourd'hui.
Il commence par égratigner les avocats des salariés épargnants et des petits actionnaires, qui se sont, selon lui, montrés davantage des avocats de la défense que des avocats de la partie civile.
Puis il relit une grande partie du jugement de première instance, qui mentionne certains éléments du profil de l'ancien trader. "Voilà comment a jugé le tribunal. Franchement, il n'y a rien de nouveau. Je comprends que ce jugement ait déplu à J. Kerviel. Non seulement il a fait appel mais il a déposé plainte devant le Conseil de la magistrature. La défense de J. Kerviel a voulu nous empêcher de parler, en nous imposant des circonlocutions sémantiques pour nous éviter de parler de fraude, de faux. Voilà le monde dans lequel nous avons vécu et j'ai détesté cette audience. Lorsque l'on n'a pas d'arguments, on est tenté de privilégier le bruit au détriment de la démonstration.
Je voudrais dire un mot du mobile. Le mobile, c'est le lucre, c'est l'argent.
Pourquoi est-ce que M. Kerviel, dont les valeurs sont si éloignées de l'argent, a voulu faire un résultat qui excède ce qu'il aurait pu faire avec des opérations normales ? Et puis si JK n'a pas besoin d'argent, son frère, Olivier, en a besoin de beaucoup. Il a été licencié par BNP pour avoir détourné 100 000 euros. C'est bien d'aider son frère, mais c'est mieux de l'aider avec son propre argent.
La Société Générale souffre deux préjudices : un préjudice financier qui résulte des opérations de débouclage dont le montant a été arrêté, vérifié et confirmé. Ce montant est d'environ 6,3 milliards. Le préjudice est égal à ce montant diminué du profit occulte de 1,4 milliard réalisé par J. Kerviel en décembre 2007. On nous oppose dans cette affaire des arguments fiscaux.
Mais la plainte pour escroquerie au jugement ne saurait prospérer, tout comme celle de faux et usage de faux déposée par J. Kerviel sur le trucage des enregistrements. Ces plaintes étaient des leurres. Les dommages et intérêts ne sont jamais calculés après abattement fiscal.
Au-delà de ce préjudice financer, nous avons un préjudice d'image ou de réputation. Nous le fusionnons avec les dommages et intérêts du préjudice financier."
Quelques minutes plus tard : "Je n'ai pas aimé ce que J. Kerviel vous a dit lorsque vous lui avez demandé "Qui êtes-vous M. Kerviel ?" Il avait manifestement préparé et appris son discours. Vous êtes demeuré taisant, reprochant presque à la banque de vous avoir promu trader. Vous avez déclaré avoir aimé la Société Générale, une seconde famille, mais tout le dossier démontre le contraire.
L'affaire J. Kerviel n'est ni un symptôme ni un stigmate de la crise financière, c'est l'histoire lamentable d'un rogue trader."

 

Lire la suite...
 

Et retrouvez notre dossier spécial sur l'affaire Kerviel, les clés pour comprendre le procès (noms, définitions), les analyses de Valérie Segond et de François Lenglet après le verdict de 2010, ce que sont devenus les protagonistes de l'affaire, les plaintes déposées par Me David Koubbi (avocat de Jérôme Kerviel) et par Me Jean Veil (avocat de Société Générale), le témoignage de l'ancienne conseillère en communication de Jérôme Kerviel, et le contexte politique dans lequel s'inscrit le procès.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2012 à 19:10 :
Arrêtez de défendre comme d'habitude, le coupable. Kerviel a trompé tt le monde, sans scrupules, pour son profit seul. Attendons la fin du procès, mais faisons confiance à la justice qui défend aussi les petits porteurs et les petites gens qui se sont trouvés lésés par ce qui ressemble fort à une escroquerie tout simplement.
Si un jour vous êtes vous-mêmes lésés, vous trouverez normal qu'on condamne le responsable et vous serez sans doute moins tolérants ....
Réponse de le 27/06/2012 à 2:25 :
A ce propos, les avocats des "petits porteurs et des petites gens" ont été clairs : ils demandent la reconnaissance de la responsabilité DE CHACUN (faut-il une traduction pour vous ?)...croire que le coupable n'est qu'un seul homme va bien pour les simples d'esprit. Ne pas reconnaître qu'il y a eu défaillance dans le système de contrôle alors même que la commission l'a reconnue, est simpliste. Cette défaillance vaut-elle plus, moins ou autant que celui qui a perdu le sens des réalités pour atteindre ce niveau de pertes, ça, c'est à la Justice de trancher.
a écrit le 26/06/2012 à 15:34 :
Nous aussi nous avons détesté cette audience !! L'indignation et la détestation ne sont pas le privilège des " puissants " . nous sommes indignés quand la Société Générale plaide l'abus de faiblesse , montrant du doigt ce galeux qui aurait surnoîsement trompé une vielle dame assoupie et confiante . C'est une approche ridicule , la Société Générale n'est pas une vieille dame mais une professionnelle dans la force de l'age , reconnue par ses pairs comme une championne du monde de la banque .L'argument "moi bête , moi pas savoir , moi était endormie" n'est pas recevable .Elle se devait de protéger ses actionnaires par une management à la hauteur de sa réputation et de son capital , elle se devait aussi de protéger ses salariés tout particulièrement ses traders par un encadrement responsable . Nous ne sommes pas aux Amériques , en France il appartient aux employeurs de prendre des mesures pour ne pas conduire leurs salariés vers des situations suicidaires . La société générale à déjà perdu l'un des siens en 2007 et nous sommes indignés de voir dans cette affaire à quel point Jérome Kerviel à été fragilisé par une vieille dame endormie . Indignons nous , si la Société Générale savait , elle est coupable , si elle ne le savait pas elle l'est tout autant car un professionnel ne peut se réfugier derrière son incompétence pour mettre en danger ses salariés .
Réponse de le 26/06/2012 à 16:14 :
ouhlalala vous êtes bien exigeant avec des manageurs et des banquiers... vous voulez leur donner la migraine ? laissez les tranquillement encaisser leurs petites indemnités.
a écrit le 26/06/2012 à 13:22 :
Quelque soit la décision, l'avenir de la SoGé dans la crise démontrera que ses positions ont toujours été et sont mauvaises et que la direction ne pouvait pas les connaitre... D'ailleurs, comment croire qu'une filiale passe 50 milliards d'ordre pour Jérome Kerviel seul sans qu'à aucun moment personne ne s'en étonne et ne remonte l'info? Tant que ça marche on ne dit rien et le jour où il y a un pépin, la tête du trader tombe...
a écrit le 26/06/2012 à 12:32 :
Simulacre et hypocrisie collective sont les mots qui me viennent à l'esprit. Plus de la moitié des entreprises "habillent" leurs comptes le tout sous le couvert d'un contrôle des commissaires aux comptes. Rémunérés par ces même entreprises, ils n'ont que peu de marge de manoeuvre pour décider du temps passé sur les audits et donc des points relevés.

Non J. Kerviel n'est pas blanc, oui il a l'esprit du lucre ... De la à plaindre la Société Générale et dire qu'elle est innocente ... Ils devraient être 2 sur le banc des accusés ...
a écrit le 26/06/2012 à 10:23 :
personne ne peut croire à la seule responsabilité de JK dans cette affaire. les dirigeants de la SG sont soit hypocrites, soit incompétents, masi dans les deux cas ils méritent des sanctions.
a écrit le 25/06/2012 à 22:43 :
Le plus surprenant dans cette affaire est que , seul , JK ait ete puni par la justice . C'est ce qui est incomprehensible . Si JK est effectivement coupable , il ne peut l'etre seul . Il faudrait etre stupide pour imaginer que JK investissait ces sommes colossales sans que personne ne s'en rende compte . Vous imaginez la tete des clients de la SocGen dans ce cas ? Cela voudrait dire que la Direction de la SocGen etait totalement irresponsable .. Aussi assez de cette affaire . JK en prison , peut-etre mais pas seul .
a écrit le 25/06/2012 à 19:30 :
Il s'agit d'un coup de poker +5M ou -5M
Pile ou face ? Face -5M. La bourse et le trading, l'économie se jouent parfois à un centième de seconde et la il a bénéficié d'un centieme de seconde pour refléchir au risque. On en parle car il a perdu sa main. Mais combien de fois l'aurait-il gagnée?
a écrit le 25/06/2012 à 17:58 :
Bouton, le PDG de Société générale, semble avoir oublié ses casseroles avec l'affaire du Sentier II dont il s'est sorti, lui, étrangement bien en passant entre les gouttes avant de partir avec un parachute doré ..............
Il faudra faire tomber toutes les têtes de la hiérarchie de ces hypocrites qui veulent rendre J. Kerviel seul responsable de cette ténébreuse histoire.
Réponse de le 26/06/2012 à 11:11 :
que l on le veuille ou non ! c est l affaire bouton plus que kerviel !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :