La réparation des objets, une envie frustrée des Français

 |   |  504  mots
Parmi les objets considérés comme plus difficiles à réparer, figurent les chaussures, les lampes et les téléphones mobiles.
Parmi les objets considérés comme plus difficiles à réparer, figurent les chaussures, les lampes et les téléphones mobiles. (Crédits : DR)
Plus de la majorité de la population française souhaite pouvoir réparer ses objets plutôt que de les remplacer. Un choix plus écologique et surtout moins cher que le remplacement, mais parfois entravé par les contraintes des fabricants.

« Ça ne vaut pas le coup de le réparer, autant en acheter un nouveau » : la phrase, prononcée chez le cordonnier comme dans le magasin de téléphones portables, est devenue un leitmotiv de la vie quotidienne,  jusqu'à s'imposer comme vérité quasi-générale.

Pourtant, la grande majorité de la population de l'Hexagone n'y a pas encore complètement cédé, révèle un sondage réalisé par OpinionWay pour le spécialiste de la réparation de pare-brise Carglass.

Publié lundi 24 mai - quelques jours avant le lancement de la semaine européenne du développement durable et des Repair Days, l'enquête recense plus de huit Français sur dix déclarant recourir encore plus ou moins régulièrement à la réparation plutôt qu'au remplacement de leurs objets. Plus que d'une habitude résiduelle, il semble s'agir d'un véritable choix, puisqu'une majorité encore plus large (91%) des personnes interrogées exprime le souhait d'avoir plus facilement accès  à cette solution, et que 78% de la population affirme avoir davantage envie d'acheter un objet que l'on sait facilement réparable.

Bricoler, une source de fierté

Qu'est-ce qui motive cette résistance de pans de l'économie non consumériste ? Des considérations de pouvoir d'achat surtout, selon le sondage : 62% des Français disent choisir de réparer plutôt que de remplacer pour des raisons « économiques ». Mais l'éthique rentre également  jeu : pour 58% des gens interrogés ce choix incarne aussi « une façon de consommer plus responsable » voire, pour 43%, « écologique ».

Réparer soi-même engendre d'ailleurs chez 82% des sondés un sentiment de fierté, et chez 60%  un attachement plus fort avec l'objet réparé. Les personnes qui réparent elles-mêmes leurs objets sont perçues par la majorité des gens interrogés comme « écolos » voire « créatives ».

Le remplacement, une contrainte imposée

Remplacer un objet semble ainsi être un non-choix pour un Français sur deux, puisqu'il dépend d'une « contrainte imposée par le fabricant », de plus coûteuse. Cette approche basée sur l'offre semble d'ailleurs confirmée par les objets considérés comme les plus susceptibles d'être réparés (voitures, ordinateurs, appareils électroménagers), ainsi que par les plus "difficiles" à faire réparer (chaussures, lampes, téléphones mobiles).

Si une large majorité de la population, sans distinction de sexe ni d'âge, prédit un avenir plutôt rose pour la réparation d'objets, les conditions exigées pour la généralisation de la pratique relèvent ainsi aussi plus d'une logique de consommation que d'engagement: être rassuré par la certitude que la réparation, effectuée par un expert, permettra à l'objet de fonctionner aussi bien qu'avant, mais aussi réaliser un gain financier dans un lieu de proximité.

La création ou la préservation d'emplois locaux, sur laquelle on insiste souvent pour souligner les atouts de l'économie circulaire, ne rentre en ligne de compte que pour une minorité (40%) des Français, souligne l'étude.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/08/2016 à 22:14 :
Le point le plus important est que l'on n'a pas la possibilité de racheter le même modèle car il n'est plus fabriqué. Et les produits "innovants" que l'on veut nous faire acheter ne nous conviennent pas forcement. Donc si l'on ne peut faire réparer on s'en passe et cela n'est pas un gain pour le fabriquant
a écrit le 21/06/2016 à 14:49 :
Le cable de mon sèche cheveux s'est rompu. J'ai été très surpris et contrarié de constater que l'appareil a été monté avec des têtes de vis dont on ne trouve pas le tournevis à la bonne forme, donc impossible de l'ouvrir. J'ai du percer les vis pour le senlever. Mais beaucoup d'autre auraient simplemet jeté cet appareil devenu hors d'usage juste après sa périod ede garantie !
la transitin énergétique est mal barrée en France
a écrit le 24/05/2016 à 20:02 :
Le remplacement est souvent une contrainte imposée par l'état et la réglementation.
Une voiture essence antérieure à 1997, pourtant moins polluante qu'une diesel récente se voit interdite de circulation à Paris. Un chaudière de quinze ans en panne pour un rupteur de sa régulation électromécanique (coût de la pièce de 5 euros) voit son remplacement (5000 euros) fortement incité et subventionné pour des prétendues économies d'énergies.
Réponse de le 25/05/2016 à 15:03 :
obsolescence programmée
a écrit le 24/05/2016 à 18:14 :
Reparer a un cout et on vous fait generalement un devis avant .Toutes les grandes surfaces de bricolages ont un service aprés vente qui vous propose un devis de 15 €.Si vous refusez le devis cette somme est perdu ,si vous acceptez elle serra deduite de votre facture .De plus les gens n'imaginent pas ce que peut etre un taux horaire !A 30 € de l'heure (pas cher ) vous enlevez la TVA (20 %) les frais divers et vous obtenez le salaires brut ou il faut enlever 50 % de charges sociales ,30 % de charges patronnales et 20 % de charges salariales il reste en net de 12 à 15 € de l'heure pour le salarié soit sur la base de 35 h 1680 € à 2100 € par mois pour des operateurs qui ont souvent un BTS .On vous facturera rarement moins d'une heure de travail car en plus d'ouvrir, analyser et reparer, il y a un travail administratif à faire d'établissement de la facture .Il faut avoir une reflexion pour savoir si le jeux en vaut la chandelle !Les pieces de rechanges ne sont pas données ,et ceci dans tous les domaines il n'y a qu'à voir dans l'automobile !De plus pour les produits grand public ceux ci changent vite et dés qu'on a un objet un peu agé ,il n'y a plus de fabrication de pieces de rechange .Les prix bas sont souvent le pendant de la non possibilité de réparation et on peut pas tout avoir en meme temps .Signalons qu'un emprunt dans un magasin au taux de 8 % sur 6 ans (vous pouvez avoir moins cher avec votre banque )entraine une mensualité de 7 € pour 400 € emprunté le prix d'un paquet de cigarette ...........
Réponse de le 24/05/2016 à 21:24 :
Bien sur , il faut regarder le prix de l'objet en panne.Mais également se méfier des magouilleurs,je dirais même des VOLEURS qui vous affirment que la pièce de rechange est introuvable . Et puis , pour les bricoleurs , quel plaisir de faire une réparation pour laquelle un " spécialiste " va demander 150 ou 200 euros !!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :