« Il faut un marché mondial des droits à polluer »

 |   |  924  mots
Christian Gollier est professeur invité de l'université de Columbia et de la Toulouse School of Economics.
Christian Gollier est professeur invité de l'université de Columbia et de la Toulouse School of Economics. (Crédits : Objectif News)
[ La #COP21 des économistes 1/4 ] Les économistes spécialistes du climat ne croient pas outre mesure à la méthode employée par la COP21. La plupart militent pour la mise en place d'outils permettant de faire émerger un prix du carbone. Le seul moyen d'inciter fortement entreprises et consommateurs à changer leurs habitudes. "La Tribune" a questionné quatre spécialistes, pour quatre approches différentes. Aujourd'hui, Christian Gollier, professeur invité de l'université de Columbia , Toulouse School of Economics.

LA TRIBUNE - Vous défendez la nécessité d'un prix mondial, unique, du carbone. N'est-ce pas un peu théorique et utopique ? D'autres solutions ne sont-elles pas envisageables ?

CHRISTIAN GOLLIER - Le point de départ, c'est tout simplement le principe du pollueur-payeur. Si j'utilise ma voiture plutôt que les transports en commun, j'intègre dans mon choix le prix de l'essence consommée, mais pas les dommages environnementaux que je vais provoquer pendant mon trajet. Des dommages qui concernent toute la planète. Le meilleur moyen d'inciter les gens à ne pas provoquer ces dommages, c'est de leur en faire payer le prix. Et pour que cela fonctionne, puisqu'il s'agit d'un sujet qui concerne toute la planète, il faut que tout le monde paie.

Tous les économistes sont peu ou prou d'accord avec l'idée d'un prix du carbone. Mais beaucoup contestent celle d'un prix unique à travers le monde. L'argument de vos détracteurs, c'est que les pays pauvres ne peuvent assumer un prix élevé du carbone, déconnecté de leur niveau de vie...

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que la lutte contre le changement climatique ne peut fonctionner si la pollution est plus taxée ici que là. C'est pourquoi il faut un prix mondial, qui peut être atteint via l'instauration d'un marché de droits à polluer. Comment répartir ces droits ? Dans l'idéal, à moyen-long terme, dix ou vingt ans, le mécanisme devrait être fondé sur un principe éthique : un droit d'émissions de carbone équivalent pour chaque habitant de la planète. Ce pourrait être un permis d'émissions attribué gratuitement, équivalent à cinq tonnes de CO2 par an et par individu. Pourquoi certains auraient-ils plus le droit de polluer que d'autres ?

Oui, mais s'il aboutit à un prix unique dans le monde, de 30 euros la tonne de carbone, puisque cela semble être l'objectif, comment les pays pauvres pourront-ils faire face à un tel coût de l'énergie ? Selon l'économiste Olivier Godard, il faudrait effacer intégralement les inégalités économiques de développement pour qu'un prix unique maximise le bien-être mondial...

Absolument pas. Je ne crois pas qu'Olivier Godard ait tout compris. Le système que je propose est parfaitement juste pour les pays pauvres. Quel est le mécanisme ? L'émission de carbone, dans beaucoup de ces pays, est - c'est un ordre de grandeur - de deux ou trois tonnes par an et par habitant. Or, des droits d'émissions leur seraient attribués gratuitement, comme partout ailleurs, à hauteur de cinq tonnes pour chaque personne. Les trois tonnes non « consommées » pourraient être revendues sur le marché, cela constituerait un revenu non négligeable pour ces économies. Sans que les incitations à moins polluer disparaissent : si des efforts sont faits pour ramener les émissions de deux à une tonne par habitant, c'est autant de revenu supplémentaire, via la vente des droits.

Avec ce système, les Américains devraient payer beaucoup, avec des émissions bien supérieures aux cinq tonnes que vous évoquez, autour de 20 tonnes...

C'est bien le problème. Voilà pourquoi je pense que cet idéal n'est atteignable qu'à long terme. Dans l'immédiat, l'allocation des permis d'émissions devrait faire l'objet d'une négociation internationale.

Est-il plausible de convaincre le monde entier d'intégrer ce système ? Qui le gérerait, du reste ?

Il pourrait être géré par une organisation internationale, attribuant les droits à polluer. Quant à convaincre tout le monde, c'est bien sûr difficile. Mais il est envisageable, dans un premier temps, de constituer des coalitions climatiques, regroupant des pays acceptant de jouer le jeu de la lutte contre le changement climatique. Du coup, les industries opérant ailleurs, dans les pays refusant ce prix du carbone, seraient de fait avantagées. Il est possible de contrer cela : il faudrait que les pays vertueux taxent à l'importation les produits provenant des zones non coopératives. L'économiste William Nordhaus estime qu'une taxe de 5 % sur ces produits suffirait à égaliser les conditions de production dans le monde : les industriels opérant dans les zones sans prix du carbone n'auraient plus d'avantage sur ceux présents dans les pays vertueux. Bien sûr, ce devrait être coordonné avec l'Organisation mondiale du commerce, je ne propose pas là de revenir à des politiques protectionnistes régressives...

Pour donner un prix au carbone, le marché de droits à polluer est-il plus efficace qu'une taxe ?

En théorie, c'est équivalent. Mais une taxe suppose une procédure plus lourde, un nombre de votes considérable dans tous les parlements. Au niveau européen, il aurait fallu l'accord de tous les pays, alors que le marché de droits à polluer qui a été instauré n'a nécessité qu'une majorité qualifi ée.

Justement, ce marché européen ne fonctionne plus depuis le début de la crise, le prix du carbone y ayant chuté...

Il ne fonctionne plus, mais pas pour des raisons techniques. Devant l'effondrement des prix lié à la crise de 2008, on aurait pu imaginer des achats de droits par la BCE, par exemple, pour faire remonter les cours. Mais l'abandon de ce marché a été une décision politique, liée à l'absence totale d'engagement de la part des autres zones économiques. On ne peut pas taxer l'industrie européenne si les mêmes productions sont exonérées ailleurs, en Chine par exemple.

___

Lisez notre série "La COP21 des économistes" en 4 épisodes :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2015 à 1:13 :
Très belle expression pour riant mais c fait intellect bravo les c
a écrit le 29/11/2015 à 18:13 :
Autant pour moi je me suis trompé d'article...
a écrit le 29/11/2015 à 16:02 :
On ne devrait pas parler de "droit" à polluer, mais d'amendes pour crime contre la Vie et l'avenir. Et qu'on ne parle pas du CO2 mais des vrais polluants. Donneriez vous de la mort aux rats à vos enfants?
a écrit le 29/11/2015 à 10:09 :
Les pays pauvres devront payer un droit à polluer pour se développer alors que les pays déjà développé ne l'auront pas fait? Pas très fair-play...
a écrit le 29/11/2015 à 1:08 :
Sauf qu'il n'y a PAS de marché mondial. Il y a un marché us, point barre. Et quand les BRICS essaient de virer le dollar, ils ont de graves pépins comme actuellement. Roosevelt et De Gaulle, REVENAIENT !
a écrit le 28/11/2015 à 18:14 :
Des voitures électriques avec des composant ultra polluants, produites à l'autre bout de la planète, du photovoltaïque idem ! Bref ce n'est pas le bon sens qui prédomine !!!!!!!!!!!!!! On nous raconte que tout ça est vert ! À la COP21, combien de gens viendront en Jet privé !? Les taxes ne sont pas une solution ... sans une alternative technique et financièrement crédible... en prenant tout en compte ! Prenons un exemple simple .... actuellement nous remplissons les toilettes avec de l'eau potable, alors que dans beaucoup de cas, l'eau de pluie ferait l'affaire ! C'est trop complexe pour les ENARQUES on dira !
a écrit le 28/11/2015 à 15:19 :
Le fait de taxer certains pollueurs qui peuvent payer sans problème , ne peut enrayer l'évolution du climat mais plutôt l'accélèrer. Ce qu'il faut c'est interdire et réguler ce qui peut l'être . Personne ne fera payer l'usage d'une cheminée pour le chauffage et la cuisson à l'année et pourtant , elle pollue beaucoup plus que plusieurs véhicules utilisés pour le trajet travail /domicile. Vouloir aider les pays en développement avec l'argent des taxes carbones emmènera à un résultat inverse non souhaité sur le climat . Alors s'il s'agit de la dernière chance , alors changeons de lunettes et voyons bien les choses car il va falloir changer notre mode vie , si non ce n'est qu'une grande farce et attrape .
a écrit le 28/11/2015 à 12:39 :
IMPOT ECOLOT. IMPOT DE GOGOS? UN JOUR IL VONT NOUS IMPOSSEZ L AIR QUE L ON RESPIRE??? DANS CHAQUE REGION DES INITIATIVES SE GREES POUR INVESTIR DANS LES LES NOUVELLES ERNERGIE NON POLUENTES? DONC LE VRAIS CHANGEMENT SE FERRAS A PETITE DOSE CHAQUE REGION LA SIENNE? DESORME JE CROIE QUE TOUS LE MONDE A COMPRIS L INPORTANCE DE MOINS UTILISEZ LES ERNERGIES FOSILS? CAR NOTRE AVENIR ET ENTRE NOS MAINS???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :