Incroyable mais vrai : l'Australie entre à l'OCCAr, une agence d'armement européenne

Un accord-cadre, entré en vigueur mardi dernier, prévoit la participation de l'Australie aux programmes d'équipements de défense de l'OCCAr. Quatre mois après l'affaire hors-norme AUKUS...
Michel Cabirol

4 mn

L'Australie, qui jette ses Tigre au profit de l'Apache, a intégré l'OCCAR...
L'Australie, qui jette ses Tigre au profit de l'Apache, a intégré l'OCCAR... (Crédits : Airbus Helicopters)

L'Australie à l'OCCAr (Organisation conjointe de coopération en matière d'armement), qui est une organisation intergouvernementale européenne. Mais de qui se moque-t-on ? Et pourtant un accord-cadre, entré en vigueur mardi dernier, prévoit la participation de l'Australie aux programmes d'équipements de défense de l'OCCAr. L'Australie, qui a menti à Paris et trahi la France dans l'affaire AUKUS en septembre dernier. L'Australie qui veut se débarrasser des Tigre (hélicoptère de combat) et des NH90 (hélicoptère de transport) fabriqués par Airbus Helicopters au profit d'appareils américains. L'OCCAr accueille un pays qui a ostensiblement tourné le dos à l'Europe et à la France.

"L'accord-cadre avec l'Australie met en évidence l'un des principes fondateurs de Baden-Baden de l'OCCAR, à savoir que les programmes de l'OCCAR sont ouverts à la participation des nations non membres de l'OCCAR dans des conditions équitables et ouvertes", a expliqué le directeur de l'OCCAR, l'amiral Matteo Bisceglia sur le site de l'OCCAR.

L'OCCAr est dirigée par un conseil de surveillance composé des ministres de la défense des États membres ou de leurs représentants. Il se réunit deux fois par an et s'appuie sur les avis de comités spécialisés. L'intégration de l'Australie s'est donc faite avec l'accord des pays membres, dont la France.

Opportunité de collaboration pour Canberra

Selon l'OCCAR, cet accord offrira à l'Australie des opportunités de collaboration sur les technologies de défense avancées avec les États participants au programme de l'OCCAR et facilitera une plus grande intégration de l'industrie de la défense australienne avec les principaux groupes basés en Europe. "L'engagement australien est le bienvenu et une reconnaissance claire de la capacité de l'OCCAR à gérer des programmes d'armement coopératifs complexes, a estimé l'organisation européenne. Il renforce l'OCCAR dans sa conviction que la coopération à tous les niveaux internationaux est la voie la plus appropriée pour atteindre avec succès les objectifs stratégiques de la manière la plus économique". Non seulement, cette adhésion pose un problème moral mais en plus il pose le problème de la souveraineté de l'Europe. L'OCCAr est-elle censée être une auberge espagnole ?

Selon l'OCCAr, l'Australie est intéressée par un certain nombre de programmes géré par l'organisme européen, "notamment le programme d'hélicoptères Tigre, le programme de véhicules blindés polyvalents Boxer et le programme de torpilles légères". Les Australiens ne veulent plus du Tigre. Dans un communiqué publié en janvier 2021, le ministère de la Défense australien a indiqué que "la capacité de reconnaissance armée de l'armée australienne sera renforcée à la suite de la sélection de l'Apache Guardian de Boeing  pour remplacer l'hélicoptère de reconnaissance armé (ARH) de l'armée à partir de 2025".  En outre, l'Australie "a informé Airbus de sa décision de lancer une demande de ventes militaires à l'étranger pour éventuellement remplacer le MRH90 dans les forces armées", a indiqué un porte-parole à l'AFP d'Airbus.

L'OCCAr gère plusieurs grands programmes européens en coopération : l'avion de transport militaire stratégique et tactique A400M, le véhicule blindé de transport de troupes multirôle germano-néerlandais Boxer, le radar de contrebatterie franco-allemand Cobra, le démonstrateur technologique de radio logicielle sécurisé européen Essor, les frégates multi-missions franco-italiennes (FREMM), les systèmes navals et terrestres de défense antiaérienne franco-italo-britanniques FSAF et PAAMS et leurs munitions surface-air Aster, les bâtiments ravitailleurs de forces et de soutien logistique franco-italiens (LSS), le drone MALE franco-italo-germano-espagnol (MALE-RPAS), les drones maritimes de surface et sous-marins de lutte contre les mines franco-britannique (MMCM), les avions multirôles de ravitaillement et de transport A330-MRTT concourant à la flotte multinationale opérée par l'OTAN, le programme franco-italien d'observation spatiale Musis, le programme belgo-allemand d'acquisition et de soutien de jumelles de vision nocturne NVC, le programme italien de patrouilleurs polyvalents hauturiers (PPA) et le Tigre.

Michel Cabirol

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 29/01/2022 à 23:26
Signaler
C est du bluff destiné à envoyer un message à n la chine : mal grès les différents et concurrences entres pays occidentaux ceux ci sont capable de se lier …

à écrit le 28/01/2022 à 15:13
Signaler
Cela montre bien que les critères d'appartenance politique et géographique n'ont aucune espèce d'importance: se rappeler des menaces ridicules de délocalisation des sites anglais d'airbus en conséquence au Brexit. Sinon que viennent faire l'afrique ...

à écrit le 28/01/2022 à 14:32
Signaler
C'est un peu comme si on nommait DSK à la direction d'un orphelinat de jeunes filles.

le 28/01/2022 à 17:40
Signaler
pas terrible comme commentaire ... gratuit et pas très constructif

à écrit le 28/01/2022 à 14:16
Signaler
Mais c'est à quel moment que nos dirigeants europeens vont ouvrir les yeux ?

le 04/02/2022 à 7:00
Signaler
Mais nos dirigeants Européens ont les yeux grands ouverts mais aux services de la finance mondiale et des multinationnales... Sinon, pourquoi l'Europe existerait elle ??? Salutation

à écrit le 28/01/2022 à 9:21
Signaler
Un pot de vin à ciel ouvert.

à écrit le 28/01/2022 à 9:19
Signaler
L affaire aukus est loin d être finie. Les Australiens vont vite se rendre compte que le choix du nucléaire US est une impasse pour eux. ALors ils achèteront Allemand en urgence... Sauf si la France laisse une porte ouverte. De toute façon l A...

à écrit le 28/01/2022 à 8:59
Signaler
contrairement al auteur de l article, je pense pas que ca soit une mauvaise idee. si les australiens sont partie prenante, ils acheteront plus de materiel europeen (car partiellement fabrique chez eux) que US. Mais il faut quand meme pas rever: en ca...

le 28/01/2022 à 9:06
Signaler
il y a deux lecon a retenir 1) les usa continue de saborder l'europe avec l' aide de l'allemagne. 2) la france n'a que des traitres a ses cotes en europe

le 28/01/2022 à 14:30
Signaler
Il est plus probable que les kangourous feront comme les britannouilles dans les affaires de coopération : ils se retireront des programmes quand ils auront obtenu les infos nécessaires pour réaliser les leurs avec leurs partenaires traditionnels.

à écrit le 28/01/2022 à 8:43
Signaler
on croit rever! esperons qu'ils aient une ' golden share' pour pouvoir planter tout ce qui ne leur convient pas ( ni a uncle sam)

à écrit le 28/01/2022 à 8:37
Signaler
Bof, c'est un peu comme la participation de l'Australie à l'Eurovision !

à écrit le 28/01/2022 à 7:59
Signaler
Merci MACRON !

à écrit le 28/01/2022 à 7:16
Signaler
Il y a une petite erreur d'interprétation dans l'article : l'Australie n'a pas "ostensiblement tourné le dos à l'Europe", mais seulement à la France (et pour cause, l'union européennee st sous contrôle germano-americain). Rien de plus logique quan...

à écrit le 27/01/2022 à 20:57
Signaler
L'union européenne, 52e état des États-Unis. MDR !

le 27/01/2022 à 22:27
Signaler
Heureusement que notre bon président a promis des mesures de rétorsion. Il est la risée de l'Europe. Au fait, et pour les pêcheurs.... On paye en douce ?

à écrit le 27/01/2022 à 19:46
Signaler
L'Australie est obligée d'acheter américain pour améliorer sa sécurité face à la Chine. Sur la forme les annulations de contrats avec la France sont critiquables, mais sur le fond ça se comprend. Et concernant l'inclusion de l'Australie dans des a...

à écrit le 27/01/2022 à 18:08
Signaler
J'ose espérer qu'il s'agit là de laisser penser aux Australiens qu'ils vont intégrer l'accord cadre... avant de leur envoyer dans la gueule que désolé, voilà ce qu'ils ont loupés... mais non, ils n'en feront pas partie !!!! J'ose...j'ose... mais sa...

à écrit le 27/01/2022 à 18:07
Signaler
J'ose espérer qu'il s'agit là de laisser penser aux Australiens qu'ils vont intégrer l'accord cadre... avant de leur envoyer dans la gueule que désolé, voilà ce qu'ils ont loupés... mais non, ils n'en feront pas partie !!!! J'ose...j'ose... amis sa...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.