Opel veut se lancer dans la bataille des "petites" pas chères

A l'été 2015, la filiale allemande de GM sortira une petite voiture à bas prix produite en Corée. Elle devrait coûter moins de 10.000 euros.
La future Opel Karl à petit prix sera produite en Corée
La future Opel Karl à petit prix sera produite en Corée (Crédits : dr)

Après la "mini" branchée Adam, la citadine Corsa en cours de renouvellement cet automne, Opel promet une troisième petite, de gabarit plus réduit et encore moins chère. La filiale allemande de l'américain GM évoque carrément ce jeudi, dans un communiqué, un modèle économique "d'entrée de gamme". De taille comparable à une Renault Twingo  (3,68 mètres de long), la nouvelle venue offrira cinq portes, cinq places. Opel la promet pour l'été 2015. Elle devrait coûter moins de 10.000 euros.

Production coréenne

Ce véhicule sera produit en Corée, selon nos informations. Il doit donc être également vendu sous une forme différente par Chevrolet, autre marque de General Motors, sur des marchés tiers. L'Opel Karl - elle s'appelle ainsi, du nom d'un des fils d'Adam Opel, fondateur de la société  - est en fait destinée à remplacer en Europe les Chevrolet à bas prix, GM ayant décidé d'arrêter d'ici à 2016 la commercialisation de sa marque américano-coréenne sur le Vieux continent.

"Le segment d'entrée de gamme et des voitures bon marché est très intéressant", avait déclaré fin juillet Karl-Thomas Neumann, le président d'Opel, au Financial Times. "Nous regardons ce segment", ajoutait-il.

On assiste en fait à une floraison de nouveautés dans le segment des petites voitures d'entrée de gamme. Après les Fiat Panda III et Volkswagen Up (avec ses versions Skoda Citigo et Seat Mii), les Peugeot 108 et Citroën C1 II en juin dernier, la Renault Twingo III actuellement, arrivera donc l'Opel Karl. Ford prépare aussi une petite remplaçante de sa Ka.

Fermeture d'usines en Europe

Opel, que GM avait failli vendre en 2009 avant de changer d'avis in extremis, remonte la pente. Ses immatriculations dans l'Union européenne ont progressé de 8,6% sur sept mois à 464.100 unités avec une part de marché de 7%. Mais Opel n'est pas pour autant tiré d'affaire. Car la  firme détenait encore 7,4% du marché européen en 2011 et plus de 10% il y a dix ans, avec sa marque-soeur britannique Vauxhall ! Opel a en effet connu une véritable descente aux enfers.

La marque à l'éclair perd structurellement de l'argent depuis plus d'une décennie. Elle a dû réduire successivement ses capacités pour accompagner la chute de ses ventes. Après avoir fermé son site belge d'Anvers, le constructeur doit encore arrêter la production dans l'usine allemande de Bochum à la fin de cette année.  Opel ne compte pas renouer avec les profits avant 2015 ou 2016...

La qualité chez Opel a toutefois bien progressé selon les dernières enquêtes auprès des clients, depuis la période noire de la fin des années 90 et de la décennie 2000. Les derniers modèles de la marque allemande sont intéressants et compétitifs. Enfin, le constructeur a commencé a renouveler sa gamme obsolète de moteurs. Opel est donc sur la bonne voie.

Reste une taille critique insuffisante, qui constitue l'écueil majeur, et une production dans des pays à coûts élevés comme l'Allemagne. Alors même qu'Opel ne peut se permettre de vendre plus cher que ses rivaux non allemands. Il est d'ailleurs étonnant que la nouvelle Corsa soit partiellement produite outre-Rhin, Volkswagen ayant décidé de fabriquer pour sa part sa Polo  concurrente en Espagne et sa Up en Slovaquie...

 L'alliance ratée entre GM et PSA

GM, maison-mère américaine d'Opel, et le français PSA avaient scellé fin février 2012 une grande alliance stratégique, qui devait en partie résoudre les problèmes de la marque germanique. Mais las. Le 12 décembre dernier, cette alliance a fait finalement... pschitt. GM a alors annoncé avec sa brutalité coutumière qu'il se débarrassait de ses 7% dans PSA, prenant les dirigeants du groupe tricolore par surprise. PSA a, depuis, scellé un mariage avec le chinois Dongfeng. Opel et le français restent toutefois liés par des accords ponctuels de coopération technique et industrielle.

Un futur monospace compact Opel  sera ainsi fabriqué chez PSA à Sochaux, parallèlement au remplaçant du Peugeot 3008. La fabrication des prochains minispaces des deux groupes sera, elle, assurée par le site General Motors de Saragosse (Espagne). Ces deux familles de véhicules seront développées sur des plates-formes PSA. Les premiers véhicules issus de l'alliance devraient être commercialisés à partir de 2016.

Un  programme portant sur une nouvelle génération de petits véhicules utilitaires légers pour les deux groupes a été également lancé sur une plate-forme aussi d'origine PSA. Plus de 700.000 véhicules devraient être produits au total dans le cadre de cette collaboration. Le programme phare de petits véhicules et de mini-moteurs communs a en revanche été purement et simplement abandonné !

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 12/09/2014 à 8:14
Signaler
GM liquide Chevrolet en Europe, dont l'essentiel des volumes etaient originaires de Coree, parce que Chevrolet etait bien trop chere pour faire de l'ombre a Dacia, et cannibalisait Opel. Et maintenant GM pretend faire une sorte de "twingo low cost" ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.