Fiat Chrysler tenté par une fusion avec General Motors

 |   |  250  mots
Fin mai, Sergio Marchionne avait déclaré que l'industrie automobile se dirigeait vers une nouvelle grande fusion avant 2018.
Fin mai, Sergio Marchionne avait déclaré que l'industrie automobile se dirigeait vers une nouvelle grande fusion avant 2018. (Crédits : REUTERS/ Max Ross)
L'administrateur délégué de FCA juge nécessaire de réduire le nombre d'acteurs sur le marché automobile mondial afin de faire face aux investissements obligatoires. Il a recruté des actionnaires activistes pour l'assister dans sa démarche.

Avec 4,61 millions de voitures écoulées en 2014 lui assurant la septième place mondiale, FCA, le nouveau groupe issu de la fusion de Fiat et Chrysler, ne serait pas assez grand pour Sergio Marchionne. L'administrateur délégué de Fiat Chrysler Automobiles s'efforce de rallier des fonds spéculatifs et des investisseurs activistes pour l'aider à convaincre General Motors d'accepter une fusion des deux constructeurs automobiles, rapporte mardi 9 juin le Wall Street Journal.

Sergio Marchionne est encouragé dans sa démarche par les récents succès obtenus par les investisseurs activistes au sein de GM et il les voit comme un levier de la consolidation du secteur automobile qu'il ne cesse d'appeler de ses voeux, selon le quotidien américain, qui cite des personnes informées de ces projets. Il n'a pas été possible dans l'immédiat de joindre des représentants de Fiat Chrysler et GM.

Vers une grande fusion d'ici trois ans

Fin mai, Sergio Marchionne avait déclaré que l'industrie automobile se dirigeait vers une nouvelle grande fusion avant 2018. Il n'avait toutefois pas réagi à un article du New York Times faisant état de discussions -avortées- autour d'un rapprochement entre Fiat et Opel, filiale allemande de General Motors.

L'administrateur délégué de FCA juge nécessaire de réduire le nombre d'acteurs sur le marché automobile mondial afin de faire face aux lourds investissements nécessaires pour répondre à la demande croissante en faveur de véhicules plus sûrs et moins polluants.

 (Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/06/2015 à 15:59 :
Comme indiqué par mes soins depuis des années, le projet de fusion FCA avec GM n'est donc pas une surprise. C'est l'aboutissement de la volonté des Agnelli depuis longtemps affirmée de sortir de l'automobile qui ne gagne pas d'argent. Gestionnaires de Fiat que s'était approprié GM à la fin de la guerre au titre des dommages; mais aussi pour fournir en technologies les pays du rideau de fer, ils ne s'arrangent pas de la situation. GM n'a jamais réussi à prendre une décision malgré les demandes pressantes surtout après les années 90. Encore aujourd'hui l'américain hésite. Cette reprise le porterait au premiers rangs mondiaux... avec beaucoup d'ennuis à gérer. La non-reprise lui laisserait des compensations et permettrait des accords. En effet FCA serait repris par Renault Alliance qui faciliterait l'installation de Peugeot. L'ensemble de ces mesures aboutirait à un "équilibre programmé" des constructeurs occidentaux sur leurs territoires respectifs, basé en large partie par des accords de fournitures ou de technologies. Cependant l'adn des américains et l'ancienneté de la programmation pousse à croire que le constructeur sera obligé de foncer même s'il ne ressent pas positivement le dossier. Opel serait cédé à Peugeot en première mesure avant fusion. Les Agnelli au travers de Elkam se retrouveraient alors à 20% de GM-FCA et donc quasi propriétaires qui plus est avec des moyens de raccord. Une solution que les américains ressentent mal d'autant que l'homme au pull-over, Marchionne, est canadien et entretient d'excellentes relations avec Magna, une firme qui pourrait entrer dans le jeu. Attendons.
Réponse de le 10/06/2015 à 9:13 :
GM n'a aucune intention d'acheter FCA.
Marchionne peut pousser autant qu'il veut, au bout du compte les fonds de placement écouteront l'avis de l'acheteur et pas du vendeur. Si l'acheteur ne veut pas de ce que propose le vendeur parce qu'il dit qu'il n'en a pas besoin et que ca menera qu'à une catastrophe industrielle, les fonds ecouteront GM, l'acheteur et pas Marchionne qui cherche à forcer la vente de son groupe en péril.

Parce que la vraie raison de cette obligation de vente, ce n'est pas la consolidation du secteur automobile qui s'en sort tres bien, c'est surtout que FCA lui est trop faible et cherche à rapidement se vendre tant que son cours est au plus haut. Actuellement jamais de son histoire Fiat n'a eu une si haute capitalisation boursiere. Or cette capitalisation ne tient qu'à un fil, celle du marché américain qui est en plein boom.

Probleme c'est que ce marché américain en plein boom profite aussi à GM qui est le n°1 américain. Qu'aurait-il a reprendre Chrysler-Ram et Dodge alors qu'il a déjà Chevrolet-GMC et Cadillac comme marques sur ce meme marché.
En Europe, pourquoi reprendrait-il Fiat alors qu'il a Opel ?
Dans tous les marchés GM, les marques de GM sont plus grosses que celles de FCA.

Ensuite pour ta politique industrielle fiction si Marchionne arrivait finalement à vendre FCA à GM, jamais GM ne vendrait Opel pour se garder Fiat.
GM n'en a que faire de Fiat, comme tous les autres constructeurs implantés en Europe. S'il y a bien une marque qui peu disparaitre du marché européen sans souci c'est bien celle-là. Elle ferait comme Lancia qui disparait pour rester qu'en Italie puis un jour ils la fermeront.

Ensuite jamais les Agnelli n'auront 20 % du groupe GM-FCA, parce que GM c'est quasi 3 fois plus gros en capitalisation (56 M de $ contre 20 M de $) et que les agnelli n'ont que 50% d'Exor qui controle que 30% de FCA. Donc un rapide calcul tres simple donne 10% pour Exor au mieux et donc 5% au final pour les Agnelli.
Sans compter que FCA veut séparer Ferrari de FCA or si Ferrari sort de FCA, FCA perdra environ 6 M de $ de valeur et donc FCA vaudrait plus que 14 M de $ au mieux.
Mais vu le retard technologique de FCA, les problemes structurel de Fiat, les ventes qui s'écroulent au Brésil et qui represente 40% des ventes mondiales de Fiat, je peux te dire que jamais GM si GM finalement racheter FCA ne l'acheterait au prix de bourse car son cours est survalorisé.
FCA est en gros péril, seul Jeep et Ferrari sont interressant. Apres il n'y a ni technologies ni autres marques d'interressantes (trop couteuses à developper alors que GM en a déjà beaucoup sous le coude).
Réponse de le 10/06/2015 à 11:35 :
La question est plus complexe qu'une présentation simpliste, @Noshe. Historiquement GM doit prendre position sur la reprise de Fiat mais l'ensemble est devenu FCA avec l'accord de tous les constructeurs, ce qui permet à l'américain d'utiliser cette porte de sortie. Sa décision en effet est non seulement cette reprise mais aussi la vente même de GM car sa capacité atteint un pic et il apparaît à tout le monde que GM ne peut prospérer seul. Dans le cas d'une vente de GM les 2 groupes seraient en réalité dépecés, ce qui intéresse les hedge fonds, intermédiaires peu appréciés pas les constructeurs occidentaux. Il faut considérer qu'il existe une pratique et des compensations à fournir. Pour le cas d'une fusion l'effet de taille permettrait en interne et en externe des accords performants qui augmenteraient la valorisation de l'ensemble car contrairement à ce que vous affirmez FCA et GM sont fortement sous valorisés en regard de la côte des autres constructeurs. Le bond serait équivalant du double pour FCA et d'au moins 50% pour GM. Les actionnaires, la direction, les banques, parce qu'ils y ont fortement intérêt regardent ces options. Il y aurait à la fois découpage partiel et fusion voire reprise. Toutefois cette toute dernière possibilité est peu probable car elle signerait la fin de "l'italiennité" de FCA en en compromettant les performances commerciales. Les Agnelli dans la pratique financière (qui n'est pas que comptable) contrôlent dans la réalité Exor et FCA avec des associés dormants. Les deux groupes ne vont pas fusionner en totalité pour revendre des segments par la suite, l'opération va se faire d'un même mouvement, c'est dans ces conditions que le contrôle de GM-FCA serait dans cette hypothèse à 20% entre les mains des Agnelli en terme de pouvoir direct et indirect. Ces derniers pourront ensuite "pomper" progressivement ce qu'ils n'ont pas s'ils souhaitent rester, ce qui est peu probable hors le temps bref de la valorisation évoquée plus haut, ou bien s'allier ou vendre en totalité. Cependant les constructeurs se connaissent bien, ils ne laisseraient pas Elkam faire le hold-up pour payer au final le prix fort, à ce jeu, seuls les chinois seraient preneurs et c'est bien ce qui inquiète. Par ailleurs il a toujours été prévu que Ferrari reste italien pour préserver l'honneur du pays. La société repartirait avec des automobiles plus accessibles et respectueuses des normes. Elle ne vaut certainement pas 6 milliards mais si l'affaire se faisait à ce prix alors la valorisation de FCA monterait fortement, avec ce cash en poche. Quoiqu'il en soit les équations sont multiples mais favorables aux groupes français qui ne pourront qu'en tirer avantage dans tous les cas. Il est probable que GM reprenne FCA avec un premier découpage pour bénéficier de l'effet de levier valorisation.
Réponse de le 10/06/2015 à 19:09 :
j'ai l'impression que tu n'as pas compris ce qu'est Exor par rapport à FCA.
Ce ne sont pas deux groupes distincts, Exor est un actionnaire de FCA.
Exor possede seulement 30% de FCA. Et Exor qui est une société de portefeuille est controlée à 50% par la famille Agnelli (pas 100%), c'est pour cette raison que je dis que dans l'hypothèse où GM racheterait FCA comme Marchionne le souhaite, par rapport à la valorisation actuelle de GM et FCA, Exor aurait au mieux 10% de GM-FCA.

Ensuite Oui, je trouve que GM est sous-valorisée en effet mais à l'inverse je trouve FCA survalorisée compte tenue de tous les probleme inhérents à ce groupe.
FCA ne tient en fait que sur deux élements : -la dynamique du marché auto américain et les ventes de Fiat au Brésil.
Les ventes de Ferrari sont essentiellement absorbées par le cout financier de l'écurie en F1 (qui ne gagne plus depuis de tres longues années).

Pour ce qui est de la vente de Ferrari, FCA controle Ferrari à 95%.
Or si Marchionne et les Agnelli veulent sortir Ferrari du groupe FCA pour l'avoir en main-propre, ils devront l'acheter à FCA.
Sauf qu'ils ne pourront pas faire un troc à l'italienne puisque FCA est cotée et donc Exor, la holding des Agnelli, devra acheter Ferrari au prix du marché. Si le marché s'enflamme, Exor devra mettre un prix tres elevé pour avoir la majorité du capital de Ferrari.

De toute façon, GM n'a aucun interet en FCA. Jamais ca ne se fera.
Et meme si Marchionne cherche à vendre son groupe à qui veut (Apple, Tesla, GM, Ford, Toyota, PSA, Honda et..), aucun groupe ne serait interressé par le groupe FCA en lui-meme.
FCA a trop de marques différentes qui se cannibalisent et pas une marque forte qui permettraient de faire de vraies économies d'échelles (genre comme les marques Renault, Mazda, Toyota etc..). Du point de vue technologie, FCA n'a rien à apporter aux autres constructeurs, bien au contraire ce sont les autres qui sont en avance sur FCA.
La seule solution en fait pour Marchionne s'il veut vendre son groupe, ca serait de le vendre à la découpe, la vente d'Alfa Romeo à Volkswagen, la vente de Jeep à GM, la vente de Fiat à un constructeur asiatique, la vente de Chrysler-Ram à Ford, la vente de Dodge à un aute constructeur. Les ventes de Magnetti-Marelli, Comau et Teksid a des fournisseurs automobiles.
Vendre les marques séparement marcherait mieux que le groupe en entier qui n'a que peu d'attrait pour les autres constructeurs mondiaux (trop de marques, trop de restructurations à prévoir donc cout de l'achat plus frais de restructurations plus develloppement produits mettraient en péril n'importe quel groupe mondial, GM ou Toyota compris)
a écrit le 09/06/2015 à 14:37 :
Opel est soutenu depuis des années par GM, elle est déficitaire et va surtout s'éteindre dans quelques année. Cela serai vraiment une erreur que Fiat se rapproche de cette société
a écrit le 09/06/2015 à 14:27 :
Sergio Marchionne se rends compte que sa stratégie est désastreuse ;

Carlos Ghosn est embué, il ne s'est pas encore rendu compte de ses errements industriels ;

Le mariage pour tous devrait inspiré les 2 plus mauvais patrons de l'automobile, qu'ils s'assemblent pour le pire, chacun pourra dire que c'est la faute à l'autre.
Réponse de le 09/06/2015 à 18:30 :
Ghosn chez nissan a été exceptionnel (se rappeler que la société était en faillite)
Chez renault, plutôt moyen voir très moyen (mais mieux que PSA, Fiat, Opel)

Marchionne a réussi l OPA du siècle : il a racheté une bouchée de pain chrysler (une grande partie gratuite en échange de techno petit véhicule) alors que Daimler avait racheter 36mrd€ cette même société !
Par contre question gestion industriel c est pas terrible : Fiat est moribond (rien à part la 500) Lancia est mort, alpha n arrive pas a ressuscité et maserity a encore du chemin

Bref un coup d éclat (principalement financier) a l actif de chacun de ces grands de l auto et pas grand chose derrière

a écrit le 09/06/2015 à 14:06 :
GM a dit non,il me semble.Quant'à Opel même pas la peine d'en parler:il y ont déjà gouté a FIAT et ça leur a couté bombon.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :