Constellation renoue avec les bénéfices

 |   |  294  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le producteur d'énergie américain affiche un bénéfice net de 137,6 millions d'euros au troisième trimestre contre une perte un an plus tôt, et ce malgré une chute de ses revenus. Le groupe confirme par ailleurs être toujours en discussions avec EDF pour le rachat de ses activités nucléaires aux Etats-Unis.

Constellation Energy, dont les activités nucléaires aux Etats-Unis doivent être rachetées par EDF, annonce ce vendredi des comptes dans le vert pour le troisième trimestre. Le bénéfice net s'élève à 137,6 millions de dollars, soit 69 cents par action, contre une perte de 225,7 millions de dollars un an plus tôt.

Hors exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 1,23 dollar, meilleur qu'au troisième trimestre 2008 (76 cents) et que les prévisions des analystes (1,07 dollar).

Le chiffre d'affaires chute toutefois de 24% à 4,02 milliards de dollars, bien en dessous des attentes (consensus Reuters à 4,48 milliards). Le groupe a particulièrement souffert dans le marché non régulé où ses ventes ont chuté de 27,3% à 3,162 milliards de dollars.

Cela n'empêche pas le groupe de relever ses prévisions de résultats pour 2009 alors qu'il indique percevoir des signes de stabilisation de la demande d'électricité sur certains marchés. Le producteur américain d'énergie table sur un bénéfice par action compris entre 3,25 dollars et 3,45 dollars. Il a confirmé en outre son objectif pour 2010, de 3,05 à 3,45 dollars.

Par ailleurs, le PDG a indiqué que son groupe était toujours en discussions pour boucler le rachat par EDF de près de la moitié de ses activités nucléaires au moment où des doutes sur l'opération apparaissent.

En effet, selon le Financial Times ce vendredi, le gouvernement français ferait pression sur EDF, dont il détient 84%, pour qu'il abandonne cette opération de rachat d'un montant de 4,5 milliards de dollars, annoncée à la mi-décembre 2008. Le gouvernement a néanmoins démenti auprès de l'AFP (Agence France Presse). "Nous avons autorisé cette opération" et l'Etat n'a pas changé de position sur la question, a assuré un haut fonctionnaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :