Fessenheim : les « anciens » directeurs de centrales donnent de la voix

 |   |  427  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Après la lettre de soutien des directeurs de centrales nucléaires aux salariés de Fessenheim, aujourd'hui ce sont 30 « anciens » directeurs de sites qui protestent dans une lettre ouverte contre la décision « injustifiée » de fermeture de la centrale alsacienne.

La décision annoncée mi septembre par François Hollande de fermer la centrale de Fessenheim fin 2016 n?en finit pas d?indigner chez EDF. Après l?initiative des directeurs de centrales qui ont exprimé par écrit leur soutien aux salariés de la centrale alsacienne, cette fois ce sont 30 anciens directeurs des sites nucléaires français qui s?indignent. « Cette décision est complètement absurde. Elle va mettre 2.200 salariés d?EDF sur le carreau ou plutôt éviter 2.200 recrutements chez EDF, sans aucune justification rationnelle, ni en terme de sûreté, ni au niveau économique, ni en terme de capacité de production. C?est une décision purement politicienne », dénonce l?ancien patron de la centrale du Bugey, Jean Fluchère. « Nous sommes assez grands pour dire que c?est idiot », ajoute-t-il.

Dans un communiqué, les trente retraités d?EDF rejettent l?argument de l?obsolescence de Fessenheim, pourtant la plus ancienne centrale française, en affirmant notamment que « la centrale de référence [du parc français], construite sous licence Westinghouse aux USA, Beaver Valley 1, qui a démarré un an avant Fessenheim 1, a reçu une autorisation de fonctionnement pour une durée de 60 ans de la part de l?Autorité de Sûreté des USA ». En France, l?Autorité de sûreté a donné en juillet 2011 son feu vert pour une prolongation de dix ans de la durée de vie de la tranche 1 (de trente à quarante ans) et instruit actuellement le dossier pour la tranche 2.

Le silence de Proglio est "normal"

Les directeurs à la retraite, qui affirment que leur prise de position n?est pas téléguidée par EDF, rappellent en outre que les deux réacteurs de Fessenheim rapportent 400 millions d?euros par an à EDF en excédent brut d?exploitation, selon les calculs de la cour des comptes. Quant au silence obstiné de Henri Proglio sur ce sujet, « il est normal », estime Jean Fluchet. « Le PDG d?EDF est nommé par l?Etat, propriétaire à 85% d?EDF. Il est donc tenu à un devoir de réserve sur les décisions de son actionnaire. Cela s?est toujours pratiqué, même du temps de Pierre Delaporte ou Marcel Boiteux », ajoute Jean Fluchet. Henri Proglio ne garde donc pas le silence pour sauver son siège, selon l?ancien patron du Bugey, « l?avenir d?Henri Proglio est derrière lui. S?il était démis manu militari de ses fonctions, il s?en remettrait très facilement », croit savoir le retraité.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/10/2012 à 20:23 :
bonjour à tous ,
L'ensemble des critiques et arguments pro nucléaires sont justifiés, oui , tout n'est pas sérieux dans le monde du nucléaire français , oui, notre parc électronucléaire est satisfaisant et productif .
je pense que tous les problème viennent de la financiarisation d'Edf , qui prive l"électricien de moyens et ressources pour se maintenir à un niveau aussi élevé que le niveau de la productivité .
il faut scinder les activités internationales , et le métier de base , dégager des ressources pour la formation des personnels et éviter la sous traitance économique ; le nucléaire est exigeant en matière de sécurité , c'est une gageure de faire bosser des personnes extérieures à Edf pour l'entretien basique; il serait bien de donner plus de pouvoir aux responsables de la sécurité , la production élevée permet d?arrêter par précaution , le danger , vient toujours par l'usage d(installations défectueuses .
a écrit le 08/10/2012 à 19:29 :
Il est impressionant de voir comment les les médias sdouvent peu compétent en matiére du nucléaire peuvent faire tourner les tetes des non initiés qui leur font confiance et qui les payent finalement gracement.
Bien sur je ne suis pas crédible, j'ai contribué toute ma vie active au démarrage etn à l'exploitation du parc PWR en France et à l'étranger.
N'en déplaise aux anti de tous bords, vous pouvez mille fois dire merci à EDF de vous fournir de l'électricité sure et pas chère, qui tant sur le plan de la pollution que sur les accidents du travail, que sur le stockage des déchets n'a absolument pas à rougir de son millénaire (en cumulé) d'exploitation des centrales nucléaires.
Faites la même analyse pour; la voiture, l'agroalimentaire, la médecine, vous arriverez à des conclusions bien plus terrifiantes.
Ouvrez les yeux , on nous spolie, l'europe à bien compris le parti qu'elle pouvait tirer du petit bénéfice EDF nucléaire, a travers la loi NOME (11 2011) EDF doit vendre 25 pour cent de sa production nucléaire ( pas le photovoltaique payé par vos impots) a prix coutant à la concurrence, de plus edf à du vendre toute ses parts dans la Compagnie Nationale du Rhone à Suez (35% du l'hydraulique Français).
La France est un tout petit pays qui ne tient plus que par ce qu'il a sa voix au conseil de sécurité des nations, même plus peur de ses armes atomiques.
On n'a plus de matiéres première, plus de siderurgie lourde, nous dépendons d'ARCELOR MITAL pour obtenir les lingots pour faire un alternateur EPR. Le formidable développement des hommes induit par la filère nucléaire est encore un rare atout majeur, à nous de le défendre pied à pied....
Pour les incrédules je vous recommande deux lectures contradictoires et il n'y a pas photo à l'arrivée:
sortir du nucléaire c'est possible NOVA edition, www.sortirdunucleaire.org; et l'excellent (un peu technique mais abordable par les passionnés) avec le nucléaire Henri PREVOT seuil www.hprevot.fr
Arretons de nous tirer des obus dans le pied, maintenant nous n'avons plus les moyens que celui de nous anéantir et laisser disparaitre à jamais ce beau projet de laicité dans la démocratie.
a écrit le 07/10/2012 à 10:22 :
Ce monsieur, ancien directeur de la centrale de Bugey, ferait bien de dire à son successeur de faire son boulot correctement, de contrôler la "viande à Sieverts" (les sous traitants) qui semblent faire n'importe quoi au cours de leurs interventions (je ne parle pas du non respect des doses limites de radioactivité, pour ça, on les change de centrale et on leur donne de nouveaux dosimètres, ils l'auront leur cancer et ils le savent) mais bien de la qualité du travail effectué: http://www.asn.fr/index.php/L-ASN-en-region/Division-de-Lyon/Centrales-nucleaires/Centrale-nucleaire-du-Bugey/Avis-d-incidents . Entre balancer des gravats radioactifs là ou ils ne devraient pas, ceux qui envoient des matières radioactives par la poste (incident du 12/04/2010), les multiples défauts sur l?étanchéité ou les valves,... il faut peut être arrêter de déconner.
a écrit le 07/10/2012 à 9:04 :
demonter les anciennes centrale nucleaire et les remplacer par quoi on fait de plus en plus du tout electrique(maison bureau air conditionnee ;;;;;) et on renacle a creer de l'electricite
eolien ,photovoltaique maree motrice hydraulique alors on fait quoi l'hiver on se chauffe pas et l'ete on regarde la clime et on la met pas en route
Réponse de le 17/10/2012 à 17:36 :
Et on liasse sa ZOE au garage :o))
a écrit le 04/10/2012 à 19:35 :
C'est bien gentil de râler sur cette fermeture, mais ils sont au courant qu'ils y a eu un petit problème à Fukushima? Avec les catastrophes précédentes les statistiques sont franchement inquiétantes avec une catastrophe d'importance tous les 12 ans (USA, GB, Ukraine, Japon). Sans compter celle de St Laurent des Eaux (niveau 4 "seulement"). Même Merkel (physicienne de formation et instigatrice du site de stockage de Gorleben c'est rendue compte du problème. En France on a clairement affaire a un gouvernement autiste qui semble ignorant du risque.
a écrit le 04/10/2012 à 12:44 :
je partage totalement l'analyse de ces directeurs. Mais je m'interroge sur leur honnêteté: pourquoi avoir attendu si longtemps pour faire connaitre leur opinion? je cherche le lézard !
a écrit le 04/10/2012 à 10:14 :
Ces types (uniquement des hommes d'ailleurs) nous ont légué quantité de déchets hautement dangereux pour des millénaires et ils ont le culot de venir nous faire la morale !
Qu'ils aillent au diable ! Qu'ils nous laissent essayer d'avoir un avenir meilleur ! Une HONTE !
Réponse de le 04/10/2012 à 15:30 :
ces dechets sont parfaitement identifies, controles, surveille, et en plus la France a une vraie solution technique et sure: la seule difficulte est dordre politique et sociale.
Le nucleaire est la seule industrie au monde dans ce cas. Ou sont les PCB? les decahets amiante pre 1990? Le DDT??? pour ne citer qu'eux!
Réponse de le 04/10/2012 à 16:43 :
Alors allez-y décrivez nous la solution miracle, et quel rapport avec le sujet de l'article dans la suite de votre commentaire? Vous voulez aussi nous parler de charbon et de faim dans le monde qui sont des problèmes importants tant que vous y êtes pour esquiver le sujet?
C'est vous qui allez assurer la sécurité des installations de stockage pour les millénaires à venir? Vous nous garantissez qu'il n'y aura aucun problème à aucun moment?
Et pourquoi bloquer la transition énergétique? Empêcher la France de former des ingénieurs et des techniciens en démantèlement pour conquérir les immenses marchés de demain, car la plupart des centrales dans le monde arrivent en fin de vie?
Réponse de le 05/10/2012 à 10:43 :
Arretons avec cette histoire de demantelement... experience de Brennilis , Chooz A, Super Phenix . La transition energetique est uen transition societale totale: plus d'usines, renoncement au petit confort quotidien.... et plus de pollution comme en allemagne avec centrales au lignite... On nous trompe!!!!
a écrit le 03/10/2012 à 23:45 :
Ces messieurs defendent leur biftecks, voila tout. Fessenheim mais aussi beaucoup d'autre centrales sont vieilles et dangereuses, de par leur usure mais aussi parce que le nuke est intrinsequement inmaitrisable.

Dans le nuke, on aura toujours un accident de retard, et je n'ai pas envie qu'on en fasse l'experience en France alors que les EnR sont competitives a present.
Réponse de le 04/10/2012 à 11:27 :
Les EnR sont encore loin d'être compétitives: cessez de prendre vos rêves pour des réalités et de marteler des contre-vérités pour convaincre les citoyens lambda..
Réponse de le 04/10/2012 à 15:34 :
Les renouvelabes sont parfaits pour une societe du quatrieme type: toutes les usines en Chine, fonctionnant au charbon, avec des ouvriers payes au lance pierre, et nous occidentaux, donnant des lecons, osifs, nous contentant de surfer intenet pour gagner notre croute. Aucune societe industrielle ne peut fonctionner avec des moulins a vent.
Réponse de le 04/10/2012 à 16:51 :
Bien sur que les ENR sont compétitives.
A combien revient le MWh si l'on veut installer de nouveaux moyens de production aujourd'hui?
Gaz : 60 à 80?
Nucléaire (EPR) : 90 à 200?
Eolien terrestre : 60 à 80?
Eolien marin : 100 à 230?
Energies marines : 200 à 250?
Solaire PV : 90 à 200?
Solaire thermodynamique : 150 à 300?
Biomasse : 60 à 200?
Biogaz : 90 à 200?
Géothermie : 100 à 300?
Hydraulique : 30 à 200?
Le nucléaire n'a plus l'argument de seule énergie compétitive face aux fossiles.
La plupart des ENR, en fonction de leur taille, de la ressource, de l'emplacement sont plus compétitives ou autant compétitives que le nucléaire.
Réponse de le 04/10/2012 à 18:12 :
D'où viennent ces chiffres?
a écrit le 03/10/2012 à 20:27 :
Effectivement, la décision de fermer Fessenheim est surprenante. D'habitude, Hollande est plus prudent. Il nomme d'abord une commission avant de prendre une décision !...
Réponse de le 04/10/2012 à 15:57 :
Oui mais là il y avait un accord passé par Martine Aubry avec les "Verts". S'il n'avait pas confirmé, il se serait fait houspiller et là il avait très peur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :