Climat : les pays limiteront-ils à 2°C la hausse de température d'ici à 2050 ? Non, selon l'ONU

 |   |  961  mots
Les engagements de la conférence de Lima sur le réchauffement climatique doivent permettre une baisse globale des émissions de 40 à 70 % d'ici à 2050
Les engagements de la conférence de Lima sur le réchauffement climatique doivent permettre une baisse globale des émissions de 40 à 70 % d'ici à 2050 (Crédits : reuters.com)
Les pays négociant sous l'égide de l'ONU pour limiter le réchauffement climatique ont conclu dans le cadre de la conférence de Lima un accord sur leurs futurs engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Mais le secrétariat des Nations unies au changement climatique émet des réserves...

Les pays négociant sous l'égide de l'ONU en vue d'un pacte multilatéral en 2015 pour limiter le réchauffement climatique ont conclu dimanche dans le cadre de la 20e conférence des parties de la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, réunie à Lima au Pérou, un accord sur leurs futurs engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre, a annoncé le ministre péruvien de l'Environnement Manuel Pulgar-Vidal. Un projet de texte, qui servira de document de base aux négociations préalables au sommet de Paris sur le climat fin 2015, a aussi été adopté à l'issue de deux semaines de négociations intenses, a-t-il précisé.

La conférence de l'Onu sur le climat (20e conférence des parties ou COP20, qui aurait dû s'achever vendredi, a été prolongée de plus de 30 heures en raison d'un clivage entre pays du Nord et du Sud. Aboutir à un accord sur le format des engagements, ou contributions nationales, que les pays prendront courant 2015 pour réduire leurs émissions était l'un des objectifs du rendez-vous de Lima. Le texte final adopté à Lima a apaisé les pays émergents, dont la Chine et l'Inde, qui craignaient que les esquisses précédentes n'imposent à leurs économies un fardeau trop lourd, par comparaison avec les pays riches, en matière d'efforts pour freiner le réchauffement mondial.

Baisse des émissions de 40 à 70 % d'ici à 2050

"Nous avons obtenu ce que nous voulions", a déclaré le ministre indien de l'Environnement Prakash Javedekar, satisfait de voir que le texte préserve l'idée que les pays riches doivent montrer l'exemple en matière de réduction des gaz à effet de serre. L'accord trouvé à l'issue des deux semaines de négociations de Lima dit clairement que les pays riches devront fournir un soutien financier aux pays en développement, a-t-il ajouté.

Le format des contributions concerne notamment l'année de référence, la période d'engagement, le plan d'action, les secteurs concernés, la méthodologie retenue. Les engagements doivent permettre une baisse globale des émissions de 40 à 70 % d'ici à 2050 : une nécessité absolue pour parvenir à limiter à 2°C la hausse de la température de la planète.

L'ONU émet des réserves sur l'accord

Le secrétariat de la Convention de l'Onu sur le climat sera chargé de préparer pour le 1er novembre 2015 une synthèse de l'ensemble des contributions, afin de vérifier qu'elles permettront de tenir l'objectif des 2°C. Mais le secrétariat des Nations unies au changement climatique a indiqué que les engagements combinés de tous les pays, en vue de la conférence de Paris, ne suffiront pas pour atteindre l'objectif affiché, à savoir limiter le réchauffement à 2° Celsius au-dessus de la température moyenne de l'ère pré-industrielle.

"C'est un bon document pour préparer Paris", a dit cependant à Reuters le commissaire européen à l'Energie et au Climat, Miguel Arias Canete.

Les principaux points de l'accord de Lima

L'accord conclu à Lima, lors de la 20e conférence de l'ONU sur le climat, pose les bases du futur pacte multilatéral qui doit être conclu fin 2015 à Paris pour limiter le réchauffement climatique. Voici les principaux points de l'accord de Lima :

Les engagements de réduction des émissions de gaz à effet de serre :

- devront être soumis d'ici mars 2015 par "les parties prêtes à le faire" et bien avant la conférence de Paris pour les autres

- seront déterminés par les pays eux-mêmes

- doivent aller au delà des actions déjà entreprises

- peuvent comprendre des informations sur l'année de référence, la période d'engagement, un calendrier de mise en oeuvre, la méthodologie de calcul retenue, un plan d'action sectoriel

- seront publiés sur le site internet du secrétariat de la Convention de l'ONU sur le changement climatique; pas de processus d'évaluation prévu

- seront agrégés par le secrétariat, qui préparera une synthèse pour le 1er novembre 2015, afin de comparer l'effort global prévu rapport à l'objectif de limiter le réchauffement à 2°C

Texte de travail pour les négociations en vue d'un accord à Paris :

- Un texte, discuté ces derniers mois lors de réunions intermédiaires en juin et en octobre, a été de nouveau travaillé à Lima, mais n'avait pas le statut de document de travail reconnu par toutes les parties

- Il a été adossé en annexe à l'accord sur le format des engagements des réductions de gaz à effet de serre et devient ainsi un document officiel pour poursuivre les négociations lors des futures sessions intermédiaires de 2015

- Le document comprend de multiples options sur les principaux éléments du futur texte: réduction des émissions, adaptation, mécanisme de pertes et dommages, financements, transfert de technologies, soutien au renforcement de l'expertise, transparence, révision des objectifs.

Principes :

- "Responsabilité commune mais différenciée" : l'accord affirme l'objectif de parvenir à un accord ambitieux en 2015 reflétant le principe de responsabilité commune mais différenciée de l'ensemble des parties dans le réchauffement, un principe inscrit dans la Convention de l'Onu

- Limiter la hausse de la température entre 1,5°C et 2°C : les parties se disent très préoccupées par le fossé important entre les engagements actuels de réduction des émissions de gaz à effet de serre et les trajectoires cohérentes avec la fourchette 1,5°-2°C, au-delà de laquelle les scientifiques estiment que de nombreuses populations seront en danger

- Financements : les pays développés sont "appelés avec insistance" à fournir un soutien financier renforcé aux pays en voie de développement, en particulier les plus vulnérables, pour leurs actions de réduction des émissions et d'adaptation au changement climatique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2014 à 19:23 :
Il faut ouvrir les yeux et lire les études des climatologues: pour avoir une chance raisonnable de ne pas dépasser 2°C de réchauffement planétaire d'ici 2100 il faudrait, dès 2015, réduire annuellement de 5% les émissions mondiales de CO2. Si on attend 2020 c'est de 9% qu'il faudrait les réduire, puis arrêter totalement d'en produire dès 2040. En claire "la messe est dite" on fonce droit vers un réchauffement d'au moins 4°C. Y a t-il un espoir ? Il faudra d'abord se réveiller et faire le deuil de monde tel que nous le connaissons. Cadeau de Noël de circonstance, un livre de Clive Hamilton "Requiem pour l'Humanité".
a écrit le 15/12/2014 à 13:35 :
Et ben voyons, donner de l'argent aux pays en développement ??? Ils ne veulent pas assumer leurs responsabilités alors que nous, nous le faisons puisque nous faisons attention (pour les particuliers), que les entreprises le font aussi (même si de manière moins franche). A eux de trouver les solutions pour qu'ils évoluent en évitant de polluer la planète !

Mais bon, vu que le tout est régi par les bout en trains de policiens et lobbyistes, on peut toujours rêver...
a écrit le 15/12/2014 à 8:42 :
des études sur les bénéfices d'un réchauffement climatique existent-elles?( l’enquête n'est-elle qu'à charge?)
Historiquement les périodes chaudes ont jusqu’alors plutôt été favorables à l’espèce humaine il me semble.
Réponse de le 15/12/2014 à 11:09 :
plus de chaleur et de CO2 ça signifie plus de végétation, donc plus de choses à manger , ça ne peut qu'être bénéfique.
comme l'élévation de température n'est pas prouvée non plus, on peut juste se dire que tout ça c'est de l'enfumage pour nous faire accepter des taxes en plus.
a écrit le 14/12/2014 à 23:56 :
Qu'on arrête de donner du pognon aux climatologues bien incapables de prouver scientifiquement une relation de cause à effet entre activité humaine et variations climatiques. Si l'homme était capable de maîtriser le climat ça se saurait depuis des lunes...
a écrit le 14/12/2014 à 19:03 :
Vu le fumeux accord US-Chine, qui est une vaste blague, il ne fallait pas s'attendre à autre chose.
Donc, là, mes gens, il n'y a pas que mes roses de décembre en Bretagne qui vont montrer que ce sera de pire en pire. Si être doté d' "intelligence" consiste à faire de l'auto-extinction de race, je ne vois franchement pas le but de la manoeuvre... Et arrêtons de parler d' "écologie" qui consiste non pas à se refreiner, mais à profiter de l'argent nécessaire à juste se "protéger"...
Réponse de le 15/12/2014 à 11:11 :
moi, j'ai récolté des framboises jusqu'à fin octobre , si c'est ça le réchauffement, je vote pour.
a écrit le 14/12/2014 à 17:49 :
je propose de limiter ou interdire toutes aides aux pays émergents destructeurs de la planète voir cotes d'ivoire ou cambodge ou la culture du respect de l'environnement n'existe pas et d"obliger nos gouvernants a assumer leur responsabillité de va
a écrit le 14/12/2014 à 16:02 :
Si jamais la réduction drastique avait un effet contraire, que les températures baissent (voire que la Terre ait 'décidé' de passer en mode "glaciaire"), on serait dans la mouise. Plus besoin de clim, rien que du chauffage. Horreur. (le trop chaud n'étant pas non plus terrible)
a écrit le 14/12/2014 à 15:29 :
Pense unique .fr
a écrit le 14/12/2014 à 13:40 :
Il serait plus juste de donner une suite de plages de températures associées chaque fois à une probabilité tenant compte des incertitudes diverses qui sont considérables dans la connaissance du réchauffement.
Par exemple :
entre 0° et 1° : probabilité 0,2
entre 1° et 2° : probabilité 0,5
entre 2° et 3 ° : probabilité 0,2
entre 3° et 4° : probabilité 0,1

En remplaçant un nuage de points par un point moyen, on gomme artificiellement l'étendue de l'incertitude pour pousser à l'action.
Réponse de le 14/12/2014 à 19:08 :
Sauf que là, ce n'est plus une question de croire, mais de constater... Et la régression linéaire, oui, je connais aussi. Je ne suis pas climatologue, juste ingé qui constate que des milliards de m3 de glace qui fondent ailleurs que dans mon pastis m'alertent...
Réponse de le 15/12/2014 à 8:35 :
cela n'a rien à voir avec la régression linéaire ni même avec les constatations dont vous bénéficiez.
Il s'agit simplement de la façon tronqué de présenter des résultats statistiques au grand publique et "j'ai de gros doute" a bien raison de le signaler.
a écrit le 14/12/2014 à 12:22 :
La température moyenne sur le globe est stable depuis 15 ans !!!!!!! Ce fait est admis par le GIEC.
Réponse de le 14/12/2014 à 14:36 :
sans remise en cause des hypothèses de départ ou des modes de calcul
a écrit le 14/12/2014 à 11:48 :
De toute façon, on nous "enfume"...! ;)
a écrit le 14/12/2014 à 11:44 :
9 à 12 milliards d'individus attendus sur notre minuscule planète vers 2050. Et toujours pas de planète de rechange. C'est fou. La surpopulation mettra en péril l'existence même de l'Homme. "En quelques années le genre humain a ébranlé un équilibre vieux de plusieurs millions d'années " (Dixit "les corps indécents") Les ressources en matières premières, eau potable, énergie étant limitées, comment donner un même confort à autant de personnes ?
Réponse de le 14/12/2014 à 19:10 :
Pas toutes. Seulement les Ricains qui ont besoin de 5 planètes pour vivre.
a écrit le 14/12/2014 à 11:20 :
Il faut Energie Propre! Pour ce faire on pourrait fabriquer des centrales fusion nucléaire de taille minimale! La NASA veut fabriquer un moteur à fusion nucléaire pour propulser les astronefs vers Mars! On peut installer ce type de moteur dans une centrales nucléaire ancrée plusieurs dizaines de metres sous la mer attaché directment à la cote! Mathématiquement c'est possible! Avec la fusion nucléaire, nous disposerions d'une énergie propre presque illimitée!
a écrit le 14/12/2014 à 10:52 :
NOUS SOMME TOUS SUR MEME LE BATEAU DE LA MEDUSSE?SI LES HOMMES NE FONT PAS PLUS VITE? CELA VA ETRE DE PIRE EN PIRE? DEJA PERTE SE 11% DU P I B MONDIAL???
Réponse de le 14/12/2014 à 14:37 :
qu'est-ce que c'est que ces âneries ?
Réponse de le 15/12/2014 à 8:39 :
VOUS AUSSI VOUS SURFEZ SUR LE NET AVEC UN MINITEL ?
ON MONTE UN CLUB ?
a écrit le 14/12/2014 à 10:49 :
Nos médias font passablement de la diversion à ce moment. Tous les sujets les moins importants pour les français sont abordés, mais on fait du silence sur quelque chose qui nous touche de plus près. Par exemple, pourquoi ne parlent-ils pas des 3 milliards d'Areva partis en fumée ? omment le géant du nucléaire français, Areva, a-t-il pu se faire berner par une petite société canadienne, et se retrouve en pleine tourmente financière ?

Cela me fait penser à EDF avec son investissement dans la société Américaine Constellation et qui a ensuite dû provisionner 2,9 milliards d ‘Euros.
Cela me fait penser au directeur de BNP avec les opérations en Dollars avec des pays sous embargo qui ont pour résultat une amende de 6,6 milliards d’euros.
A Noel Forgeard et son parachute doré de de 8,5 millions d’euros après un an à la coprésidence d’EADS,alors que le programme de l’ A380 rencontre d énormes difficultés et n’hésite pas à se dédouaner en disant” La direction du programme A380 n’est pas en cause, en revanche dans certaines usines il y a des responsabilités engagées”
etc…

Pour mémoire, GE (General Electric américain) avait déjà racheté l’excellent fabricant de turbines français Thermodyn. Bientôt nous ne serons en France qu’une main d’oeuvre bon marché. Je pense qu’il y a bien une volonté Nord américaine d’abattre la France en s’attaquant à ses fleurons : Areva et l’armement avec les Mistrals et en chaîne les rafales pour l’Inde. Bientôt l’aviation civile et le TGV (cf Alstom). Et tout a commencé par le pourrissement imposé de nos Présidents. Hollande, ne vois-tu rien venir ?
Réponse de le 14/12/2014 à 10:55 :
AVEC LES ACCORD COMMERCIAUX AVEC L AMERIQUE NOUS RISQU ON DE DEVENIR LES VASSAUX DES AMERICAINS C EST INUTILE DE CONTINUEZ LES SACRIFISSES POUR FAIRE L EUROPE???
Réponse de le 14/12/2014 à 12:29 :
Bonjour. Si vous voulez réellement comprendre le monde de la presse française, je vous propose donc un document de rare importance. Il vous apprendra a voir mieux le pourquoi des choix des sujets ainsi que le traitement donné à chacun d'entre eux. En voici l'adresse:
www.dedefensa.org/article-la_presse_fran_aise_de_l_atlantisme_au_pavlovisme_i_14_12_2014.html
Réponse de le 14/12/2014 à 13:42 :
"Nos" présidents, comme vous dites, ne sont plus que des acteurs d'un film écrit à Washington. Pourquoi croyez-vous que le projet de grand marché transatlantique soit dans les clous ? Pour que les retombées économiques bénéficient aux Français ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :