À la veille du sommet Climat de Biden, l'UE vote l'objectif de réduire de 55% ses émissions carbone d'ici 2030

 |  | 600 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Yves Herman)
Cet objectif faisait l'objet d'âpres négociations entre d'une part les dirigeants des Vingt-Sept, qui s'étaient entendus en novembre sur une réduction de 55%, et d'autre part le Parlement européen, qui réclamait une baisse d'"au moins 60%".

Eurodéputés et États de l'UE se sont mis d'accord mercredi pour adopter l'objectif d'une réduction nette d'"au moins 55%" des émissions de gaz à effet de serre de l'UE d'ici 2030, par rapport au niveau de 1990, ont annoncé la Commission européenne et des parlementaires.

Cet objectif faisait l'objet d'âpres négociations entre d'une part les dirigeants des Vingt-Sept, qui s'étaient entendus en novembre sur une réduction de 55%, et d'autre part le Parlement européen, qui réclamait une baisse d'"au moins 60%".

L'UE se décide à la veille du sommet Climat de Joe Biden

Cet accord sur un objectif de l'UE, qui sera formellement intégré dans une "loi climat" en préparation, intervient à la veille d'un sommet sur le climat initié par le président américain Joe Biden, lors duquel Washington doit justement dévoiler son propre objectif révisé pour 2030.

"C'est un moment historique pour l'UE (...) L'accord renforce notre position dans le monde comme un leader du combat contre la crise climatique", s'est félicité Frans Timmermans, vice-président de la Commission en charge du "Pacte vert" européen, cité dans un communiqué.

Objectif "gravé dans le marbre" et "juridiquement contraignant"

De son côté, le ministre portugais de l'Environnement Joao Pedro Matos Fernandes, dont le pays occupe la présidence tournante de l'UE, a salué "un signal fort au monde entier" et un objectif "aujourd'hui gravé dans le marbre".

Les pourparlers entre États et eurodéputés, dans l'impasse depuis des mois, avaient repris mardi en début d'après-midi et se sont prolongés jusqu'après 5 heures du matin, soit quatorze heures de négociations.

"Le Parlement était évidemment prêt à aller encore plus loin, mais le compromis trouvé est ambitieux : nous allons faire deux fois et demi plus en 9 ans que ce que nous avons fait au cours des 10 dernières années en Europe", a observé l'eurodéputé Pascal Canfin (Renew, libéraux), président de la commission Environnement au Parlement européen.

Désormais, "l'objectif d'une neutralité carbone pour 2050 deviendra juridiquement contraignant", a abondé l'eurodéputé allemand Peter Liese (PPE, droite pro-UE) dans un tweet.

Le problème d'une neutralité collective et pas individuelle (par État)

En revanche, a-t-il regretté, cet objectif de neutralité carbone s'appliquera collectivement à l'ensemble des Vingt-Sept, mais ne s'imposera pas à chaque État individuellement, contrairement à ce que souhaitait le Parlement. La Pologne en revanche, encore très dépendante du charbon, s'y opposait farouchement.

Dans l'accord trouvé, l'objectif est une baisse "nette" des émissions de gaz à effet de serre, c'est-à-dire qui inclut la compensation des émissions de CO2 par des "puits de carbone" naturel, via la reforestation par exemple.

"C'est la reconnaissance du besoin d'améliorer les +puits de carbone+ de l'UE", via une meilleure régulation de l'usage des sols et espaces forestiers, souligne la Commission.

La réduction totale des émissions pourrait même "atteindre près de 57% par rapport à 1990", calcule Pascal Canfin.

"La loi climat n'est pas à la hauteur de ses ambitions", dixit un Vert allemand

De leur côté, ONG environnementales et des eurodéputés verts dénoncent farouchement une cible "nette" qui tient notamment compte du CO2 capté par les forêts --au risque de réduire ainsi mécaniquement la baisse réelle exigée des secteurs polluants.

"La loi climat n'est pas à la hauteur de ses ambitions. En termes réels, ce n'est qu'une réduction de 52,8%, ce n'est pas le +Pacte vert+ qu'il nous faut (...) et c'est insuffisant  au regard de l'accord de Paris", a cinglé sur Twitter Michael Bloss, eurodéputé vert allemand.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2021 à 8:26 :
C'est très bien de se donner des objectifs (le seul objectif acceptable est zéro carbone en 2050), mais quand on refuse d'engager les discussions sur les vrais sujets, cela est néfaste: le premier vrai sujet est bien sûr le futur du nucléaire (60 à 65% de notre électricité en France). Ne pas engager le remplacement de nos centrales ne permettra pas de satisfaire à cet objectif largement irréaliste (cela rappelle les grands plans sur la comète pour la réduction des pesticides en agriculture auxquels les grands industriels du secteur n'étaient même pas conviés à participer: échec assuré..)..
a écrit le 21/04/2021 à 13:48 :
Les allemands sont les plus pollués et les plus pollueurs d'Europe !
a écrit le 21/04/2021 à 11:51 :
"l'UE vote l'objectif de réduire de 55% ses émissions carbone" : On aurait pu écrire tout aussi bien : l'UE vote l'objectif de réduire de 55% son PIB. Des volontaires ?
a écrit le 21/04/2021 à 11:06 :
LOL !

Je vous prends la main au collet ! Donc c'est bien ça il n'y a pas que les journalistes du service public qui recoivent une prime pour dire du bien de l'UE petits malins que vous êtes et vous avez bien raison ! Tant qu'à faire, surtout en temps de crise, faut aller chercher le pognon partout ! Parce que votre dépêche Reuters elle annonce "UE : Accord provisoire pour baisser de 55% les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030"
Bon par contre merci quand même de nous donner le tuyau pour recevoir de la tune pour dire du bien de l'UE svp ! :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :