Biodiversité : la population d'animaux sauvages a chuté de 60% depuis 1970

 |   |  521  mots
Parmi les espèces emblématiques qui disparaissent progressivement, l'orang-outan de Bornéo, à cause du déboisement.
Parmi les espèces emblématiques qui disparaissent progressivement, l'orang-outan de Bornéo, à cause du déboisement. (Crédits : Reuters)
Les espèces déclinent à un rythme "de 100 à 1.000 fois supérieur que celui calculé au cours des temps géologiques", s'alarme le WWF, qui publie aujourd'hui l'édition 2018 de son rapport Planète Vivante. "Agriculture intensive, dégradation des sols, surpêche, dérèglement climatique, pollution plastique" sont "les principales menaces qui pèsent aujourd'hui sur la biodiversité".

Encore 2% de biodiversité ont été perdus. Entre 1970 et 2014, les populations d'animaux sauvages vertébrés (poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles) ont chuté de 60% sur Terre, relève l'édition 2018 du rapport Planète Vivante du WWF, une analyse de l'état de santé de la planète publiée tous les deux ans. L'édition 2016, relative à la période 1970-2012, faisait état d'une baisse de 58%, alors qu'en 2010 le compteur était à 52%.

"Les espèces n'ont jamais décliné à un rythme si rapide, qui est aujourd'hui cent à mille fois supérieur que celui calculé au cours des temps géologiques", s'alarme le WWF, mettant en garde contre une   "grande accélération de la pression exercée par l'Homme sur les écosystèmes".

Seulement un quart des terres ont échappé aux activités humaines

"Agriculture intensive, dégradation des sols, surpêche, dérèglement climatique, pollution plastique", à l'origine soit d'une surexploitation de ces espèces animales, soit de la perte et dégradation de leur habitat, sont en effet selon le WWF "les principales menaces qui pèsent aujourd'hui sur la biodiversité", qui dans les tropiques, l'Amérique du Sud et l'Amérique centrale atteint même 89% des populations de vertébrés. Et si "à ce jour, seulement un quart des terres ont échappé aux activités humaines", au rythme de développement actuel "ce chiffre devrait chuter à seulement 10% en 2050", s'inquiète l'organisation.

Or, au-delà de la peine suscitée par la disparition progressive de quelques espèces emblématiques (l'éléphant africain en raison du braconnage, l'orang-outan de Sumatra et de Bornéo à cause du déboisement, les manchots Adélie en Antarctique en raison de l'augmentation de la température), les humains sont aussi en train de scier la branche sur laquelle ils sont assis, rappelle l'organisation, en citant l'exemple des mauvaises conséquences économiques que cette disparition animale produit déjà pour la pêche professionnelle.

L'agriculture,"principale responsable de la disparition de la nature"

Afin de faire marche arrière, "il est indispensable de repenser en profondeur notre manière de produire et de consommer", estime donc le WWF, qui au niveau international mise surtout sur la conférence mondiale sur la biodiversité organisée en 2020 à Pékin, dont l'accord final devrait donc contenir "un objectif de zéro perte nette de biodiversité en 2030".

En France, où Nicolas Hulot a lancé avant de démissionner un grand plan biodiversité, le WWF rappelle l'important rôle joué par l'agriculture,"principale responsable de la disparition de la nature et de 70% de la déforestation", en demandant "un plan ambitieux de lutte contre la déforestation importée et un co-portage de la PAC par les ministères en charge de l'écologie et de l'agriculture".

Mais il souligne aussi la nécessité de "engager l'ensemble des acteurs dans la transition vers des formes de mobilité plus durables", ainsi que d'abandonner le projet Montagne d'Or, mine d'or industrielle prévue "en plein cœur de la forêt amazonienne guyanaise, symbole d'un modèle de développement du passé qui oppose développement économique et protection de l'environnement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2018 à 22:30 :
Pour tirer le signal d’alarme, il faudrait que le rapport soit plus explicite. Qui l’a vraiment lu? Pour info, le rapport de 2018 et différent de celui de 2016. En 2016, on avait des courbes en fonction des typologies d’animaux, en 2018, c’est part structure géographique. De fait, on ne peut pas s’apercevoir si toutes les catégories d’animaux disparaissent. En 2016 seule la catégorie des animaux des eaux vives se détériorait, sans doute du fait des batraciens. Mais les animaux terrestres et des mers s’amélioraient. En 2018, on ne peut plus savoir. Or les animaux des eaux vives représentent la majorité de l’échantillon (3300 sur 4000) et à eux seuls ils sont donc en mesure de faire descendre le taux de présence de l’ensemble alors même que les espèces marines ou terrestres pourraient progresser et donc mettre à mal la disparition généralisée des espèces que théorise le wwf. Il y a sans doute bien un problème de biodiversité mais pas forcément généralisé et en tout cas ce n’est pas un rapport écrit de cette manière qui permet de lutter contre le problème
a écrit le 30/10/2018 à 17:29 :
Les animaux vivaient un véritable calvaire. Les autorités albanaises ont démantelé dimanche 28 octobre un zoo privé afin de sauver onze bêtes, dont des lions et un ours gardés dans des conditions de vie "infernales" selon les dires de plusieurs ONG.
Après le refus du propriétaire de ce zoo de Fier, à une centaine de kilomètres au sud de Tirana, de l'ouvrir, la police a défoncé les portes, permettant aux vétérinaires d'y accéder pour endormir les animaux et les préparer pour le transport vers le zoo de Tirana. "Les conditions de vie pour les animaux dans ce zoo sont absolument horribles (...) c'est une manière infernale de garder des animaux", a déclaré avant l'opération une responsable de l'organisation internationale de défense des animaux Vier Pfoten (Quatre Pattes).

"Ils sont tous malheureux, ils manifestent tous des signes de détresse physiologique. Vu les conditions d'hygiène, ils ont tous de graves problèmes de santé", affirme Jeta Lepaja, de la même organisation, qui déplore l'absence de toute "imitation de l'habitat naturel" de ces animaux dans l'établissement.
a écrit le 30/10/2018 à 17:21 :
2017
Lundi 10 avril, Donald Trump a signé le texte d'une nouvelle loi, validée en amont par le Congrès américain, autorisant la chasse et le massacre des ours polaires, des loups et de leurs petits en Alaska, et même les animaux hibernants. Ils pourront même être tués directement depuis un hélicoptère ou lâchement dans leur tanière. Et avec cette nouvelle loi, la survie des ours polaires, espèce menacée d'extinction à cause du réchauffement climatique, est largement remise en question. C'est donc un immense pas en arrière pour la protection de l'environnement et de la faune. En effet, le gouvernement de Barack Obama, l'ancien président des Etats-Unis, avait protégé ces animaux en empêchant la pratique de la chasse, avec l'Alaska National Wildlife Refuges Rule.Mais le plus affligeant, c'est que cette loi légalise aussi le massacre des louveteaux et des oursons, alors qu'ils ne représentent pas de danger. Cela va même encore plus loin, puisque les chasseurs peuvent désormais tuer ces animaux alors qu'ils sont en hibernation, et donc, totalement inoffensifs.
a écrit le 30/10/2018 à 17:16 :
C'est pas fini :

Au moment où la Terre a perdu 60 % de ses animaux sauvages en 44 ans, selon un rapport du WWF, la Chine vient de provoquer la colère des défenseurs des animaux.
L’Empire du milieu a autorisé sous « certaines circonstances particulières », lundi, le commerce de produits d’os de tigres ou de corne de rhinocéros.Selon la circulaire de Li Keqiang, le Premier ministre, cela sera possible lors de la vente d’œuvres d’art, la recherche scientifique ou le développement de traitements médicaux. Une autorisation spéciale sera requise pour le recours à ces produits.
Seuls des médecins employés par des hôpitaux reconnus par l’Administration nationale de médecine traditionnelle chinoise seront autorisés à les utiliser.Au mois d’août, Une saisie record de cornes de rhinocéros, d’une valeur estimée à 12 millions d’euros, a eu lieu à l’aéroport de Kuala Lumpur (Malaisie). Au total, ce sont 50 cornes de l’animal qui pesaient 116 kilos qui ont été récupérées. Les responsables de l’aéroport de Kuala Lumpur ont aussi découvert dans le même chargement une importante quantité d’os d’animaux, qui seraient ceux de tigres et de léopards.En mars 2017, le zoo de Thoiry (Yvelines) faisait face à une scène de braconnage. Vince, rhinocéros blanc âgé de 5 ans et hébergé par le zoo, était abattu par des malfaiteurs qui lui ont dérobé sa corne, coupée à la tronçonneuse. Une première dans un zoo d’Europe. Un seul kilo de corne de l’animal peut valoir jusqu’à 50 000 € sur le marché asiatique.
a écrit le 30/10/2018 à 13:28 :
Il est urgent d'agir, d'arrêter les mesurettes et faire de ce sujet une cause "internationale".
Mais avec les récents élus comme trump, le brésilien, ... et les agissements hypocrites de certains gouvernements et entreprises (total? montagne d'or?) le combat s'annonce difficile.
Néanmoins ce sujet a de plus en plus d'échos dans la presse et l'esprit des gens.
a écrit le 30/10/2018 à 12:04 :
il n'y a jamais eu autant de personne à l'extrême droite.
a écrit le 30/10/2018 à 11:21 :
La grande coupable est bien évidemment la surnatalité dans le monde qui a fait rage ces vingt dernières années. Aujourd'hui il est presque trop tard pour redresser la barre.
a écrit le 30/10/2018 à 8:56 :
Tant que l'actionnaire milliardaire investira sur la destruction des humains et de la planète et tant que ça lui rapportera 30% de revenus en plus par an il continuera, les politiciens sont les gens censés protéger l'intérêt collectif mais ont été achetés par ceux qui n'en ont rien à faire de l'intérêt collectif, par des aveugles nihilistes qui nous mènent droit vers l’extinction, avec le sourire et sous nos applaudissements.

Merci les médias de masse qui de déformations sémantiques en interprétations et désinformations par intérêt quelconque nous ont mené à cette protection tacite des gens qui détruisent le monde.

Mais surtout pensez à bien éteindre la lumière de la salle de bain hein !
a écrit le 30/10/2018 à 1:59 :
Si les rhinocéros disparaissent c'est à cause des vietnamiens

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :