Déchets : le premier centre de tri à l'intérieur du périphérique parisien ouvre ses portes

 |   |  450  mots
Le centre, qui fonctionne six jours sur sept, emploie 80 personnes.
Le centre, qui fonctionne six jours sur sept, emploie 80 personnes. (Crédits : DR)
Établi dans le quartier de Clichy-Batignolles, aux pieds du nouveau TGI, il triera les déchets ménagers issus des "poubelles jaunes" d'un million d'habitants. Il a représenté un investissement de 67 millions d'euros.

Un nouveau centre de tri de déchets a été inauguré jeudi 6 juin dans le XVIIe arrondissement de Paris, aux pieds du nouveau TGI des Batignolles. Il s'agit du premier centre de tri à l'intérieur du périphérique, et du deuxième au sein de la capitale française, après l'ouverture d'un établissement en 2011 dans le XVe arrondissement.

Ce centre de dernière génération "renforce les capacités de la métropole parisienne et de l'Île-de-France de devenir un territoire pionnier de l'économie circulaire locale", a commenté la secrétaire d'État à la Transition écologique Brune Poirson, lors d'une cérémonie d'inauguration. L'établissement doit trier les déchets ménagers issus des "poubelles jaunes" de sept arrondissements parisiens ainsi que de quatre communes voisines (Saint-Ouen-sur-Seine, Clichy, Levallois-Perret et Neuilly-sur-Seine), soit près d'un million d'habitants.

Lire aussi : Déchets: le tri franchit enfin le périphérique parisien

45.000 tonnes de déchets par an

Doté de technologies dernier cri (machines de tri optiques, séparateurs balistiques etc.), il peut traiter 45.000 tonnes de déchets par an. Le centre, qui fonctionne six jours sur sept, emploie 80 personnes.

Représentant un investissement de 67 millions d'euros, cet établissement qui appartient au Syndicat intercommunal de traitement des ordures ménagères (Syctom) de l'agglomération parisienne, sera exploité au cours des deux années à venir par le groupe CNIM. Son inauguration intervient quelques mois après la mise en place de l'extension des consignes de tri à Paris, visant à renforcer la quantité de déchets recyclables collectés. Cette mesure permet notamment aux habitants de jeter tous les matériaux plastiques dans la poubelle dédiée.

--

Centre de tri des déchets, Paris

(Crédits : DR)

--

On trie moins en ville qu'à la campagne

Les pouvoirs publics veulent renforcer le tri dans les grandes villes, moins systématique qu'en milieu rural. On trie moins en ville qu'à la campagne "alors que c'est là qu'on consomme le plus", relève le rapport annuel 2017 de Citeo, l'organisme chargé de la gestion des déchets ménagers. En 2017, un Français a trié en moyenne 59 kilos d'emballages en zone rurale, contre 39,4 kilos en milieu urbain, selon Citeo.

À cela plusieurs explications, notamment des contraintes en matière d'urbanisme et d'image. "L'espace public est sursollicité", a ainsi estimé Brune Poirson en évoquant la "difficulté" de collecter et traiter les déchets en zone urbaine dense.

"Tous les leviers pour améliorer le tri et la collecte n'ont pas été activés, c'est ça la bonne nouvelle", a-t-elle ajouté. "Nous devons ensemble nous retrousser les manches et tester des solutions innovantes".

Lire aussi : Recyclage : comment la startup Yoyo veut aider les villes à rattraper leur retard

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2019 à 0:38 :
Bientôt paris aura sa décharge, sa station d’épuration, épandra ses boues dans ses parcs, plutôt que de polluer sa banlieue ?? Faut pas rêver !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :