Tri des déchets : le gouvernement rappelle à l'ordre 15 fast-food

 |   |  683  mots
Malgré des initiatives positives, aucune stratégie ne permet de remplir totalement vos obligations de tri, que ce soit pour le tri des cinq flux (papier, carton, verre, plastique et métaux) (...) ou pour le tri des biodéchets en cuisine et en salle, leur fait remarquer la secrétaire d'État, Brune Poirson.
"Malgré des initiatives positives, aucune stratégie ne permet de remplir totalement vos obligations de tri, que ce soit pour le tri des cinq flux (papier, carton, verre, plastique et métaux) (...) ou pour le tri des biodéchets en cuisine et en salle", leur fait remarquer la secrétaire d'État, Brune Poirson. (Crédits : Reuters/Kim Hong-Ji)
McDonald's, KFC, Burger King, Starbucks, Domino's Pizza, Subway, Class'Croute, Exki, Monts Fournil La Mie Caline, La Croissanterie, La Brioche Dorée, Paul, Jour Healthy Groupe, Five Guys ont reçu le 22 mai une lettre du gouvernement. Il leur enjoint de se conformer à leurs obligations en matière de tri des déchets dans deux tiers de leurs établissements dans les prochains mois.

Déçue, Brune Poirson ne lâche pas l'affaire. La secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, qui suit les dossiers liés à l'économie circulaire, a écrit mercredi 22 mai à 15 enseignes de restauration rapide en les sommant de se conformer à leurs obligations en matière de tri des déchets dans 70% de leurs établissements avant la fin de 2019, révèle l'AFP. Et ce ne sera qu'une première étape, le gouvernement ayant fixé un échéancier en trois ans : 90% au 31 décembre 2020 et 100% au 31 décembre 2021.

"Le compte n'y est pas"

Jusqu'à présent, la secrétaire d'État avait tenté la méthode "volontaire" souvent privilégiée par le gouvernement actuel face aux entreprises en matière environnementale. Les patrons des principales chaînes de restauration rapide avaient notamment été convoqués fin janvier pour un rappel de leurs obligations légales et réglementaires en matière de gestion de déchets. Il leur avait été demandé d'envoyer avant la fin de mars un plan concret de mise en conformité.

Mais déjà en avril, Brune Poirson avait constaté l'échec de cette stratégie :

« Le compte n'y est pas, nous n'avons reçu que 50% des dossiers, il manque à l'appel Domino's Pizza, Exki, Subway et Five Guys notamment, parmi les plus connus », avait confié le cabinet de la secrétaire d'État à l'AFP.

Des stratégies volontaires insuffisantes

Dans son courrier du 22 mai, adressé à McDonald's, KFC, Burger King, Starbucks, Domino's Pizza, Subway, Class'Croute, Exki, Monts Fournil La Mie Caline, La Croissanterie, La Brioche Dorée, Paul, Jour Healthy Groupe, Five Guys et Cojean, elle déplore que « les mesures prévues ne sont pas encore satisfaisantes ».

« Malgré des initiatives positives, aucune stratégie ne permet de remplir totalement vos obligations de tri, que ce soit pour le tri des cinq flux (papier, carton, verre, plastique et métaux) (...) ou pour le tri des biodéchets en cuisine et en salle », leur fait remarquer la secrétaire d'État.

Un plan comprenant un dispositif de tri des biodéchets en salle n'a par exemple été transmis que par l'entreprise Pomme de Pain. Quant au tri des déchets de papier, carton, verre, plastique et métaux, les plans transmis ne prévoient qu'il soit entièrement déployé « avant trois ans », sans s'engager sur « aucun objectif intermédiaire », déplore Brune Poirson.

Des contrôles révélant des violations systématiques

Un décret du 12 mars 2016 (dit "décret 5 flux") impose à tous les acteurs publics et privés produisant plus de 1.100 litres de déchets par semaine de trier le papier et le carton, le verre, le plastique, le bois et les métaux. Le tri des bio-déchets est quant à lui déjà obligatoire pour les restaurants qui en génèrent plus de 10 tonnes par an, et le deviendra en 2024 pour tous les établissements. La violation de ces obligations est passible de sanctions administratives voire pénales.

Or, une cinquantaine de contrôles effectués par des inspecteurs du gouvernement sur l'ensemble du territoire français en 2018 avaient montré qu'aucune enseigne de restauration rapide n'était en « conformité totale » avec la réglementation en vigueur, et pour la plupart ne proposaient même pas d'infrastructures le permettant. Des enquêtes de l'association Zero Waste France, puis de l'émission Envoyé Spécial de France 2 étaient parvenues à des conclusions semblables. En octobre 2018, Zero Waste France a d'ailleurs porté plainte contre deux établissements des chaînes McDonald's et KFC situés place de la République à Paris pour « absence de tri des déchets en salle ».

Name and shame ?

Au début de l'année, Brune Poirson avait précisé qu'elle se réservait également la possibilité de donner publiquement des noms d'établissements concernés, ainsi que d'ouvrir des contentieux administratifs ou judiciaires. Pour l'instant, la secrétaire d'État demande aux quinze enseignes de restauration rapide visées par la lettre de lui transmettre leurs engagements « d'ici le 7 juin ». Une réunion aura ensuite lieu au ministère le 11 juin.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2019 à 9:55 :
Five Guys a ouvert à Nancy le 18 février 2019 avec aucun système de tri de déchets. Erare humanum est, perseverare diabolicum !
a écrit le 26/05/2019 à 2:10 :
Leurs clients vont n'y manger QUE DU DECHET,
y compris le pain de mie à index glycémique très élevé.
Tout y est sucre et graisses saturées et additifs, conservateurs, et poison :
boulimie, obésité, Diabète de type 2, Cholestérol LDL…..mais la santé n'a pas de prix : CAR GRATUITE,
merci la CSG à 9% et 17.2% sur les revenus du patrimoine.

Taxer ce type d' " établissement " au profit de L'ASSURANCE MALADIE.
a écrit le 25/05/2019 à 3:08 :
"La violation de ces obligations est passible de sanctions administratives voire pénales."

On en revient toujours au même point: "passible", au lieu de "systématique".
a écrit le 24/05/2019 à 17:21 :
Whaou, demander de respecter a 70% les obligations, soit les obligations sont tarées, soit ceux qui demandent cela sont disont un peu jetés.

Demandons la même chose pour les citoyens, faire 70% du controle technique, 70% des limitations de vitesse....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :