En Isère, des manifestants s'opposent au compteur Linky

 |   |  343  mots
Ces nouveaux compteurs, qui suscitent la défiance de nombreux abonnés, permettent de mesurer la consommation d'électricité et de la transmettre directement au fournisseur, pour permettre une facturation plus précise sans relevé du compteur chez l'abonné.
Ces nouveaux compteurs, qui suscitent la défiance de nombreux abonnés, permettent de mesurer la consommation d'électricité et de la transmettre directement au fournisseur, pour permettre une facturation plus précise sans relevé du compteur chez l'abonné. (Crédits : Eric Gaillard)
Vêtus de gilets fluo, 300 personnes de tous âges ont formé une chaîne humaine samedi dans le village d'Autrans (Isère) pour protester contre les compteurs communicants Linky, lors de l'un des rassemblements prévus en France contre ces appareils controversés.

Sous un soleil radieux, les membres de collectifs anti-Linky, venus en famille de la région Auvergne-Rhône-Alpes, ont défilé dans une ambiance festive dans les rues et les champs de ce village du massif du Vercors, a constaté un photographe de l'AFP. "Enedis touche pas à mon compteur", proclamait une grande banderole, tandis que les pancartes dénonçant le compteur communicant fleurissaient parmi les marcheurs.

Manifestation en Gironde

A Bordeaux, plus de 200 personnes ont manifesté dans l'après-midi dans le centre-ville, empruntant la longue rue piétonne Sainte-Catherine (1,2 km) en brandissant des boîtes à chaussures maquillées en compteur vert fluo Linky. Arrivés sur les marches du Grand Théâtre, ils ont érigé un "mur de compteurs" qu'ils ont symboliquement détruit et foulé au pied.

"Non au contrôle de nos données personnelles", "Compteurs imposés = Où est notre liberté?" lisaient quelques pancartes brandies par les manifestants, parmi lesquels l'élu municipal écologiste de Bordeaux Pierre Hurmic. Il est un de plusieurs avocats accompagnant les opposants au compteur Linky, qui ont annoncé fin avril avoir saisi en référé une vingtaine de tribunaux de grande instance en France, pour demander à la justice de surseoir à l'installation des appareils, voire obtenir leur enlèvement.

Un objectif de 34 millions de compteurs d'ici 2021

"A travers nos téléphones, nos données bancaires, on se sait déjà plus ou moins espionnés. Là, c'est un grignotage de plus des libertés individuelles. Donc là, on résiste", a déclaré l'avocat, pour qui ces actions en justice montrent que "la résistance s'organise" contre les compteurs communicants. Selon lui de premières audiences en référé, à Bordeaux notamment, pourraient se tenir courant juin. Enedis, le gestionnaire du réseau de distribution d'électricité en France, veut avoir installé 34 millions de ces compteurs communicants à la fin de 2021.

"L'Etat connecte nos foyers à des systèmes communicants centralisés et remplace toute intervention humaine par le pilotage automatique et le big data", dénoncent les collectifs anti-Linky dans un communiqué.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2018 à 1:31 :

Ce serait pas plutôt vous ER,la personne
limite,qui avale tout ce que dit Enedis,sans le
vérifier?
a écrit le 06/05/2018 à 20:24 :
Je trouve insultant pour nous lecteurs de la Tribune que ce journal relate la balade du dimanche d'une poignée de retardés mentaux qui ont peur du CPL... J'éspère qu'ils n'utilisent jamais le telephone mobile car là quand ils sont loin de l'antenne ils se prennent des fréquences micro ondes qui elles peuvent à haute doses et très proches des organes ne pas être très bonnes. Mais le CPL... Allez retournez sur les bancs de l'écoles
Réponse de le 06/05/2018 à 20:43 :
Pourquoi ne pas faire une lecture du compteur une fois tous les 2 mois, car Enedis n'a pas besoin de plus pour arriver à faire son travail de facturation.
Pour faire en sorte de les dégouter de vos données personnelles il existe un moyen très simple, il suffit à votre domicile avant ou après le compteur d'appliquer un AIMANT PUISSANT pour FAUSSER toutes les données au même titre que le magnétisme effaçait les disquettes et autres supports.
Si vous pouvez le mettre avant le compteur ils ne sauront même d'ou proviennent les données récoltées ... alors je leur souhaite bonne chance.
Réponse de le 07/05/2018 à 9:33 :
@Gratin : les compteurs communicants sont un élément important de la smart grid, c'est à dire un pilotage fin du réseau pour adapter la consommation à la production d'électricité. Pour cela l'opérateur de réseau doit interagir fréquemment avec les utilisateurs pour que la consommation instantanée (donc extrapolable à brève échéance par une IA adaptée) remonte au pilote du réseau, et que les délestages nécessaires à l'équilibre du réseau (par exemple les radiateurs électriques, la charge de la voiture électrique, le cumulus) puissent se télécommander. C'est nécessaire parce qu'avec la montée des renouvelables intermittents et la baisse de la base de production nucléaire, vu le coût économique et écologique du stockage (stocker 48h de consommation dans des barrages STEP conduirait à noyer la moitié des Alpes, bonjour les ZAD en perspective...).
Réponse de le 07/05/2018 à 10:44 :
bruno_bd,vous répétez ce que dit Enedis et les dirigeants d'EELV. Il existe d'autres moyens pour adapter la production à la consommation. En plus ces compteurs dits intelligents, seront caduques assez rapidement. Dans l'immédiat on constate une augmentation de la note d'électricité, une diminution de la puissance électrique permise, ce qui oblige à demander à certaines personnes à demander une puissance supérieure et cela coûte plus cher. Par contre pour Enedis, il y a des avantages comme la suppression de 6000 emplois qui sont dédiés ,jusqu'à là ,au contrôle de la consommation sur les compteurs à domicile, la possibilité de couper rapidement l'électricité aux gens qui ont des difficultés à payer leur facture ,etc. Pour le consommateur d'électricité, il y a plein des désavantages ,comme reconnu par la cour des comptes récemment. C'est le client qui devra payer le nouveau compteur, alors qu'on disait qu'il était gratuit. On le payera,dans les taxes annexes. La cour des comptes chiffre le coût à 130 euros/foyer , plus des intérêts, qui permettront à Enedis de gagner 500 millions d'euros sur le dos du consommateur et cela n'est pas justifié pour la Cour.
Sans parler des interférences sur les appareils électriques de la maison avec les CPL. Cela a été dénoncé par la revue Que Choisir.
Pour les effets éventuels sur la santé des CPL, des ondes émises par l'émetteur radio (grâce auquel on peut lire la consommation instantanée chez soi et par les concentrateurs, on n'en sait rien,car il n'y a aucune étude d'impact qui a été faite.
Réponse de le 07/05/2018 à 15:00 :
Le coupleur CPL du Linky est placé en amont du disjoncteur qui arrête le CPL. On voit mal comment il pourrait y avoir interférence avec les appareils de l'intérieur. Ceux qui incriminent les CPL feraient bien de vérifier leur table de cuisson à induction...
Réponse de le 07/05/2018 à 15:49 :
bruno-bd@
Déjà avec les CPL actuels (utilisés pour le signal internet) il y a des interférences et c'est des fréquences plus basses que celles des CPL de Linky qui circuleront dans les câbles électriques de toute la maison tous les 20 ou 10 minutes(comme essaie de l'imposer Direct Energie, avec une sanction de la CNIL à la clé). Lisez Que Choisir d'Octobre 2017. Pourtant , Que Choisir est plutôt favorable au nouveau compteur.
D'ailleurs le disjoncteur n'arrête pas les CPL
Réponse de le 07/05/2018 à 15:51 :
Mais ne vous inquiétez pas, cela se soigne à l'homéopathie.
a écrit le 06/05/2018 à 18:54 :
Il faut examiner les faits et raison garder.
1)Le rapport de la cour des comtes dit que Linky est bon pour Enedis et les fournisseurs d'électricité mais pas pour le consommateur.
2)Des témoignages arrivent en disant qu'après la mise en place du Linky,la facture d'électricité a explosé , alors que Enedis et les fournisseurs d'électricité promettaient une diminution de la note.
3) Aucune étude d'impact sur le retentissement éventuel des ondes électromagnétiques ,du compteur Linky,sur la santé n'a été effectué.
4)On remplace un compteur qui tient la route et qui peut encore durer 40-50 ans pour un autre qu'il faudra changer dans les années qui viennent car il n'est pas suffisamment intelligent. Donc,un problème de recyclage des 35 millions de compteurs actuels. Elle est où,la fin de l'obsolescence programmée?.
5) En Allemagne,il n'y a pas d'obligation de changer les compteurs actuels alors qu'on nous dit que ce changement est une obligation européenne.Sans doute ,cela a un rapport avec le fait qu'en Allemagne il y a 800 distributeurs d'électricité contre 1 seul ! en France.
Ce monopole d'Enedis est extrêmement pernicieux.
6)Enedis ,elle même , a dit qu'elle devenait une entreprise de mégadonnées et elle a recruté 70 spécialistes du numérique,donc ça veut dire qu'elle compte récupérer les données du consommateur d'électricité pour les marchander auprès des entreprises commerciales (surtout lorsque les appareils électroménagers connectés se développeront)..
Tout cela n'est pas du complotisme,ce sont des faits.
a écrit le 06/05/2018 à 18:02 :
"L’État connecte nos foyers à des systèmes communicants centralisés"

Pour pouvoir accéder au site de la déclaration de revenus en ligne, impots.gouv, le ministère de l'Economie et des Finances a installé une vidéo YouTube dont le visionnage est obligatoire et qui permet à Google de récupérer nombre de vos données sur Internet.Nul besoin de Facebook pour que l'on vous subtilise vos données personnelles. Il suffit de vouloir faire… votre déclaration de revenus sur Internet. La semaine dernière, la direction générale des finances publiques (DGFiP) a ouvert son site dédié, impots.gouv, avec la ferme intention cette année de communiquer sur le prélèvement à la source qui doit s'appliquer en 2019. Et pas moyen d'y couper : dans un effort de pédagogie, la DGiFP vous impose 60 secondes d'explications en vidéo qui vous détaillent la réforme à venir. Mais il y a un problème, relevé ce lundi 16 avril par le site spécialisé Next INpact : l'hébergeur de cette vidéo est la plateforme YouTube, filiale du géant californien Google.En moins d'une semaine, la vidéo a déjà été visionnée plus de 4,3 millions de fois. Ce sont donc potentiellement les données personnelles d'autant de Français qui ont été aspirées par Google. Car, comme pour chaque vidéo diffusée sur YouTube, le moteur de recherche aspire les informations des internautes à travers des mouchards publicitaires. A première vue, il ne s'agit que d'un procédé somme toute très commun de récolte de données sur le Web, comme il y en a des milliers tous les jours. Mais ici, nous ne parlons pas d'un clip de Beyoncé, ni de la dernière vidéo du youtubeur Squeezie… Non, c 'est le gouvernement qui abdique devant les Gafa ! Et ce, en plein débat public sur le sujet à la suite du scandale Facebook.
a écrit le 06/05/2018 à 17:23 :
Ce qui est sûr c'est que ceux qui disent que le Linky pose un risque pour la santé n'ont pas un bac+5 en science physique.
En terme de rayonnement le linky c'est rien à côté du smartphone.
L'alcool est cancérigène, le linky c'est un chocolat parfumé à la liqueur, le smartphone c'est une bouteille d'alcool à pharmacie. Pour le respect de la vie privé, la comparaison tient toujours la route.
Et bien là on a une chaine humaine contre les chocolats à la liqueur.
Réponse de le 06/05/2018 à 18:17 :
c'est surtout pas dans les mêmes bandes de fréquences, et du CPL, par la Box, si on installé les boitiers, y en a déjà @home. Seul le concentrateur du quartier émet en GSM (ou par satellite ?), qu'ils ont dans leur poche de chemise près du cœur ou de pantalon, de leur tête quand il fait réveil, allumé 24h/24 (pas la peine de payer si cher si c'est pas pour tout faire, sauf le café).
Relever le compteur par un humain 2 fois par an, ça va, tous les jours, de façon automatique, ça ne va plus : vie privée. Pour vivre caché il faut résilier l'abonnement électrique. :-)
a écrit le 06/05/2018 à 16:10 :
histoire de gros sous certes? MAIS scandale sanitaire annoncé par de nombreux scientifiques . nos élus éludent
Réponse de le 06/05/2018 à 17:25 :
Si vous avez le nom d'un seul scientifique qui dénonce le rayonnement du CPL faites moi signe.
Réponse de le 06/05/2018 à 18:24 :
"annoncé par de nombreux scientifiques"
lesquels ? La France veut savoir ! C'est trop copié/collé comme information.
Vous parlez bien du CPL qu'on a chez nous, pas du GSM qu'on a dans la poche ? Ce ne sont pas du tout les mêmes fréquences (et téléphoner en voiture n'est pas recommandé, l'appareil doit pousser la puissance au maxi pour atteindre l'antenne relais la plus proche, la voiture fait cage de Faraday, y a quoi près de l'appareil, derrière l'oreille ? Le cerveau. Le kit main libre n'est pas autorisé pour appeler, juste pour répondre).
Le courant porteur a pour intérêt d'avoir des fils pour se propager, il est guidé, comme l'ADSL sur les paires cuivre (torsadées pour éviter la diaphonie). Le GSM il est sans fil, le Wifi est sans fil, le Bluetooth aussi, sinon aucun intérêt.
Gazpar, lui, sais pas, le compteur gaz n'a pas de fils électriques à portée, comment communique-t-il ? Celui pour l'eau, sais pas, électricité et eau, ça se sépare d'habitude.
Réponse de le 07/05/2018 à 9:37 :
Gazpar, c'est une transmission radio à 169MHz pendant environ 1s toutes les 12h.
Réponse de le 07/05/2018 à 15:54 :
Vous mentez totalement, vous racontez n'importe quoi, AUCUN scientifique n'a rien dit de Linky.
a écrit le 06/05/2018 à 16:08 :
histoire de gros sous certes? MAIS scandale sanitaire annoncé par de nombreux scientifiques
Réponse de le 07/05/2018 à 15:02 :
Scientifiques ou gourous ?
a écrit le 06/05/2018 à 14:10 :
Article en de surface... J'y étais présent. La manif portait aussi et très largement sur l'inutilité et la dangerosité des appareils connectés (santé, liberté, risques d'incendie d'explosion etc) et du CPL associé à ce compteur.
Il y a un siècle, le radium c'était tendance, puis l'amiante, les produits pétroliers et les pesticides, c'était tendance... Aujourd'hui, le cancer est tendance pour bientôt tout un chacun, YC pour ceux qui produisent ou favorisent le déploiement ces appareils (retour à l'envoyeur).!!!
Le linky c'est aussi la technoologie CPL, considérée par les organismes indépendants de l'état et des intérêts industriels comme bioactive et délétère.
Réponse de le 06/05/2018 à 17:26 :
N'importe quoi ! Donald Trump et ses fake news vous à donc aussi contaminé ?
Réponse de le 06/05/2018 à 18:31 :
Faut retourner à l'école.
Merci de citer les noms et les études qui arrivent à ces conclusions.
Réponse de le 07/05/2018 à 11:56 :
C'est bien du n'importe quoi, cela tient de la feeknews et de l'idéologie.
Le seul vrai, problème, c'est que ces compteurs sont plus sensibles aux dépassements de puissance et peuvent entraîner soit le passage à un abonnement plus "puissant" soit à faire revoir son installation électrique .
Les risques d'incendie!!!!c'est que l'installation avait été faite par un bricoleur du dimanche
Réponse de le 07/05/2018 à 15:03 :
les quelques rares cas d'incendies au niveau d'un Linky résultaient UNIQUEMENT de cosses mal serrées lors de sa pose... comme pour n'importe quel autre compteur.
a écrit le 06/05/2018 à 13:25 :
Ce qui relève de l'intox :
-les risques sanitaires. Les CPL fonctionnent à fréquences relativement basses (quelques centaines de kHz soit les fréquences des grandes ondes). De par la taille des installations susceptibles de rayonner, très petites devant la longueur d'onde, le réseau électrique intérieur ne rayonne pratiquement pas. En plus (et c'est heureux parce que ça permet d'isoler les réseaux informatique sur CPL de deux habitations voisines), le disjoncteur arrête le CPL et le compteur est évidemment situé en amont du compteur, les CPL issus du Linky ne pénètrent donc pratiquement pas sur l'installation intérieure. Enfin le compteur ne dialogue avec les concentrations que quelques secondes par heure.
-les atteintes à la vie privée : le Linky est incapable de distinguer la nature des différentes consommations qu'l enregistre (tout au plus à terme pour le pilotage du réseau électrique le consommateur pourra choisir de mettre certains de ses équipements, par exemple la charge de la voiture électrique, le cumulus...) sur un circuit délestable dont le délestage sera piloté à distance par les opérateurs, en échange d'une électricité à prix réduit). Ceux qui ont une telle parano doivent de toute urgence se débarrasser de leur téléphone portable (même si ce n'est pas un smartphone), se désinscrire des réseaux sociaux, renoncer à tout objet connecté tel les assistants personnels (le KGB a rêvé des machines qui écoutent tout, Google l'a fait) et résilier leur abonnement internet, bien plus efficaces pour collecter et exploiter les données personnelles.
-ce qui est vrai : -
-Linky est baucoup plus sensible aux dépassements de puissance souscrite que les anciens compteurs, certains devront peut-être suscrire des abonnements plus élevés donc plus chers.
-Linky permettra de détecter des profils de consommation atypiques (certains de ceux-ci étant néanmoins normaux comme dans le cas de résidences secondaires), autrement dit permettra de détecter, grâce à une IA adaptée, les vols de courant (ce qui risque de déplaire aux zadistes et autres individus de la même farine).
-Linky permettra des interventions à distance (relève, modification de puissance souscrite et coupure de courant ou réduction d'abonnement en cas d'impayé).
On voit à peu près à qui ça va déplaire... et donc qui manipule l'agit-prop anti Linky.
Réponse de le 06/05/2018 à 15:48 :
@bruno-bd
Le fond du problème est là:
"Linky est baucoup plus sensible aux dépassements de puissance souscrite que les anciens compteurs, certains devront peut-être suscrire des abonnements plus élevés donc plus chers."
A l'heure actuelle, si vous dépassez votre puissance souscrite pour quelques heures, il ne se passe rien. En fait, vous pouvez tirer ce que vous voulez. Dans le futur, si vous dépassez la puissance souscrite à l'instant t, vous pourrez être coupé automatiquement si l'équilibre du réseau l'exige. Les économies peuvent être considérables pour le système de distribution. En plus de cela, c'est écolo car les gens devront faire attention à leur conso.
Comme vous le soulignez, le reste, c'est de l'intox et de l'enfumage.
Cordialement
Réponse de le 07/05/2018 à 9:25 :
"A l'heure actuelle, si vous dépassez votre puissance souscrite pour quelques heures, il ne se passe rien." Moi je dirais plutôt quelques minutes en cas de dépassement modéré.
a écrit le 06/05/2018 à 12:34 :
Ceux qui ne veulent pas de compteur Linky doivent êtr elogique, pas de wifi, pas de smarphone, pas d'internet car les ondes vous les avez déjà et le suivi de votre activité et la localisation vous y êtes déjà.
Donc bizarre ce mouvement anti Linky, basé sur de feeknews qui ont bien atteint leur but.
Réponse de le 06/05/2018 à 13:29 :
1+1=2 donc accumulons les problèmes! On se sentira mieux!
Réponse de le 06/05/2018 à 14:01 :
On voit que vous ne suivez pas les choses de près et vous en tenez à des lieux communs, souvent insultants. Croyez-vous que les gens qui se mobilisent coure ce compteur ne s'inquiètent pas aussi des effets (notoirement cancérigènes) des ondes elmagnetiques? La plupart n ont pas de wifi ou d'appareils connectés, se tiennent à distance des antennes relais, mangent bio et ont un mode de vie sain... et ne s'en portent que mieux!
Par ailleurs, le linky c'est aussi la technoologie CPL, considérée par les organismes indépendants de l'état et des intérêts industriels comme bioactive et délétère.
Réponse de le 07/05/2018 à 9:39 :
"et ne s'en portent que mieux!". Ca, ça demande à être prouvé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :