Pollution : les émissions de CO2 déjà au-dessus de celles de 2019

 |  | 334 mots
Lecture 2 min.
(...) En l'absence de changement politique majeur parmi les plus grandes économies de la planète, les émissions mondiales vont probablement augmenter en 2021, a prévenu l'AIE, qui évoque un sérieux avertissement sur le fait que n'avons pas fait assez pour accélérer la transition vers les énergies propres à travers le monde.
"(...) En l'absence de changement politique majeur parmi les plus grandes économies de la planète, les émissions mondiales vont probablement augmenter en 2021", a prévenu l'AIE, qui évoque un "sérieux avertissement sur le fait que n'avons pas fait assez pour accélérer la transition vers les énergies propres à travers le monde". (Crédits : Reuters)
L'année 2021 semble bien mal partie: en décembre 2020, les émissions de CO2 étaient 2% au-dessus de celle de décembre 2019, "un sérieux avertissement sur le fait que n'avons pas fait assez pour accélérer la transition vers les énergies propres à travers le monde", alerte l'Agence internationale de l'énergie.

Après un déclin historique l'an dernier en raison de la pandémie de Covid-19, les émissions de CO2 du secteur de l'énergie ont déjà fortement rebondi, met en garde l'Agence internationale de l'énergie (AIE) mardi.

"Après avoir atteint un point bas en avril, les émissions mondiales ont rebondi fortement et sont passées au-dessus de leur niveau de 2019 en décembre", souligne l'AIE.

Les émissions du secteur énergétique étaient ainsi en décembre dernier 2% - ou 60 millions de tonnes - supérieures à leur niveau de décembre 2019.

"Le rebond des émissions de CO2 dans le monde à la fin de l'année dernière représente un sérieux avertissement sur le fait que n'avons pas fait assez pour accélérer la transition vers les énergies propres à travers le monde", a prévenu le directeur exécutif de l'AIE, Fatih Birol.

L'AIE évoque la nécessité d'un "changement politique majeur"

"Si le rebond économique attendu cette année se confirme - et en l'absence de changement politique majeur parmi les plus grandes économies de la planète - alors les émissions mondiales vont probablement augmenter en 2021", a-t-il souligné.

Les émissions de l'énergie ont dans l'ensemble reculé de 5,8% l'an dernier, soit presque 2 milliards de tonnes de CO2, la plus forte baisse de l'histoire de l'humanité, selon les derniers chiffres de l'AIE contenus dans un rapport spécial. L'AIE avait précédemment évoqué une baisse encore plus forte, de l'ordre de 7%.

La baisse a été causée pour l'essentiel par une moindre utilisation du pétrole pour le transport routier et l'aviation.

Les émissions ont progressé en Chine...

"Avec la reprise des voyages et des activités économiques, la consommation de pétrole et ses émissions associées repartent à la hausse", indique l'AIE.

Le chiffre global pour 2020 masque par ailleurs une forte disparité selon les pays: les émissions de la Chine ont progressé de 0,8% en 2020 avec une reprise rapide de l'activité, tandis qu'elles baissaient de 10% aux Etats-Unis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2021 à 9:55 :
Le CO2 atmosphérique sera peut-être notre seul bouclier contre les UV lorsque l'inversion des pôles magnétiques terrestres sera effective. Les UV peuvent casser la molécule de CO2 pour créer de l'ozone. Ce qu'on appel donc aujourd'hui "pollution" sera peut-être demain le salut de la vie sur terre...
a écrit le 03/03/2021 à 9:35 :
L'excés de CO2 est le résultat d'une consommation aveugle aux CO2 induits. On consomme chinois, à l'autre bout du monde, pour le coût de revient, on utilise un internet gratuit dont l'économie ne repose que sur un gaspillage énergétique sans précédent pour alimenter une usine à gaz publicitaire, on consomme des cerises en janvier... La seule façon pour améliorer la prise de conscience est d'introduire une TPA, taxe sur la pollution ajoutée, sur le modèle TVA. De fait les consommateurs se tourneront vers les produits les plus efficients et ce serait de plus bénéfique aux productions locales.
a écrit le 02/03/2021 à 15:04 :
PIB et production de CO2 sont proportionnels l'un à l'autre. Si on veut une information logique, on ne peut pas à la fois écrire un article déplorant la baisse du PIB, et ensuite un article déplorant la reprise de production du CO2. Il faut savoir ce qu'on veut : Etre vertueux et décroissants ? Ou continuer à consommer comme avant ? Quelque chose me dit que la plupart des gens choisiront la seconde option, et d'ailleurs, comment pourraient-ils faire autrement ? On ne va pas passer ses journées assis sur une chaise pour préserver le climat.
Réponse de le 02/03/2021 à 17:02 :
" On ne va pas passer ses journées assis sur une chaise pour préserver le climat. "

Comme le télétravail ?
Réponse de le 03/03/2021 à 8:45 :
@lachose : Oui, comme le télétravail : Perso, je suis revenu partiellement en présentiel, parce que je n'en pouvait plus de tourner en rond chez moi
Réponse de le 03/03/2021 à 8:58 :
"parce que je n'en pouvait plus de tourner en rond chez moi "

et tu préfères donc tourner en rond au boulot ? Ben fallait chercher un véritable travail hein et pas un emploi fictif ballot que tu es... :-)
a écrit le 02/03/2021 à 13:07 :
"Les émissions de CO2 déjà revenues au-dessus de celles de 2019" donc cela demande le statu-quo d'un confinement total mais sans les masques!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :