Grâce à Hinkley Point, Areva NP signe pour 5 milliards d'euros de contrats

 |   |  227  mots
Après des mois de négociations tendues, la Grande-Bretagne, la France et la Chine ont signé jeudi le contrat de construction par EDF et le chinois CGN de deux réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point.
Après des mois de négociations tendues, la Grande-Bretagne, la France et la Chine ont signé jeudi le contrat de construction par EDF et le chinois CGN de deux réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point. (Crédits : Reuters)
Areva Nuclear Power sera notamment en charge de la réalisation des deux chaudières nucléaires et, plus tard, fournira les matières nécessaires à la fabrication du combustible.

Une bonne nouvelle, enfin. En effet, jusqu'à présent, on entendait surtout parler de recapitalisation d'EDF et d'Areva pour faire face à leurs projets industriels et/ou procéder à la restructuration de leurs activités. Mais ce dernier a annoncé vendredi avoir remporté des contrats de sous-traitance pour plus de 5 milliards d'euros dans le cadre du projet de construction de réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point (Royaume-Uni).

Areva Nuclear Power (NP), ex-Framatome, sera en charge de la réalisation des deux chaudières nucléaires, depuis leur conception jusqu'à leur mise en service, et également de l'exécution et la fourniture du système de contrôle-commande opérationnel et de sûreté de la centrale.

Des mois de négociations tendues

D'autre part, un accord sur la fourniture de combustible a également été signé. Areva fournira les matières nécessaires à la fabrication du combustible en produisant l'uranium et en apportant les services de conversion et d'enrichissement. Ces activités débuteront au début de la décennie 2020.

Après des mois de négociations tendues, la Grande-Bretagne, la France et la Chine ont signé jeudi le contrat de construction par EDF et le chinois CGN de deux réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point, dans le sud-ouest de l'Angleterre, un projet de 18 milliards de livres (environ 21 milliards d'euros).

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2016 à 23:32 :
Aucun EPR fonctionne aujourd'hui. Tous les projets actuels dépassent le coût initial de 100%. Alors ce contrat de 5 milliards représente en fait une perte de 5 milliards, autrement dit une subvention implicite de la France à UK pour que UK passe commande. Rien ne dit que UK paiera le surcoût, alors la COFACE (le contribuable) le fera.
a écrit le 30/09/2016 à 16:48 :
Comme pour le Rafale : Persévérons !
5 milliards pour Areva, deux milliards pour General Electrique a Belfort: Voici des emplois bienvenu, et qui restaureront le savoir faire Français, après des années de vaches maigres du nucléaire en France.

Apres avoir essuyé les plâtres en Finlande en France il s'agit pas de baisser les bras maintenant !

Le nucléaire est une chance pour la France.
a écrit le 30/09/2016 à 16:15 :
Et moi, combien me coutera ce futur échec ?
a écrit le 30/09/2016 à 16:09 :
Hinkley point, jolie nom pour de futures catastrophes, d'abord économique et ensuite nucléaire. Tout l'art de bien choisir.
a écrit le 30/09/2016 à 13:44 :
Peut-être les 5 derniers milliards de contrat dans le nucléaire vu que cela a vraiment été à l'arrache et que le pays a certainement du faire d'autres concessions dont nous n'entendrons jamais parlé, secret défense, profitez en en effet, c'est demain que tout empire.
Réponse de le 30/09/2016 à 22:24 :
Dans l'industrie nucléaire, il suffit qu'un agent se brûle légèrement les mains pour que le soir même ça fasse la une de la presse nationale. Donc il faut arrêter avec les "on nous cache tout".

Et citez moi un seul contrat à 20 milliards d'euros dans n'importe quelle industrie qui se mette en place sans la moindre difficulté.

À un moment donné, il faut savoir apprécier les bonnes nouvelles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :