Gaz russe : l'ukrainienne Naftogaz "pessimiste" sur la négociation tripartite avec l'UE et la Russie

 |   |  326  mots
(Crédits : Reuters)
La réunion entre Kiev, Moscou et Bruxelles ce mardi n'a pas donné de signe positif pour les représentants de l'Ukraine s'agissant du futur contrat régissant les exportations de gaz russe vers l'Europe via l'Ukraine.

La compagnie ukrainienne Naftogaz s'est dite "pessimiste" sur l'issue des discussions trilatérales en cours entre Kiev, la Russie et l'Union européenne sur le futur contrat régissant les exportations de gaz russe vers l'Europe via l'Ukraine, mardi à lors d'une conférence à Bruxelles.

"Actuellement, je ne vois aucune raison d'attendre un accord raisonnable" qui va garantir le transit via l'Ukraine, a déclaré Iouri Vitrenko, directeur commercial de l'opérateur gazier ukrainien, se disant "pessimiste" lors d'une conférence au European Policy Centre (EPC).

Après une réunion le 21 janvier, l'UE a donné rendez-vous à ses partenaires russes et ukrainiens au mois de mai pour un nouveau "trilogue". Le commissaire européen chargé de l'Energie Maros Sefcovic avait à cette occasion "mis une proposition sur la table" alors que le contrat en cours expire à la fin de l'année.

L'Ukraine appelle l'UE à stopper le Nord Stream 2 pour mettre la pression

Pour M. Vitrenko, le seul moyen de pression pour garantir le maintien d'un transit via l'Ukraine après 2019 est que l'Europe dise "qu'il n'y aura pas de Nord Stream 2 à moins que la route ukrainienne ne soit sécurisée".

Le projet controversé de gazoduc Nord Stream 2, actuellement en cours de construction et qui reliera directement la Russie à l'Allemagne par la mer Baltique, lui fait craindre un tarissement total de la voie ukrainienne.

"Quand Nord Stream 2 sera achevé cette année, il n'y aura plus besoin pour la Russie de passer par l'Ukraine", a-t-il estimé.

Dans un entretien au Luxemburger Wort, le Premier ministre russe Dimitri Medvedev, qui se rend en visite dans le Grand-Duché pour deux jours, assure que Moscou est "prêt à continuer le transit de gaz via le système ukrainien après 2019, sous certaines conditions", selon une traduction publiée sur le site du gouvernement russe.

"Pour faire court, cela inclut un accord entre les sociétés parties prenantes, des termes contractuels économiques et commerciaux favorables, et un environnement politique stable", explique-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2019 à 16:31 :
Hors le gazoduc, l'Ukraine possède des réservoirs de gaz qui sont importants dans la gestion des livraisons en Europe. Dans les gazoducs de Nord il y a des problèmes avec cela, mais certainement, la mise en service du Nordstream 2 donne un argument fort aux Russes. A vrai dire, ici c'est l'accord informel entre l'Europe et les Etats-Unis qui va déterminer le résultat.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :