Monsanto : le Vietnam interdit le glyphosate, les États-Unis montent au créneau

 |   |  542  mots
Le glyphosate est commercialisé sous diverses marques, mais la plus connue reste le Roundup du groupe américain Monsanto, filiale depuis l'an dernier du géant allemand de la chimie Bayer.
Le glyphosate est commercialisé sous diverses marques, mais la plus connue reste le Roundup du groupe américain Monsanto, filiale depuis l'an dernier du géant allemand de la chimie Bayer. (Crédits : Reuters)
Le ministère vietnamien de l'Agriculture et du Développement rural a retiré la substance des listes de produits approuvés dans le pays invoquant sa "toxicité". Le ministère de l'Agriculture américain se dit "déçu".

Le débat autour du glyphosate tourne à la guerre diplomatique. Invoquant la "toxicité" des produits contenant cette substance et leur impact sur l'environnement et la santé, le ministère vietnamien de l'Agriculture et du Développement rural a officiellement annoncé mercredi 10 avril leur retrait des listes de produits approuvés dans le pays. Et les États-Unis n'ont pas tardé à monter au créneau : « Nous sommes déçus par cette décision qui va avoir des effets dévastateurs sur la production agricole mondiale », a déclaré le ministre américain de l'Agriculture, Sonny Perdue, dans un communiqué.

« Si nous voulons nourrir 10 milliards de personnes en 2050, les agriculteurs du monde entier doivent avoir accès à tous les outils et technologies à leur disposition », justifie-t-il.

« A de nombreuses reprises, le ministère américain de l'Agriculture a partagé (avec les autorités vietnamiennes) des études scientifiques de l'Agence américaine de protection de l'environnement et d'autres organisations internationalement reconnues concluant que le glyphosate ne posait probablement pas de risques cancérigènes pour les humains », ajoute Sonny Perdue dans le communiqué.

Le responsable affirme par ailleurs que le Vietnam n'aurait pas respecté l'obligation de notifier ce changement réglementaire à l'Organisation mondiale du commerce, suggérant ainsi un possible recours devant l'institution.

Débat scientifique sur le caractère cancérigène

Le glyphosate est commercialisé sous diverses marques, mais la plus connue reste le Roundup du groupe américain Monsanto, filiale depuis l'an dernier du géant allemand de la chimie Bayer. Désherbant le plus utilisé au monde, il est classé "cancérigène probable" depuis 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer, une agence de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais Bayer, qui en 2018 a acquis Monsato, affirme que « la science confirme que les désherbants au glyphosate ne causent pas le cancer ».

Pour l'instant, seule une poignée de pays a limité l'utilisation du glyphosate. Le Sri Lanka, qui avait décidé de l'interdire totalement en 2015, est revenu partiellement sur cette décision en 2018. Le gouvernement français a promis que le glyphosate serait interdit d'ici fin 2020 pour les principaux usages quand des alternatives existent et d'ici fin 2022 pour l'ensemble des usages.

Bayer en difficulté

Depuis quelques mois, Monsanto a multiplié les revers concernant le glyphosate. Aux Etats-Unis, la filiale de Bayer vient de subir deux défaites judiciaires de taille le condamnant à verser des dizaines de millions de dollars à deux personnes atteintes d'un cancer qu'elles attribuent au Roundup et fait face à des milliers d'autres procédures similaires. En France, un agriculteur a remporté jeudi à Lyon une nouvelle bataille judiciaire dans le combat qu'il mène face à la société américaine depuis son intoxication en 2004 par le désherbant Lasso, désormais interdit.

Bayer, qui a racheté Monsanto l'an dernier pour 63 milliards de dollars (56 milliards d'euros), subit de plein fouet les conséquences de ces défaites. Depuis août, l'action Bayer a perdu plus d'un tiers de sa valeur, faisant chuter la capitalisation boursière du groupe d'environ 30 milliards d'euros. Le 11 avril, son président du directoire a d'ailleurs reconnu que le groupe chimique allemand était confronté à de grandes difficultés en raison de la multitude de poursuites judiciaires engagées contre Monsanto.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/04/2019 à 7:09 :
Les Vietnamiens ont l'expérience des herbicides et défoliants américains….. je trouve qu'ils ont encore été trop poli dans leur refus de ces saletés.
Mais chez nous heureusement nous avons les députés LREM qui nous ont montré la voie dans la lumière….
a écrit le 15/04/2019 à 18:06 :
la science dit pas dangereux , mais le peuple dit dangereux
le peuple a toujours raison .
a écrit le 13/04/2019 à 10:40 :
La planète entière devrait suivre l'exemple du Vietnam. Monsanto doit disparaître .
a écrit le 13/04/2019 à 7:41 :
ils ont déjà eu l'agent orange produit par Monsanto, alors les effets ils connaissent ...
a écrit le 12/04/2019 à 22:52 :
Les vietnamiens ont vraiment un train de retard : grâce à notre ultra majorité hyper-nouvelle-nouveau-monde-àl'ecoutedesfrançais, cela fait des mois que les député LREM ont voté, tous ou presque, pour le maintien de ce produit indispensable à la qualité de l'agriculture française.
Merci M. Macron...
faut-il vraiment attendre encore 3 ans et espérer que le prochain bulletin glissé dans l'urne changera les choses...mmmh, la question reste ouverte, car comme chacun sait : c'est plus complexe que cela!
a écrit le 12/04/2019 à 21:26 :
Bayer le PDG est à virer. Acheter 56 milliards Monsanto. Et 6 mois plus tard Monsanto + Bayer = valorisation de 30 milliards. Bonjour la destruction de valeur.
Réponse de le 13/04/2019 à 8:31 :
.... et c'est pas fini !
a écrit le 12/04/2019 à 19:07 :
Normalement on va démarrer une propagande avec la soudaine découverte que le président est corrompu, ou un truc dans le genre ! On le liquide et hop on remet un copain. Si on le fait pas, ça sert à quoi "la démocratie" !
a écrit le 12/04/2019 à 17:52 :
Les vietnamiens connaissent très bien Monsanto et pas de réputation....
a écrit le 12/04/2019 à 16:18 :
les US vont leur renvoyer un peu d'agent orange... histoire de leur rafraichir la memoire
a écrit le 12/04/2019 à 14:44 :
Le problème majeur c'est que le glyphosate n'est qu'un énième produit dangereux et cancérigène qu'utilise l'agro-industrie dont nombreux sont bien plus nocifs pour la santé et prouvés, il est quand même hallucinant de ne toujours pas en entendre parler.

La puissance des lobbys nous fait perdre beaucoup de temps et de vies.
Réponse de le 15/04/2019 à 8:50 :
Vous avez raison sur certains points, le glyphosate herbicide est bien moins problématique que nombre de produits (tous les insecticides par exemple qui ont un impact sur le système nerveux des insectes).. mais tord sur la cancérogeneité des produits (les études issues des cohortes démontrent toutes que les agriculteurs les plus exposés aux produits phytosanitaires développent moins de cancers que la moyenne des populations de référence..et l'on sait les effets des non-traitements: plus de 40 morts en Europe dans l'affaire dite du concombre espagnol, qui s'est révélé être due à la présence de bactéries pathogènes sur des lots non traités de fenugrec.. l'absence de traitements, c'est une prise de risque considérable pour la santé humaine. L'industrie phytosanitaire a fait au contraire de ce que vous annoncez gagner de très nombreuses vies humaines.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :