L'État sort 3 milliards d'euros pour secourir EDF

Confronté à de lourds défis, le groupe détenu à près de 85% par l'Etat va procéder à une augmentation de capital de 4 milliards d'euros et à une très large cession d'actifs d'ici à 2020. La décision d'investir dans le projet d'EPR britannique d'Hinkley Point devrait être annoncée à la rentrée.

3 mn

Le groupe compte en outre ramener ses investissements à 10,5 milliards d'euros en 2018, soit un recul de près de deux milliards par rapport à 2015.
Le groupe compte en outre ramener ses investissements à 10,5 milliards d'euros en 2018, soit un recul de près de deux milliards par rapport à 2015. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)

Série de mesures chocs à EDF pour redresser la barre. Le premier électricien de France a annoncé vendredi vouloir renforcer sa structure financière via notamment une augmentation de capital de quatre milliards d'euros, à laquelle l'État participera à hauteur de 3 milliards d'euros. La décision sur son investissement dans le coûteux projet nucléaire britannique d'Hinkley Point a été reportée.

Le groupe détenu à près de 85% par l'Etat a dit vouloir procéder à cette opération de renflouement d'ici la clôture de ses comptes 2016 et ce si les conditions sur les marchés financiers le permettaient. Le gouvernement a en outre accepté de recevoir les dividendes d'EDF qui lui seront dus au titre de 2016 et 2017 sous forme d'actions, plutôt qu'en numéraire, ce qui va soulager fortement la trésorerie du groupe.

"L'État réaffirme ainsi sa confiance dans la direction de l'entreprise et l'ensemble de ses salariés pour assurer la réussite d'EDF dans le cadre d'un dialogue social de qualité", ont fait valoir les ministères de l'Economie et des Finances dans un communiqué commun.

L'État utilisera notamment les recettes attendues des ouvertures de capital des aéroports de Nice et de Lyon et de possibles nouvelles baisses de participations dans des groupes dont il est actionnaire, a déclaré une source gouvernementale à Reuters.

     | Lire Privatisation des aéroports de Nice et Lyon : jackpot en vue pour l'État

10 milliards d'euros d'actifs vendus, recul des investissements

EDF précise aussi dans un communiqué qu'il compte céder pour environ dix milliards d'euros d'actifs à l'horizon 2020 pour améliorer sa solidité financière dans un contexte de chute des prix de l'électricité. Cela passera notamment par une ouverture du capital de sa filiale RTE, le gestionnaire du réseau électrique français, qui sera préparée d'ici l'été avec pour objectif de mettre l'opération en oeuvre avant la fin de l'année.

Le groupe compte en outre ramener ses investissements à 10,5 milliards d'euros en 2018, soit un recul de près de deux milliards par rapport à 2015. Mais en intégrant ses activités régulées, EDF devrait investir entre 12,5 et 13,5 milliards d'euros par an au cours des trois prochaines années.

Toujours pour conforter sa situation financière, EDF renforcera son programme d'économies à hauteur d'au moins un milliard d'euros en 2019 par rapport à 2015, après avoir déjà réduit ses coûts d'environ 300 millions l'an passé.

Réponse en septembre pour Hinkley Point ?

Selon la source gouvernementale interrogée par Reuters, la décision de mener à bien un investissement de 23 milliards d'euros dans le projet d'EPR britannique d'Hinkley Point pourrait n'intervenir qu'à la rentrée et les autorités britanniques ont été prévenues.

Ce report fait suite à la décision du PDG Jean-Bernard Lévy de consulter son comité central d'entreprise (CCE) sur ce projet controversé afin de répondre à une exigence des élus qui menaçaient de saisir la justice.

>> Lire aussi Hinkley Point : EDF va consulter les syndicats

(avec AFP et Reuters)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 25/04/2016 à 6:52
Signaler
Encore une fois les francais vont devoir payer, d'une mainiere ou d'une autre. Comme ils sont des moutons a tondre et qu'ils ne veulent pas ouvrir leurs mirettes, ce gouvernement de voleurs incompetents aurait tord de se gener. Dont acte.

le 25/04/2016 à 18:06
Signaler
Rappelons tout de même que les français payent une électricité parmi les moins chères d'Europe. Et que son coût n'augmente pas aussi vite que celle de nos voisins.

à écrit le 24/04/2016 à 14:36
Signaler
Les salariés et les retraités lesquels bénéficient de tarifs "energie" plus qu'avantageux pourraient logiquement contribuer au redressement d'EDF (ex: plafonnement de consommation ou relèvement du pourcentage préférentiel octroyés (notamment pour ceu...

à écrit le 24/04/2016 à 12:11
Signaler
Que l'Etat réforme le Comité d'entreprise d'EDF, le temps de travail de ses salariés et leurs avantages acquis (retraites, coût de l'électricité consommée...). EDF retrouvera une santé financière florissante très rapidement. Et l'Etat, c'est à dire l...

à écrit le 24/04/2016 à 8:49
Signaler
l' état " sort " trois milliards... je suis angoissé de ne pas pouvoir donner , un peu, c 'est égoïste !!!! heureusement, les généreux donateurs avec l' argent qu' ils n' ont plus, y compris celui des autres ( qui n' en n' ont plus non plus ), sont...

à écrit le 24/04/2016 à 8:37
Signaler
on est en pleine heresie si l'etat doit venir au soutien d'edf la premiere chose est de debarquer son pdg mais la vrai question du copinage l'emporte come pou les relation avec la finance

à écrit le 24/04/2016 à 8:11
Signaler
On ne fait pas une augmentation de capital pour le plaisir . Augmentation K = dilution du K et donc des actionnaires existants qui sont l'état ( nous contribuable) et les salariés . Y a toujours un perdant dans ce genre d'histoire . Et EDF, je vous l...

à écrit le 24/04/2016 à 7:53
Signaler
HP c'est 21 milliards sur le papier vu qu'il y a des pbs partout sur lesepr, faudra multiplier au moins par 3 soit 65 milliards alors 3 milliards, ca fait sourire...

à écrit le 24/04/2016 à 0:23
Signaler
Otez-moi d'un doute : les reductions d'investissement ne concernent pas la securité nucléaire ?! Non parce que vu ce laisse passer a EDF, ils sont bien capables de lui accorder un passe-droit là-dessus. En tout cas, je vais m'empresser de faire un d...

le 24/04/2016 à 18:53
Signaler
Les décisions de l'Etat et d'EDF ne changeront rien à celles de l'ASN, seule maître en matière de sûreté nucléaire.

à écrit le 23/04/2016 à 20:57
Signaler
Voila bien une très mauvaise gestion d'entreprise, et malheureusement cela devait arriver, vu les très grandes compétences ...de nos dirigeants et de l'état ( voir aussi AREVA ). Une direction à deux têtes, cela ne pas marcher surtout quand l'état s'...

à écrit le 23/04/2016 à 20:16
Signaler
Bravo. Vous avez indiqué d'où vont provenir les 3 milliards d'Euro que l'Etat va mettre dans EDF. C'est rare! Aucun autre média à ma connaissance n'a parlé de ce "petit détail". Comme si le défit budgétaire n'existait pas, comme si augmenter les impô...

à écrit le 23/04/2016 à 16:41
Signaler
66 millions de consommateurs passif et une boite en faillite ?? Qui veut en plus investir dans un nouveau désastre économique dans lequel les anglais vont se marrer en faisant payer les contribuables . Voici l'image pathétique d'une France industrial...

à écrit le 23/04/2016 à 16:15
Signaler
supression des prime diminussion des salaire a quand l'estat mauvais gestionnaire

à écrit le 23/04/2016 à 15:42
Signaler
le socialisme doit s'arreter ou commence l'argent des autres C'est simple et limpide

à écrit le 23/04/2016 à 14:57
Signaler
Pour rappel, EDF a payé de l'ordre de 2 milliards d'euros de dividendes à l'Etat chaque année pendant des décennies. Soit de l'ordre de 60% du bénéfice. De par ces augmentations de capital, la part de l'Etat dans EDF est déjà repassée au dessus de 9...

le 23/04/2016 à 16:44
Signaler
Investir comme l'a fait Areva ... Une boite à court de liquidités dépose le bilan ... Dans 20 ans , on paiera les dégâts

le 23/04/2016 à 19:50
Signaler
Où avez-vous lu qu'EDF était au bord de la faillite ? D'après ce qui se lit ici et là, cette augmentation de capital n'était même pas nécessaire et a été organisée à la demande de l'Elysée.

à écrit le 23/04/2016 à 14:54
Signaler
L'Etat ne sort pas grand chose puisque 3 MD euros, c'est à peu près le produit de la vente d'AREVA !

à écrit le 23/04/2016 à 13:40
Signaler
Le contribuable toujours le contribuable. Et confiance à la direction qui va se goinfrer d actions en remerciement d une bonne gestion. Macron toujours aide les amis et ne demande aucun licenciement à la tête d edf. normal tous copains et voyous.

à écrit le 23/04/2016 à 12:04
Signaler
il était bien plus raisonnable et utile d aider nos agriculteurs ...

à écrit le 23/04/2016 à 11:43
Signaler
Le bon titre : Les contribuables vont payer sur leurs impôts 3 milliards d'euros en plus de leurs factures EDF, pour le sortir de la faillite, mais surtout sans toucher aux avantages indus des agents de l'Etat qui ont un régime spécial de retraite, d...

à écrit le 23/04/2016 à 11:01
Signaler
La moindre des choses serait de supprimer le tarif préférentiel pour le personnel d'EDF (10% du tarif public) et de supprimer les aides au CE qui sont de l'ordre de centaines de millions. Ces rentes sont devenues insupportables dans un temps où le co...

le 23/04/2016 à 14:36
Signaler
Tous les experts s'accorderont à dire que la responsabilité de la situation actuelle en revient à l'Etat, qui a forcé EDF à s'endetter pendant des années pour payer des dividendes faramineux (60% des bénéfices) et qui a créé des surcapacités en subve...

à écrit le 23/04/2016 à 10:49
Signaler
C'est le consommateur final qui va payer la note !

le 23/04/2016 à 14:38
Signaler
Je rappelle qu'il s'agit d'un investissement. L'Etat accroît son contrôle de l'entreprise, et se chargera de continuer à traire la vache à lait dès que son cash flow le permettra.

à écrit le 23/04/2016 à 10:48
Signaler
C'est bizarre que l'on n'entende rien sur une potentielle diminution des acquis sociaux (CE pharaonique, prix avantageux pour les salariés...). Il serait temps de ne pas faire à l'état (nos impôts) pour sauver le soldat malade.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.