Royal inaugure le premier kilomètre de route solaire au monde, au milieu des critiques

 |   |  593  mots
Les panneaux sont protégés par une résine censée résister à la circulation de tous types de véhicules.
Les panneaux sont protégés par une résine censée résister à la circulation de tous types de véhicules. (Crédits : Décideurs en région)
La ministre de l'Environnement est en Normandie pour souligner l'importance de cette première mondiale. Mais nombre d'experts dénoncent les coûts et la basse productivité des panneaux photovoltaïques intégrés au réseau routier.

Pour Ségolène Royal, il s'agit d'une pierre à l'édifice de la transition énergétique française: "promesse de croissance verte, création d'emplois, innovation", selon les termes de la ministre de l'Environnement lors du lancement du chantier en octobre. Aujourd'hui, elle inaugure officiellement le premier tronçon d'un kilomètre de route solaire, qui a vu le jour sur une voie départementale dans les alentours de la commune normande de Tourouvre-au-Perche (Orne).

Des dalles de panneaux photovoltaïques ont été collées sur l'asphalte, puis protégées par une résine censée résister à la circulation de tous types de véhicules, sans pour autant nuire à l'adhérence entre les pneus et la chaussée et tout en laissant passer la lumière. L'électricité produite est reversée sur le réseau de distribution local, et selon les estimations devrait s'élever annuellement à 280 MWh, soit la consommation en éclairage public d'une ville de 5.000 habitants.

Premier test en conditions réelles

Développé par l'entreprise de travaux publics Colas (groupe Bouygues), en partenariat avec l'Institut national de l'énergie solaire (INES), le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) et l'université de Savoie, le projet, nommé Wattway, a vu le jour il y a cinq ans. Il entre aujourd'hui dans sa phase de test en conditions réelles.

Si au long de la dernière décennie le déploiement de panneaux solaires sur les routes  -afin de préserver les espaces naturels et agricoles- a déjà été expérimenté à petite échelle dans divers pays, l'essai mené en Normandie est une première mondiale en termes de taille. Il devrait être suivi par une centaine de tronçons des mêmes dimensions, en France comme à l'étranger.

790 kWh par jour

Les coûts d'un tel projet sont pour l'heure très élevés: le tronçon normand a coûté 5 millions d'euros, et a été financé par une subvention de l'Etat. En revanche, en raison de l'horizontalité de la route, ainsi que du filtre que constitue la résine, la productivité de cette technologie est inférieure aux photovoltaïques classiques: 10% de moins, reconnaît Jean-Charles Broizat, directeur de Wattway, cité par Libération. Ségolène Royal avait initialement annoncé une production journalière moyenne de 17.963 kilowattheures... mais avait dû par la suite admettre sur le site internet du ministère s'être trompée, et ramener le chiffre à 790 kWh. Résultat: le watt-crête (Wc, puissance maximale) produit par la route solaire coûtera 17 euros, alors que les coûts standards des centrales photovoltaïques se situent en dessous de 1,30 euro le Wc.

1.000 kilomètres de routes?

Cette disproportion a donc attiré les critiques de nombre d'experts, pour qui cette innovation, bien qu'intéressante techniquement, ne peut pas constituer une priorité pour les renouvelables en France. La promesse de Ségolène Royal de développer les panneaux sur 1.000 kilomètres de route, pour un coût donc de 5 milliards d'euros, les laisse notamment sceptiques.

 Wattway mise pour sa part sur une réduction progressive des coûts de production, afin "d'être compétitif à l'horizon 2020" et avant de commercialiser le produit. Des intérêts se seraient déjà manifestés, notamment de la part des aéroports et en Afrique, souligne le ministère, qui ne veut pas que la France se fasse dérober ce marché.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2017 à 16:08 :
S'il existe un prix pour le gaspillage de l'argent public, rassurez-vous Madame Royal, vous aurez la palme d'or!
C 'est quoi votre prochaine lubie?
a écrit le 23/12/2016 à 11:58 :
un fiasco !!! comme les portiques .. la ferme des 1000 vaches .. ext..... les FRANCAIS N EN VEULENT PAS
a écrit le 23/12/2016 à 10:34 :
aprés le fiasco des portiques,la folie dépensiére continue,on parle déja d'en construire plusieurs centaines de KM sans savoir la tenue dans le temps!! quand vont-ils arreter de dépenser sans compter?!
a écrit le 23/12/2016 à 3:52 :
Les francais avant la promotion "Voltaire" dans leur grande majorite ignorait qui etait ce personnage. Maintenant ils savent: C'est un major de l'ena en minuscule.
a écrit le 23/12/2016 à 1:22 :
Voilà 1 km de fait c'est très bien

Vu le prix il faut attendre 5 ou 10 ans pour refaire un essais après les retombées

Ségolène fait du vent comme une énarque championne de la com

Triste classe politique
a écrit le 22/12/2016 à 23:37 :
N'aurait-il pas été préférable de commencer par les trottoirs qui auraient subit moins de contraintes ?
a écrit le 22/12/2016 à 22:07 :
S'ils arrivent à diviser autant le prix comme ils l'indiquent d'ici 2020 çà peut être compétitif car beaucoup de revêtements de sols sont très chers et ne produisent pas d'énergie. Reste à connaître le bilan de l'énergie consommée comparée à celle produite qui doit être évidemment bien supérieur à 1 et la véritable durée de ce revêtement mais qui sans doute peut être assez longue et de plus de 20 ans dans beaucoup d'espaces type parkings, pistes cyclables, places etc. Pour Mia c'est notamment Renault qui n'a pas voulu distribuer cette marque dans une part de son réseau qui a entraîné le dépôt de bilan car les grands constructeurs ne veulent pas de concurrents donc avant de critiquer les choix effectués il faut bien analyser les faits. Mia était une excellente voiture et Heuliez une très bonne marque avec beaucoup de compétences et son histoire et très dommage mais si l'on analyse le marché des nouveaux véhicules, beaucoup de marques ont disparu malgré des innovations très intéressantes, on peut citer la Colibri électrique en Allemagne, la Solar Bug de même que le véhicule électrique de EV1 de GM aux Etats-Unis et plein d'autres qui apportaient beaucoup à la mobilité. Evidemment il est facile d'accuser Ségolène alors que les réalités sont bien plus complexes. Venturi a déposé plusieurs fois le bilan, çà ne l'empêche pas de sortir des véhicules de pointe innovants et de battre des records.
a écrit le 22/12/2016 à 21:11 :
Et là, la Cour de Justice de la République ne fait rien devant cette tentative d'escroquerie ?
a écrit le 22/12/2016 à 18:46 :
... la connerie des Énarques est sans limites !!!!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 22/12/2016 à 18:44 :
... et une vignette sur les vélos pour payer ces travaux ?
a écrit le 22/12/2016 à 18:29 :
Un ingénieur australien démonte les routes solaires :
https://youtu.be/RjbKYNcmFUw
a écrit le 22/12/2016 à 17:40 :
1 km ....de "ridiculitude" chez les socialistes ...ca coute combien..?
a écrit le 22/12/2016 à 17:32 :
Faites pour charger les voitures electriques du marque MIA?
a écrit le 22/12/2016 à 17:27 :
c clair vous avez tous raison ,nos politiques sont débile et on voit bien qu'il ne font QUE de la politique visible.
clairement , il font tout pour obliger le peuple a acheter des voitures electrique (on vois le bonus eco des hybrides baisser et le malus augmenter ....) pour justifier aussi du futur EPR ... alors que la simple pose de panneaux solaire sur chaque toit de chaque maison en france, l'augmentation du bonus eco pour les hybride et la baisse du prix de l'essence face au gasoil permettrait d'améliorer d'une part le cout de la vie , la pollution et les economies d'energie , sans compter que l'on relancerait la croissance, (baisse du carburant et achat de japonaise hybride :) à)

merci la FRANCE ... ah oui c un rève
a écrit le 22/12/2016 à 16:58 :
La Normandie! quelle bonne idee pour faire du solaire! surtout a plat! Quand on lui a dit que c'etait une region tres verte, Sego n'a pas compris que c'etait au sens litteral, pas au sens politique! C'est bizarre qu'elle ne se soit pas souvenu que le Poitou-Charentes etait la 2eme region de France par la duree d'ensolleillement annuel....
Réponse de le 22/12/2016 à 22:14 :
Pour info les suédois ont comparé très précisément les rendements du solaire dans leur pays comparé notamment à Marseille sur plusieurs années et l'écart n'est pas très important pour diverses raisons notamment foisonnement photonique etc. Donc ce n'est pas inutile de tester ce tronçon de route solaire dans l'une des pires conditions car le comptage précis effectué permettra d'être fixés sur la valeur de la technologie avant d'aller plus loin.
a écrit le 22/12/2016 à 16:53 :
Ségolène, elle a pas l'air méchante ou foncièrement malhonnête, mais entre ça, Heuliez et sa gestion des dossier de l'écotaxe et des concessions auto-routières, elle coute cher à occuper.
Réponse de le 22/12/2016 à 20:49 :
Vous oubliez sa gestion désastreuse de la région Poitou Charentes que la cour régionale des comptes épingle très sérieusement. Sans le rattachement à la Grande Aquitaine c'était la faillite ! Il est vrai que les médias, excepté la presse régionale, n'en parlent pas. D'autres qu'elle seraient cloués au pilori !
Réponse de le 22/12/2016 à 22:19 :
L'écotaxe c'est un dossier mal étudié sous Sarkozy/Fillon et les autoroutes privatisés sous de Villepin. Ségolène n'a rien à voir dans ces mauvais choix. Pour Mia Renault a refusé de distribuer la marque ne serait-ce que sur quelques marchés car çà lui faisait un concurrent sérieux donc c'est en grande partie lui qui l'a coulé. Il faut mieux se renseigner avant de juger.
a écrit le 22/12/2016 à 16:40 :
L’idée n’est pas mauvaise en soi et déjà réalisée au Pays Bas depuis un peu plus de 7 mois ( piste cyclable). Par contre le cout semble très élevé même pour une phase de d’alpha site.
Réponse de le 23/12/2016 à 0:18 :
Alias, la piste au Pays Bas etait réalisée en 2014.
a écrit le 22/12/2016 à 16:30 :
Parler de rentabilité pour un projet pilote n'a pas de sens. Il faut se projeter dans 10 ans.
Aujourd'hui quel intérêt avons nous à remplacer de l'électricité de carbonée par de l'énergie renouvelable ? Au final le bilan est nul du point du vue pollution de l'air.
Par contre demain, il faudra bien alimenter les voitures électriques. Il n'y a cas voir la pression sur la pollution de l'air.
On peut très bien imaginer la voie d'arrêt d'urgence des autoroutes équipée de cette solution pour alimenter les voitures ou camions sur les aires.
Réponse de le 22/12/2016 à 17:29 :
L'intérêt de remplacer progressivement le nucléaire par les renouvelables est multiple. Les énergies renouvelables sont désormais beaucoup moins chères que des réparations d'anciens réacteurs, d'ajouter de nouveaux EPR, stockage inclus, et encore moins si l'on ajoute les surcoût de démantèlement, stockage, sans parler des risques graves. De plus on accède au marché mondial des énergies renouvelables qui s'exportent bien mieux que le nucléaire. Enfin on diminue les risques. Un accident majeur sur 1 seul réacteur (on a en 58) c'est entre 500 et 1000 milliards d'euros et des zones comme Tchernobyl ou Fukushima contaminées pour des milliers d'années. Donc il faut bien réfléchir et bien évaluer tous les paramètres.
Réponse de le 22/12/2016 à 19:16 :
On ne peut pas opposer nucléaire et énergie renouvelable par le coût. Par son intermittence la seconde a besoin d'une autre source de production. Il faut donc ajouter le prix d'une centrale thermique au prix d'une centrale renouvelable. C'est pourquoi la part du charbon augmente en Allemagne en même temps que les renouvelables. La solution est le stockage d'où les voitures électriques.
a écrit le 22/12/2016 à 16:04 :
Une ministre qui s'amuse avec notre argent, un gadget et un gaspillage d'argent public (rappelez vous les fameuses voiture électrique Heulliez). Pour produire l'énergie d'un malheureux réacteur nucléaire de 1300Mw, il faudrait paver 39.000 km de nos routes, pour un coût de près de 200 milliards (contre moins de 4 milliards pour le réacteur) ce qui place un kilowattheure 50 fois plus cher ! Je ne parle même des problèmes liés au fait que cela ne produit pas d'énergie la nuit, qu'il faut stocker sur des batteries coûteuses et peu recyclables... Bref un beau joujou qui permet d'engraisser une boite privée et une ministre qui a l'impression de justifier des actions pour lequel elle est très bien payé (10.000€ / mois) ! Une pseudo écologie à 2 balles sans avenir...
a écrit le 22/12/2016 à 15:55 :
S'ils arrivent à 1,3 euro le Wc c'est encore très cher mais si le revêtement dure beaucoup plus que les 10 ans annoncés, ce qui doit être le cas dans nombreuses situations (places, trottoirs etc), donc disons au moins 20 ans c'est déjà plus intéressant comparativement à d'autres revêtements. Mais reste à connaître le "taux de retour énergétique" de ce produit qui ne semble toujours pas avoir été précisé. Si çà consomme plus à produire que çà ne produit en effet, alors aucun intérêt ! A noter que Charier (44) fait des routes/revêtement thermique qui produisent jusqu'à 60°C et là sont très peu coûteux avec un très bon de retour énergétique et durabilité, mais on en parle très peu car c'est une PME, dommage, leur technique est très valable.
a écrit le 22/12/2016 à 15:48 :
Ces gens là (Ségolène Royal, et autres comparses PS), dés qu'ils entendent des mots comme "énergie verte", "renouvelable", "solaire", "innovation", leurs cerveaux secrètent une quantité phénoménale d'endorphines, saturant toute activité cérébrale.
Mme Royal veut développer le solaire, ce qui en soit est déja assez compliqué comme ça et donc elle se donne une contrainte en plus: mettre les panneaux sur les routes !!!
Il faudra donc compter avec un rendement réduit, le cout de production, le prix du revêtement spécial et surtout la maintenance (les poids lourds roulent sur les panneaux photo-voltaiques dans le futur imaginé par Mme Royal) ...
Mais quelle incompétence !
a écrit le 22/12/2016 à 15:26 :
La dernière arnaque de Royal, combien aurait on pu équiper de bâtiment avec 5 millions d'euros ?
L'idéal est de produire l'énergie au plus proche des consommateurs, donc sur les toits et non sur les routes.
a écrit le 22/12/2016 à 14:33 :
Les expérimentation coute toujours cher, maintenant des panneaux solaires dans le sud de la France serait plus performants !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :