Solaire : SunPower licencie un quart de ses effectifs

 |   |  407  mots
D'après le cabinet Trefis, les prix des panneaux solaires ont chuté de 30% sur les marchés internationaux cette année et ceci devrait se poursuivre, en raison de la baisse de la demande en Chine et d'importants stocks aux Etats-Unis.
D'après le cabinet Trefis, les prix des panneaux solaires ont chuté de 30% sur les marchés internationaux cette année et ceci devrait se poursuivre, en raison de la baisse de la demande en Chine et d'importants stocks aux Etats-Unis. (Crédits : REUTERS/Issei Kato)
Pénalisé par la chute des prix des panneaux solaires, le producteur d'énergie renouvelable américain, filiale du français Total, va supprimer 2.500 emplois. La coupe va lui coûter plus de 225 millions de dollars.

Elle avait prévenu en août qu'elle pourrait réduire ses effectifs d'environ 15%. Mais finalement, la cure d'austérité est bien plus drastique. SunPower, société américaine productrice d'énergie solaire et filiale du groupe français Total, a annoncé mercredi 7 décembre la suppression de 2.500 emplois, soit 25% de son personnel, dans le cadre d'un plan de restructuration visant à faire de nouvelles économies.

"Nous sommes persuadés que ces mesures, qui ont été avalisées par notre conseil d'administration, sont nécessaires pour positionner l'entreprise sur la voie d'une rentabilité durable en cette période de transition pour l'industrie", explique le patron Tom Werner un communiqué. Le groupe, basé à San Jose (Californie) et présent en Asie, en Afrique, en Amérique du sud et en Europe, n'a toutefois pas détaillé ces coupes ni par régions ni par fonctions. Il est néanmoins précisé que SunPower va également fermer un site d'une capacité de production d'énergie solaire de 700 mégawatts, baptisée Fab 2, aux Philippines.

Des prix en baisse de plus de 25%

Ce nouveau train d'austérité vient s'ajouter à une réduction déjà annoncée des dépenses opérationnelles à moins de 350 millions de dollars en 2017 et une division par plus de 50% des investissements à quelque 100 millions de dollars. L'industrie solaire traverse en effet actuellement une passe difficile, marquée par une chute des prix des panneaux et des incertitudes réglementaires.

D'après le cabinet Trefis, les prix des panneaux solaires ont chuté de 30% sur les marchés internationaux cette année et ceci devrait se poursuivre, en raison de la baisse de la demande en Chine et d'importants stocks aux Etats-Unis. Au troisième trimestre, SunPower avait indiqué que ses prix avaient diminué de 25%.

Des revenus inférieurs aux prévisions en 2017

La coupe dans les effectifs va néanmoins se traduire par une charge de l'ordre de 225 à 275 millions de dollars, qui sera étalée dans ses comptes jusqu'à fin 2017. Le gros de cet argent porte sur les indemnités de licenciements. En conséquence, le groupe ne table que sur des revenus compris entre 2,10 et 2,60 milliards de dollars pour 2017, soit moins que les 2,70 milliards sur lesquels tablent en moyenne les analystes.

En Bourse, l'indice du secteur a dégringolé de 45% à New York depuis janvier, plombé par un plongeon de 75% de l'action SunPower. Mercredi, celle-ci gagnait 2,01% à 7,10 dollars dans les échanges électroniques précédant l'ouverture de la séance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2016 à 20:38 :
Lorsque j'entends nos énarques parler d'énergie renouvelable et dans leur cervelle vouloir nous vendre ce modèle, j'ai quelques craintes pour le futur de nos enfants. Enfin si je suis seul a penser ainsi!!!
Réponse de le 08/12/2016 à 23:13 :
Je ne partage absolument pas votre point de vue.

Si les enr souffrent c'est à cause du prix du pétrole mais elles ont réalisés des gains de productivités majeurs ces dernières années et sont devenues relativement compétitives.

A moyen / long terme elles se développeront mais il est certain qu'avec un baril à 30 dollars cela n'a pas été facile ces derniers temps.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :