Une Blockchain de confiance contre la fraude : la CDC, la Poste, EDF et Engie créent Archipels

 |   |  819  mots
Le premier service opérationnel est une plateforme sécurisée de vérification de documents certifiés, pour l'instant des factures EDF ou Engie.
Le premier service opérationnel est une plateforme sécurisée de vérification de documents certifiés, pour l'instant des factures EDF ou Engie. (Crédits : Archipels.io)
EDF, Engie, La Poste et la Caisse des Dépôts se sont alliés pour lancer Archipels, une « plateforme de services de confiance », s’appuyant sur la technologie Blockchain. Le premier service lancé concerne la vérification de documents certifiés comme les justificatifs de domicile.

La Blockchain sera-t-elle la « trust machine », la machine à créer de la confiance comme l'avait surnommée le magazine « The Economist » dès 2015 ? Cette technologie de transmission et de stockage d'information, née il y a dix ans avec le bitcoin, sécurisée grâce à la cryptographie, s'apparente à un grand registre numérique infalsifiable, ce qui en fait une candidate naturelle à la lutte contre la fraude et les escroqueries en tout genre. Une application très concrète sera bientôt possible grâce à Archipels, un projet de « plateforme de services de confiance » lancé par la Caisse des Dépôts avec Engie, EDF et la Poste, quatre grands acteurs français se définissant comme « tiers de confiance » - terme désignant une autorité publique, une entreprise ou un professionnel réglementé en mesure de certifier des transactions (banques, avocats, notaires, comptables, etc).

Les quatre partenaires, qui ont tous développé d'autres projets sur la Blockchain, ont présenté un premier pilote en mai, lors du salon VivaTech, et souhaitent créer une entreprise de projet autonome d'ici à la fin de l'année. Le premier service, qui sera opérationnel au second semestre, est une plateforme sécurisée de...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2019 à 17:51 :
Quid de la spéculation ? Cette n-plus-unième technologie de transmission et de stockage d'information permet-elle d'enrayer le boursicotage sur la valeur elle-même ? rien ne l'indique et les seuls gagnants sont les casinos formés par cette association de monstres. .
Au passage nous sommes à des années lumière des objets sociaux de ces conglomérats maitres absolus du jeu. . .
Le premier service lancé concerne la vérification de documents certifiés comme "les justificatifs de domicile" en voilà des données juteuses sans contrôle !
. . ..
a écrit le 27/08/2019 à 10:26 :
Ces machins numériques initiés par des entreprises publiques n'ont aucune crédibilité et pérennité. Plutôt que de vouloir singer les Gafa, ces entreprises devraient déjà assurer leur service au meilleur coût pour le consommateur (fournir de l'électricité, du gaz, le courrier...) ce qui n'est hélas pas le cas.
Réponse de le 27/08/2019 à 12:15 :
Helas oui, vous avez raison.
A la poste, aucune possibilite d'interpeller quelqu'un ou d'obtenir une reponse. Affligeant de mediocrite.
La France a encore du chemin a faire en ce domaine.
a écrit le 27/08/2019 à 10:18 :
Le meilleur moyen d'éviter la fraude c'est de ne pas la motiver et non, de la réprimer!
Mais quand cela permet a certain de s'enrichir artificiellement, il n'y a pas de limite a l'imagination!
a écrit le 27/08/2019 à 10:13 :
Ridicule puisque des Madoff il n'y en a pas à chaque coin de rue hein, c'est même rare car domaine oligarchique réservé.

Nettoyons d'abord la finance, ce qui ne peut se produire en oligarchie, avant de nous promettre la transparence svp, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :