LTDE

La transformation des déchets ménagers en électricité

 |   |  361  mots
Chaque année en France, 14 millions de tonnes de déchets ménagers sont incinérés
En région parisienne, trois centres d'incinération valorisent les ordures ménagères en électricité. Reportage dans l'une de ces installations, située à Saint-Ouen (93).

Une centaine de camions dépose chaque jour, dans ce centre d'incinération, des tonnes de déchets ménagers non recyclables afin qu'ils soient brûlés.

Loïc Morel, Directeur valorisation, Syctom :

« De ce côté vous avez la fosse qui reçoit les ordures ménagères qui sont apportées sur ce site et depuis laquelle sont chargés trois fours d'incinération dans lesquels ont lieu la combustion des déchets ».

Une majorité de déchets est réduite en cendres. Quant aux autres résidus, les ferrailles et mâchefers, ils sont transportés vers des centres spécialisés pour être recyclés.

Les fours-chaudières qui incinèrent 600 000 tonnes de déchets par an produisent de la vapeur. Elle est ensuite transformée en énergie dont bénéficient environ 100 000 logements.

« On est juste au-dessus du groupe turbo-alternateur qui a pour mission de recevoir la vapeur produite par les chaudières et de la transformer en électricité. L'énergie contenue dans la vapeur met en rotation la turbine et à l'extrémité de la turbine se trouve un alternateur qui convertit cette énergie mécanique de rotation en électricité. » indique Loïc Morel

Une partie de l'électricité produite est utilisée par le centre d'incinération pour ses installations techniques. Le surplus est revendu à Electricité De France. De la vapeur d'eau est également vendue à la Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (CPCU). Une logique respectée depuis de nombreuses années notamment en Ile-de-France.

Christophe Maria, Syctom, Agence métropolitaine des déchets ménagers :

« La valorisation énergétique des déchets ménagers, on la redécouvre aujourd'hui parce qu'on essaie de trouver des moyens viables et propres dans nos villes denses. Sur Paris, il y a des installations historiques d'implantation des centres de traitement de déchets depuis le début du siècle dernier et presque quasi en même temps ces installations ont toujours été raccordées soit à EDF soit au réseau de chauffage urbain »

En France, sur les 14 millions de tonnes de déchets ménagers incinérés chaque année, 97% font l'objet d'une valorisation énergétique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2019 à 14:18 :
Mon souhait est de voir un tel projet en côte d'Ivoire.
a écrit le 06/10/2019 à 23:08 :
Salut . J'ai beaucoup aimé cette valorisation des déchets . Je suis béninois et je voudrais vraiment travailler les ordures c'est ça ma passion et j'ai déjà créé une entreprise pour la gestion des déchets et je voudrais des partenaires qui vont m'accompagner pour faire ce travail . Dans mon pays les déchets sont laissés dans les rues et les domaines non habité . Je voudrais vraiment toutes personnes de bonnes volontés ou des organisations pour réussir mon projet . Merci .
a écrit le 25/08/2018 à 11:57 :
je ingénieur bac +7 ecole supérieures Françaises.
dépuis longtemps je souhaiterais crèe une entreprise de valorisation des déchets.je suis issue d'une famille qui aime l'environnement.mon père étais agriculteure.quand j'étais enfant j'ai vécu en entre la nature(la campagne, la mer, mon village) c'était propre depuis l'introduction des sachets plastique dans les années 1990 et jusqu'aujourd'hui je remarque que l'environnement partout en ville ou en nature est poluée.dans la ville où j'habite les déchets ménagères sont jettes en nature et brûlées sans aucune valorisation.j'ai passé beaucoup de temps à ramassé les sac plastiques dans les champs où les bouteille plastiques abandonnées sur les plages.c'est acte d'amour et du respect de l'environnement.j'ai toujours imaginé que les déchets ménagères sont valorisants et leur transformation et double bénéfique(1. l'environnement reste propre,2.le revenue issue et trés bénéfique. jusqu'a ce quederierement j'ai regardé qu'en ethiopie j'ai vue qu'enfin même en pays tière monde ce projet que je rêve à vue son jour.donc finalement, c'est un grand rêve pour moi de foncer.votre appui technique, technologique voir financières est primordiales pour l'accomplissement de mon rêve.merci d'avance de votre réponse et veuillez recevoir mes plus courtoises salutations.
a écrit le 18/05/2018 à 17:58 :
Bonjour, je suis malien de Bamako, je souhaite avoir un partenariat pour la production de l'électricité a partir des déchets ménagers.
Si quelqu'un est intéressé, prière contact avec moi.
Cordialement!
a écrit le 10/02/2018 à 13:50 :
C'est une bonni innovation. notre environnement est pollué. comment réaliser ce projet chez nous en RDC/kinshasa avec vos appuis?
a écrit le 10/02/2018 à 13:46 :
C'est une bonni innovation. notre environnement est pollué. comment réaliser ce projet chez nous en RDC/kinshasa avec vos appuis?
a écrit le 10/02/2018 à 13:46 :
C'est une bonni innovation. notre environnement est pollué. comment réaliser ce projet chez nous en RDC/kinshasa avec vos appuis?
a écrit le 19/01/2016 à 18:46 :
"les ferrailles et mâchefers" c'est un moyen de gérer les conserves et autres métaux sans les collecter de façon sélective.
J'étais surpris en (passant en) Alsace que le livret d'informations indique "poubelle" (ou déchetterie mais il faut y aller) pour les boîtes en fer. Renseignement pris, c'est pour éviter la gestion, le transport coûteux, mais c'est pas perdu car traité après, en vrac. Pour l'alu, amagnétique, ils doivent prendre ce qui reste à la fin dans les déchets ?
L'installation d'Ivry/Seine doit être refaite, me semble, arrivée en fin de vie. A savoir s'il en faut seulement deux ou vraiment trois vu le tri sélectif actuel (? effectif partout ??).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :