Brétigny : un rapport pointe du doigt un "état de délabrement" et "une centaine de défauts"

 |   |  573  mots
À ce jour, 117 personnes se sont constituées parties civiles. Ni la SNCF ni Réseau ferré de France (RFF) n'ont encore eu connaissance des expertises. (Photo : Reuters)
À ce jour, 117 personnes se sont constituées parties civiles. Ni la SNCF ni Réseau ferré de France (RFF) n'ont encore eu connaissance des expertises. (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
Un an après le déraillement du train Paris-Limoges Intercités n°3657 alors qu'il entrait dans la gare de Brétigny-sur-Orge, un rapport d'experts, rendu public par le parquet d'Evry lundi, met en cause l'entretien du matériel ferroviaire dans le secteur. Le président de la SNCF attend d'avoir le rapport entre les mains pour se prononcer.

Un "déficit dans la qualité de la maintenance". Voilà de quoi résulte l'accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne), qui a fait sept morts le 12 juillet 2013, selon les conclusions d'un rapport d'experts rendues publiques lundi par le procureur de la République d'Evry.

D'après Eric Lallement, les experts désignés par la justice ont rendu des conclusions "sévères", relevant "une centaine de défauts", "visibles" et "critiques", sur l'aiguillage incriminé, "qui ne sont pas la conséquence de l'accident".

>> Lire : Brétigny: un nouveau rapport met en cause la SNCF

Aucun acte malveillant

Les ingénieurs ont notamment pointé une "maintenance inadaptée" et un "état de délabrement" sur le secteur de Brétigny. La gare de Brétigny "était connue des services de la SNCF comme une zone à risque", selon eux.

"Toutes les investigations menées ont conduit à écarter formellement l'hypothèse d'un acte de malveillance", a également souligné le procureur lors d'une conférence de presse.

>> Lire Accident de Bretigny : la SNCF offre des compensations

Le train Paris-Limoges Intercités n°3657 a déraillé le 12 juillet 2013 à 17h11, quelques instants avant d'entrer en gare de Brétigny-sur-Orge, tuant sept personnes et faisant des dizaines de blessés. À ce jour, 117 personnes se sont constituées parties civiles, a précisé Eric Lallement, affirmant que ni la SNCF ni Réseau ferré de France (RFF) n'avaient encore eu connaissance des expertises.

Des économies "au détriment du service public" 

Après la diffusion des conclusions du rapport, la CGT, premier syndicat de cheminots, a dénoncé "une recherche d'économies effrénée" à la SNCF, de même que SUD-Rail. Le syndicat estime dans un communiqué que ces économies se font "au détriment du service public, de la sécurité des circulations des biens et des personnes".

"Si les termes paraissent excessifs et tendent à généraliser un état de dégradation de l'infrastructure ferroviaire, nous sommes bien face à la réalité de certains choix exercés par les gouvernements successifs et relayés par la direction de la SNCF."

De son côté, l'Unsa-Cheminots, deuxième syndicat et partie civile, se dit "indignée par la divulgation d'éléments partiels du rapport d'expertise, orientés pour mettre en cause les compétences métiers et la conscience professionnelle des salariés de la SNCF chargés de la maintenance de l'Infrastructure".

SNCF et RFF se prononceront quand ils auront le rapport entre les mains

"Nous ne contestons en rien ce qu'a dit le procureur de la République pour une raison simple: il a en mains des rapports que nous n'avons pas", a indiqué le président de la SNCF Guillaume Pepy, lors d'une conférence de presse commune avec RFF.

Dans un dossier de presse, la SNCF et RFF estiment que le rapport rendu par les deux experts mandatés par la justice, auquel ils n'ont pas eu accès, "semble prolonger les premières conclusions du BEA-TT", le Bureau d'enquête sur les accidents de transport terrestre, qui, dans son rapport d'étape rendu en janvier, avait déjà mis en cause les règles de maintenance de la SNCF

"À aucun moment nous ne sommes dans le déni", a également précisé Guillaume Pepy, faisant référence à la responsabilité dans cet accident que la SNCF a reconnu le jour même.

Article publié à 16h30, mis à jour à 19h00.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2014 à 13:55 :
"Avant d'entrer en gare, rédigez testament."
a écrit le 08/07/2014 à 10:53 :
Dans les vidéos sorties à propos de cet accident, on montre le serrage d'écrous
(existants ceux-là...) par des manœuvres ne disposant même pas de clefs
dynamométriques ! Serrage insuffisant : perte de l'écrou à moyenne échéance; serrage
exagéré : affaiblissement du boulon abrégeant sa durée de vie. Les conclusions du
rapport d'experts sont celles que n'importe qui pouvait déduire des articles de presse du
moment. Les arguties du Président Pepy n'y changent rien.
a écrit le 08/07/2014 à 9:42 :
pour enrichir les actionnaires.
Réponse de le 08/07/2014 à 17:11 :
c est tout à fait cela, c 'est le résultat d'économie d hommes, manque de moyens pour la maintenance et la surveillance, comme d autres domaines éducation, poste etc...
a écrit le 08/07/2014 à 4:22 :
Tout est dans la titre.
a écrit le 08/07/2014 à 3:13 :
A Cgt et Sud rail : "Et si vous travailliez jusqu'à 60 ans vous pourriez resserrer des boulons plus longtemps et évitez des catastrophes ...!"
Responsables mais pas coupables ..!
Service public ...? Des comme celui là autant le fermer et vite sans indemnité de licenciement pour faute professionnelle très grave
a écrit le 07/07/2014 à 21:06 :
Donc le passage des trains fait se déplacer les éclisses mais pas les cailloux du ballast sur les voies délabrées et mal entretenues. On est rassuré de pouvoir prendre demain son train ou son RER en sécurité.
Réponse de le 08/07/2014 à 4:27 :
D'ailleurs il est recommandé d'accélérer sur les nids de poules... c'est d'une logique implacable!
a écrit le 07/07/2014 à 18:04 :
On aimerait quand même savoir combien d'heures de "travail" pour ne pas changer ou remplacer les boulons lors de la "maintenance" éffectuée avant le terrible accident? S'il y avait une équipe en place, alors il faut trouver les gugusses qui ne font pas ce qu'ils étaient supposés faire. facile de toujours ramener les problèmes à des questions de budget! Il y a mort d'hommes!
a écrit le 07/07/2014 à 17:37 :
2019 arrivée de nouvelles compagnies ferroviaires privés et BYE ! BYE ! la SNCF qui finira comme la SNCM de Marseille qui prend l'eau de toute part et qui finira par coulé définitivement pour le plus grand bonheur des usagers contribuables !!!
Réponse de le 07/07/2014 à 18:03 :
Parce que tu penses que si l'entretien des voies passe au privé ça ira mieux??
Va faire un tour en Angleterre pour voir comment ça se passe !!!
Pauvre naïf ....
Réponse de le 07/07/2014 à 19:31 :
@2019, Avez vous écouté lors de la dernière grève de la SNCF, ce que les Syndicats demandait et qui était en discussion à l'assemblé et au Sénat, la réunification de la SNCF, le matériel roulant et RFF, les infrastructures, ou les rails. Comme beaucoup, vous deviez crier privatisation et concurrence. Le problème dans l’accident s’est les infrastructures, et même si les infrastructures étaient mises en concurrence, il ne peut y voir qu’un seul opérateur par secteur. Aujourd’hui, les politiques qui érigent le contrat de la SNCF ne veulent pas de déficit, et pour cela la SNCF cherche des économies de partout, et la maintenance est la première en cause, parce que la maintenance ne rapporte rien contrairement au transport. Voila le résultat 7 morts. Quand à privatiser, la réponse sera simple, se sera pire parce que la ou les entreprises ne chercheront qu’à faire du fric pour les actionnaires, dont vous serez peut être porteur. Les routes coutent chères, mais c’est le budget des communes, et collectivités et état, donc vos impôts, hors la SNCF est une SA, donc autonome. Autre chose !!
Réponse de le 07/07/2014 à 22:54 :
Difficile d être plus mauvais que la sncf quand même .... Les ´´représentants du personneĺ´ qui ne représentent qu eux même auront la peau de leur gagne pain.

A la plus grande satisfaction des voyageurs qui comme moi n en peuvent plus

Je maintiens que la sncfet son personnel ne s intéressent en aucune façon à la sécurité des voyageurs et je peux le prouver
Réponse de le 08/07/2014 à 1:01 :
Et ben voilà, les travailleurs sncf, quand vous leur parlez de privatisation, ils vous disent qu'en Angleterre, les trains déraillent chaque jour et qu'ils sont tous nuls là bas. La propagande des cheminots contre les trains anglais est connue et ancienne et est un mensonge habituel. J'ai vécu en Angleterre et j'ai trouvé leurs trains bien supérieurs, meilleurs, que ceux en France. Un jour ou l'autre, faut arreter de croire le pipo des fonctionnaires sncf qui défendent leurs privilèges.
a écrit le 07/07/2014 à 17:21 :
Demandez aux usagers de la ligne C si "les termes paraissent exagérés",les avaries sont très fréquentes et les usagers subissent tous les jours des trains annulés, des rails fissurés, des ruptures de caténaires .... et j'en passe ! il y en a vraiment marre !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :