Danone : les ventes baissent mais le PDG, attaqué, promet une "année de reprise"

 |  | 684 mots
Lecture 4 min.
Nous reconnaissons pleinement que le cours de notre action en bourse est en deçà de nos attentes et sommes heureux, à l'occasion de la publication de nos résultats annuels, de retrouver notre capacité à dialoguer ouvertement avec nos actionnaires, a affirmé Emmanuel Faber, dans une allusion pudique à la crise de défiance qui le vise.
"Nous reconnaissons pleinement que le cours de notre action en bourse est en deçà de nos attentes et sommes heureux, à l'occasion de la publication de nos résultats annuels, de retrouver notre capacité à dialoguer ouvertement avec nos actionnaires", a affirmé Emmanuel Faber, dans une allusion pudique à la crise de défiance qui le vise. (Crédits : Reuters)
En 2020, le chiffre d'affaires du géant agroalimentaire français a reculé de 6,6%, à 23,6 milliards d'euros. Emmanuel Faber, dont la gestion est mise en cause par les fonds Artisan Partners et Bluebell Capital Partners, promet un retour à la croissance dès le second trimestre 2021. En poursuivant son virage stratégique vers l'alimentation végétale, le groupe a annoncé l'acquisition de l'entreprise californienne Follow Your Heart.

Article corrigé à 11h58

Le PDG de Danone Emmanuel Faber, sous pression de fonds d'investissement qui réclament son départ, a affirmé vendredi que 2021 serait une "année de reprise", après des performances 2020 plombées par la pandémie.

"Nous restons concentrés sur la préparation de notre retour à la croissance dès le second trimestre [2021], et sommes pleinement confiants que nous créons les bonnes conditions et le bon momentum pour retrouver la croissance rentable dès le second semestre de l'année", affirme Emmanuel Faber, cité dans un communiqué.

Le patron de 57 ans, directeur général du fleuron agroalimentaire depuis 2014 et PDG depuis 2017, et réputé prôner un capitalisme plus vert et plus social, fait face à une fronde d'actionnaires. Les fonds Artisan Partners et Bluebell Capital Partners jugent les performances de l'entreprise insuffisantes sans que la crise du Covid-19 suffise à l'expliquer, et mettent en cause la gestion d'Emmanuel Faber.

Un manque à gagner d'environ 1,7 milliard par rapport à 2019

En un an, l'action Danone a perdu un quart de sa valeur à la Bourse de Paris.

"Nous reconnaissons pleinement que le cours de notre action en bourse est en deçà de nos attentes et sommes heureux, à l'occasion de la publication de nos résultats annuels, de retrouver notre capacité à dialoguer ouvertement avec nos actionnaires", poursuit Emmanuel Faber, dans une allusion pudique à la crise de défiance qui le vise.

En 2020, le chiffre d'affaires du géant agroalimentaire français a reculé de 6,6%, à 23,6 milliards d'euros, soit un manque à gagner d'environ 1,7 milliard par rapport à 2019. Il est légèrement inférieur aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur de données financières Factset.

Lire: Mathias Vicherat, Danone : « La loi Pacte n'interdit pas aux entreprises à mission de se réorganiser »

La baisse d'activité la plus marquée (-21,1%) concerne la vente d'eaux en bouteille, "sévèrement pénalisée par les restrictions aux déplacements liées au Covid-19", selon le communiqué. Le bénéfice net part du groupe s'est quant à lui amélioré de 1,4%, à 1,956 milliard d'euros, après des charges exceptionnelles en 2019. Mais un indicateur scruté par les marchés, la marge opérationnelle courante, a baissé à 14%, contre 15,2% en 2019, signe que la rentabilité se rétracte. Le groupe prévoit que cette marge restera "globalement" à ce niveau en 2021.

Danone poursuit toutefois son virage stratégique vers l'alimentation végétale, un des axes défendus par Emmanuel Faber. Le groupe a encore annoncé vendredi, sans précisions chiffrées, l'acquisition de l'entreprise californienne Follow Your Heart, "leader sur les marchés du fromage et de la mayonnaise d'origine végétale". Il compte "faire passer ses ventes mondiales de produits d'origine végétale (...) à 5 milliards d'euros en 2025". Ce segment représente aujourd'hui plus de 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Lâché par Riboud?

Le conseil d'administration du groupe s'est réuni jeudi pour valider les comptes, et une source proche du dossier a fait savoir que "la gouvernance n'était pas à l'ordre du jour" de la réunion, reportant de facto toute décision sur la tête de l'entreprise. Jusqu'à présent, le conseil d'administration ne s'est pas exprimé sur les attaques des fonds, semant le doute sur ses intentions à l'égard de Faber. D'autant que, selon des informations de presse, ce dernier a été "lâché" par le président d'honneur du conseil Franck Riboud, son prédécesseur et fils du fondateur de Danone, Antoine Riboud.

Les syndicats CFDT, FO et CGC ont fait savoir qu'ils soutenaient la gouvernance actuelle, alors même que Danone prépare jusqu'à 2.000 suppressions de postes dans le monde. Dans un courrier adressé mercredi au conseil d'administration, FO lui demande "de s'opposer à la stratégie menée par les fonds activistes" qui "ont pour habitude d'avoir des objectifs exclusivement basés sur la rentabilité qui viendraient mettre en danger l'avenir des salariés". Le fonds français Phitrust, actionnaire du groupe, a quant à lui fait part de son "incompréhension face aux demandes exprimées publiquement par certains actionnaires et par les 'fuites' faisant état de dissensions dans le conseil d'administration".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2021 à 13:01 :
Antoine Riboud n'est pas le fondateur de Danone, qui est Daniel Carasso. Antoine Riboud est le fondateur de BSN qui a racheté Gervais-Danone et qui adopté le nom de Danone pour son groupe, baucoup plus tard, sous l'impulsion de Frank Riboud.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :