De plus en plus demandée, une relance "verte" serait aussi plus efficace

 |   |  1252  mots
La construction d'infrastructures propres, particulièrement exigeante en main-d'œuvre, crée deux fois plus d'emplois par dollar que les investissements dans les carburants fossiles, observe notamment l'étude.
La construction d'infrastructures propres, "particulièrement exigeante en main-d'œuvre, crée deux fois plus d'emplois par dollar que les investissements dans les carburants fossiles", observe notamment l'étude. (Crédits : Anatoliy_gleb - Fotolia.com)
Les politiques de relance respectueuses du climat profitent non seulement à l'économie, mais également à l'écologie, relève une étude de l'Université d'Oxford, signée entre autres par Joseph Stiglitz et Nicholas Stern.

Inclure des mesures "vertes" dans les plans de relance qui suivront la crise est un enjeu non seulement écologique, mais également d'efficacité. Les politiques de relance respectueuses du climat et conçues sur le long terme ont en effet souvent un meilleur impact économique, relève une étude publiée mardi 5 mai par l'Université d'Oxford.

"Les projets verts créent plus d'emplois, génèrent des rendements à court terme plus élevés par dollar dépensé, et conduisent à de plus grandes économies de coûts à long terme, par rapport aux mesures de relance budgétaire traditionnelles", résume le communiqué de presse de présentation de l'enquête, laquelle compte parmi ses auteurs, aux cotés du professeur Cameron Hepburn, le prix Nobel Joseph Stiglitz, ainsi que l'économiste britannique Nicholas Stern, auteur en 2006 d'un important rapport sur l'"économie du changement climatique". Une conclusion qui se fonde sur des entretiens menés avec 231 experts de 53 pays, notamment des responsables de banques centrales et des fonctionnaires de ministères des Finances, interrogés sur l'impact de 700 politiques de soutien ou de relance mises en œuvre depuis 2008 à travers le monde -classées en 25 catégories.

Lire aussi: Comment sortir de la crise économique tout en préservant la santé et le climat

Les plans de sauvetage des compagnies aériennes mal notés

L'étude, qui doit être publiée dans l'Oxford Review of Economic Policy, identifie notamment cinq politiques "avec un fort potentiel en termes d'effet multiplicateur comme d'impact climatique". Il s'agit tout d'abord des investissements dans des infrastructures physiques propres, notamment les énergies renouvelables telles que l'éolien ou le solaire, dont la construction, "particulièrement exigeante en main-d'œuvre, crée deux fois plus d'emplois par dollar que les investissements dans les carburants fossiles". Mais il s'agit également des investissements dans la rénovation énergétique des bâtiments, dans la résilience et la régénération des écosystèmes, dans la recherche et le développement "propres" ainsi que dans l'éducation et la formation permettant de lutter en parallèle contre le chômage découlant tant de l'épidémie que de la transition énergétique.

Lire: Coronavirus: la demande d'énergies fossiles plonge... au profit des renouvelables

Les auteurs ajoutent à cette liste une politique particulièrement efficace dans les pays en...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2020 à 14:44 :
Croissance verte? soit. IL ne faut tout de même pas s'illusionner. La croissance ne s'obtient qu'en générant des nuisances plus ou moins contrôlables. La croissance verte est bonne pour ceux qui croient que les éoliennes sont produites par génération spontanée ou que la pratique de la moto verte fortifie nos forêts.
a écrit le 07/05/2020 à 9:51 :
Et tellement facile avec du protectionnisme économique que Trump a remis à l'ordre du jour en plus depuis deux ans maintenant et qui gagne ainsi 150 milliards par an via les chinois. Mais les médias européens préfèrent insulter Trump afin que personne ne se rende compte que c'est LA stratégie à employer.

Les dragons célestes allemands sont de plus en plus gourmands.
a écrit le 07/05/2020 à 9:43 :
Sans économie circulaire pas d'économie vertueuse écologiquement. Les comptables sont juste en train de chercher de se donner bonne conscience tout en anéantissant la planète de leur pathologique cupidité.
a écrit le 07/05/2020 à 9:01 :
tiens, le truc de l'écologie des utopistes, des terroristes verts, des anarchistes et autres devient réalité pour gagner du fric, incroyable, je me roule par terre de bonheur et de joie, nous allons enfin connaître l'écologie version multinationales, poussez vous, cela va décoiffer, les éoliennes gigantesques sponsorisées par le bien public va prendre un nouvel essor, le nucléaire cette énergie si propre va être boostée comme jamais, c'est parti pour le nouveau marché, tant qu'aux populations l'explication sera c'est l'avenir le progrès et puis c'est cela ou le chômage..... allons y le fric nous tend la main ...
Réponse de le 07/05/2020 à 10:15 :
Makhno : Exact. La relance verte c'est purement un truc de capitaliste. Un nouveau créneau pour continuer à faire du business. Les écolos et utopistes n'en sont plus à ce stade là. Ils ont bien conscience que c'est notre recherche de croissance perpétuelle qui une catastrophe pour la planète. Construire des millions d'éoliennes ou de panneaux solaires pour les abandonnés 20 ans plus tard car ils sont arrivés à bout et en reconstruire de nouveaux c'est du capitalisme à l'état pur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :