La France dans le peloton de tête de la course mondiale à l'hydrogène

 |  | 700 mots
Lecture 4 min.
La France investit 7 milliards d'euros de soutien public d'ici 2030 dont 2 milliards d'ici 2022 dans l'hydrogène.
La France investit 7 milliards d'euros de soutien public d'ici 2030 dont 2 milliards d'ici 2022 dans l'hydrogène. (Crédits : DR)
SPÉCIAL HYDROGÈNE, LA FRANCE A L'HEURE H - FOCUS DATA. Définie comme étant « la technologie décarbonée la plus prometteuse » par Bruno Le Maire, l'hydrogène suscite de grands espoirs dans l'Hexagone et en Europe. La Commission européenne estime le coût de son plan hydrogène entre 180 et 470 milliards d'euros d'ici à 2050. Toutefois, la compétition à l'international est loin d'être gagnée, notamment avec des adversaires comme la Chine ou les Etats-Unis.

Enjeu crucial de la relance, l'hydrogène est présenté comme un axe majeur de la réindustrialisation française. Et pour cause, d'ici 2030, la filière - qui contribuerait à décarboner l'industrie et les transports lourds - pourrait générer plus de 100.000 emplois nouveaux ou convertis, estime le gouvernement. Pour cela, l'Etat mise gros : 7 milliards d'euros de soutien public d'ici 2030 dont 2 milliards d'ici 2022. Toutefois, l'hydrogène vert - produit à partir d'énergies renouvelables - ne fait pas rêver que la France, et la compétition à l'international s'annonce rude...

Berlin affiche ses ambitions

De l'autre côté du Rhin, Peter Altmaier, ministre fédéral (CDU) de l'Economie, n'a jamais caché son ambition. « Nous voulons devenir le leader mondial dans les technologies de l'hydrogène décarboné », a-t-il annoncé dès juin 2020 lors de la présentation de sa feuille de route sur l'hydrogène. L'Allemagne investira ainsi 9 milliards d'euros dans cette filière dont 7 milliards d'ici 2030 et 2 milliards d'ici 2040.

Au sein de l'Europe, trois pays arrivent à se distinguer : l'Allemagne, la France et les Pays-Bas, selon l'observatoire de l'hydrogène de Sia Partners. « Ces trois pays ont des objectifs ambitieux en termes de production d'hydrogène renouvelable, et de son usage (mobilité et industrie). Ils bénéficient également d'importants investissements publics. Ils sont suivis par le Royaume-Uni, dont les ambitions sont légèrement en retrait en termes d'infrastructures de transport d'hydrogène », analyse Charlotte de Lorgeril du cabinet Sia Partners, sur la base d'une étude comparative des 12 pays européens les plus engagés dans l'hydrogène :

hydrogène

L'appétit européen sur l'hydrogène

Rivalisant avec l'Asie et les Etats-Unis dans les annonces de plans et d'investissements, l'Europe est pour le moment en bonne position. Le plan stratégique de déploiement de l'hydrogène - présenté le 8 juillet 2020 par la Commission européenne - a pour objectif d'installer 40 gigawatts (GW) d'électrolyseurs pour produire 10 millions de tonnes d'hydrogène vert en 2030. Un plan ambitieux qui a un coût estimé par la Commission entre 180 et 470 milliards d'euros d'ici à 2050.

Résultat, sur les 228 projets d'hydrogène annoncés dans toute la chaîne de valeur (dont 17 à grande échelle de plus de 1 gigawatt), 55% se trouvent en Europe, selon l'Hydrogen Council.

Made with Flourish

« Les capacités de production européennes d'hydrogène renouvelable et bas carbone représentent actuellement 0,1 Mt (million de tonnes) / an, soit moins de 1% de la capacité de production totale. Néanmoins, compte tenu des projets annoncés pour 2030, les capacités de production devraient passer à 7,8 Mt / an grâce à des projets d'électrolyse à grande échelle mais aussi au développement de la technique du reformage du méthane à la vapeur et des technologies de capture, stockage et utilisation du CO2 (SMR et CCUS) », estime l'observatoire Sia Partners.

La montée en puissance de la Chine... et des Etats-Unis

Si l'hydrogène vert - produit avec de l'électricité décarbonée - devient le carburant de la transition énergétique, les pays ont tout intérêt à se lancer vite et fort sur ce marché. L'Europe a certes bien compris l'enjeu, mais elle risque de se faire rapidement doubler par l'Asie et notamment la Chine, le Japon et la Corée qui parient également sur l'hydrogène. Le Japon et la Chine auraient par exemple respectivement investi 3 et 16 milliards de dollars pour verdir leur production, selon le cabinet Accenture.

En Chine, l'hydrogène devrait représenter 10% de l'énergie consommée en 2050 contre 2,7% en 2019, selon le site officiel de l'alliance de la stratégie d'innovation de l'industrie de l'énergie hydrogène et des piles à combustible en Chine (H2CN). A cela s'ajoute l'ambition de Xi Jinping de faire de la Chine un pays neutre en émissions carbone d'ici 2060.

De l'autre côté de l'Atlantique aussi les ambitions sont fortes. Joe Biden souhaite que l'économie du pays atteigne une neutralité carbone d'ici 2050. Pour cela, le plan Biden veut consacrer 15 milliards de dollars à des projets de recherche sur les technologies émergentes dans le domaine de l'énergie, comme la capture et le stockage du carbone ou encore l'hydrogène.

Lire aussi : Nord Stream 2: Allemagne et Russie renforcent leur alliance avec un projet d'hydrogène "vert"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/04/2021 à 9:14 :
L'implatation de hydrogène est dépendante de l'énergie renouvellable bon marché. Ce sera là que le développement en France sera freiné.
a écrit le 13/04/2021 à 8:40 :
dans l'idéologie oui mais quand la construction des usines débuteras
nos cher écolos trouverons une pollution imaginaire
que le gouvernement délocalisera a vitesse grand v
a écrit le 13/04/2021 à 5:57 :
On veut de l’énergie décarbonėe très bien mais il nous faudra plus d’électricité pour le chauffage, le transport pour l’industrie qu’on veut rapatrier très bien , on veut se passer du nucléaire très bien alors quel est le plan prėvu pour trouver les moyens de produire l’énorme besoin en électricité, personne ne fait de propositions réalistes sur ce sujet
Réponse de le 13/04/2021 à 13:30 :
L'Ademe, negawatt et d'autres ont déjà proposé des scénarios 100% renouvelables d'ici 2050.
a écrit le 12/04/2021 à 23:26 :
En tête.?
Oui, la première à prendre le bouillon en s'étant trompé de cible.
Le problème a résoudre n'est pas l'hydrogène. L'hydrogène c'est simple, c'est même ce qu'il y a de p'us simple dans l'univers. Le problème c'est l'origine de l'électricité pour le produire proprement. On ne peut pas manifester devant chaque éolienne et contre elle et vouloir produire de l'hydrogène vert et économique.
a écrit le 12/04/2021 à 21:27 :
16 heures par jour, 7j/7.

Il existe bien des marges de manœuvre par conséquent.
Vite, demandons à Michel Combes de préformer nos politiques. !
a écrit le 12/04/2021 à 21:21 :
Comme les frontières arrêtant le césium, comme les masques....

On est à l’avant-garde, oui à l’avant-garde, si si.
On est les champions.
Que ce soit dans des inversions de courbe du chômage ou de la création de millions d’emplois verts grâce à Mme Royal...
On est très bien positionné.
a écrit le 12/04/2021 à 19:20 :
On l'attend le véhicule à hydrogène, les véhicules à prise électrique ne peuvent être que des voitures de transition assez inadaptées pour une utilisation tout trajets. Comment font ceux qui veulent utiliser un véhicule en toutes circonstances, à savoir de longs trajets. On n'a pas beaucoup de témoignages de leurs galères. Silence radio.
Réponse de le 12/04/2021 à 23:32 :
Aucun problème avec le VE on sait faire et on est à la frontière du parfait' le seul point résiduel est le réseau de recharge qui n'est qu'une question de volonté. Les véhicules, eux sont au point.
Si vous en aviez un vous le sauriez. Tandis que pour le véhicule H2 nous n'avons pas avancé depuis les premiers il y a 7 ans, ni dans le véhicule ni dans le réseau de charge, ni dans la production d'hydrogène propre... Sans émission de GES.
Réponse de le 13/04/2021 à 13:33 :
"on attend le véhicule à hydrogène"
Pas vraiment vu qu'il consomme 3 fois plus d'énergie qu'un véhicule électrique équivalent.
Renseignez-vous...
a écrit le 12/04/2021 à 17:09 :
Pas croyable la publicité que l'on fait autour de l'hydrogène, a croire que l'on recherche des appuis financiers appelé aussi gogo!
a écrit le 12/04/2021 à 16:19 :
Lorsqu'on charge une batterie et on reprend l'énergie, la perte est d'environ 5-10 %.
Lorsqu'on produit de l'hydrogène, comprime pour le transport et retransforme en électricité, la perte est de 40-50 % sans compter le transport le plus souvent par camion.
Une pile à combustible a une durée de vie de 10 à maximum 20 ans comme les batterie.

Pas sûr que c'est vraiment l'avenir car la technologie existe depuis 30-40 ans et il n'y a que très peu de marge d'amélioration contrairement au batterie où on est au début du développement.
Réponse de le 12/04/2021 à 21:10 :
Oui, mais on parle de nouveaux développements, pas de technologie ancienne.

Après, on peut tout traiter par le mépris et laisser les autres tentées de développer quelque chose. De toute façon nous avons développé une mentalité d'assisté technologique ces dernières années.
Concentrons nous sur sur ce que nous savons faire : le développement du latin à l'école, priorité de M. BLANQUER....
Réponse de le 12/04/2021 à 23:43 :
Ce n'est pas en France que l'hydrogène à un avenir mais chez ceux qui fourniront l'électricité gratuite pour le fabriquer avec..... Les éoliennes.
Réponse de le 12/04/2021 à 23:43 :
Ce n'est pas en France que l'hydrogène à un avenir mais chez ceux qui fourniront l'électricité gratuite pour le fabriquer avec..... Les éoliennes.
a écrit le 12/04/2021 à 15:54 :
Plan Hercule - Lancement de 6 EPR - Air Liquide.

La France va écraser les éconazis
a écrit le 12/04/2021 à 15:28 :
air liquide et linde, ca sera parfait pour developper ces technos en allemagne et dans les pays de l'est
la france croit qu'elle va attirer les gens?
de la mechante industrie polluante qui pourrait regarnir les rangs de la cgt?
y aura que dalle
de toute facon, c'est contre la loi ecocide recemment votee, donc c'est plie
le reste est a l'avenant
a écrit le 12/04/2021 à 14:47 :
Nous qui sommes les plus vertueux d'Europe sur le bilan carbone allons nous embarquer dans cette production sans avenir sans une capacité énorme en besoin électrique pour produire cet hydrogène.
La France qui se tire une balle dans le pied, ça continue!!!!!
Réponse de le 12/04/2021 à 15:08 :
C'est ce que je me suis dit en voyant le titre. Si on est dans le peloton de tête c'est que ça doit être un coup foireux
Réponse de le 12/04/2021 à 23:37 :
Mes plus vertueux avec une onyzgne de déchets millénaires qui a régulièrement besoin d'une nouvelle piscine, les plus vertueux tournent au renouvelable et ne pillent pas le sous sol en transformant la matière la p'us rare de notre planète bêtement en simple chaleur, avec le rendement minable de 30%.... Un desastre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :