RE 2020 : grand gagnant, EDF veut surfer sur le marché des pompes à chaleur

 |  | 916 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : CHARLES PLATIAU)
La nouvelle réglementation environnementale, qui vise à diminuer l'empreinte carbone des bâtiments neufs, profite à l'électricien. Il souhaite accroître ses parts de marché dans l'installation et la maintenance des pompes à chaleur. Un équipement qui sera privilégié dans les nouvelles constructions au détriment des chaudières gaz.

EDF est sans doute le grand gagnant de la nouvelle réglementation environnementale pour les constructions neuves (RE 2020), qui vise à diminuer l'impact carbone des bâtiments neufs tout au long de leur cycle de vie. Alors que cette nouvelle norme acte la sortie progressive du gaz dans les bâtiments neufs, l'électricien la soutient largement et la juge « nécessaire pour une décarbonation forte de l'habitat ».

« Nous ne voyons pas la RE 2020 comme un effet d'aubaine. C'est aussi une opportunité pour nous d'être plus intégrés sur l'aval, de développer des nouveaux modèles permettant d'apporter des garanties aux clients. Nous ne sommes pas un simple vendeur d'électricité, mais un acteur du développement des pompes à chaleur sur le territoire », s'est défendu Marc Benayoun, le directeur exécutif d'EDF en charge du pôle clients services et territoires, lors d'une conférence de presse ce 26 janvier.

La colère des gaziers

Pénalisés par cette future réglementation, les professionnels du gaz, aux côtés de plusieurs associations de consommateurs, demandent au gouvernement une modification...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2021 à 11:05 :
Je viens de me pencher un peu sur la solution des pompes à chaleur et apparemment les gens qui en sont équipés ont souvent une température très basse dans leur maison, parfois seulement 16 ou 17 degrés et sont obligés d’avoir un cumulus pour l’eau chaude et des chauffages d’appoint électriques, à moins d‘avoir une pompe à chaleur haute température, encore plus chère à l’achat et encore plus consommatrice d’électricité. A propos d’électricité, en supprimant les chaudières au fioul et en les remplaçant par des pompes à chaleur on va considérablement augmenter la consommation d’électricité, ce qui serait sans doute acceptable si celle-ci était totalement produite à partir d’énergies renouvelables ce qui est loin d’être le cas (environ 20 % contre 70 % pour le nucléaire et 8 % pour les énergies fossiles).
a écrit le 26/01/2021 à 18:05 :
La pompe à fric des participations de l'état ne suffirait plus...
a écrit le 26/01/2021 à 16:56 :
La pompe à chaleur n'a d'intérêt QUE sur un plancher chauffant ET pour un bâtiment très bien isolé ET pour des températures extérieures ne descendant pas au dessous de - 3/-5degré Celsius plus de 3 jours.
Ne pas se fier au COP annoncé. Il faut le relativiser par rapport à la température extérieure et tenir compte des cycles de dégivrage.
Une fois tout bien analysé et bien compris, une installation bien réalisée avec un matériel de qualité dans donnera toute satisfaction avec un minimum d'entretien.
Dans le cas contraire, les désillusions seront à la hauteur des espérances... sans compter avec les "arnaques" courantes sur ce genre de produit (Crédit d'impôt, financement tordu, vendeurs sans scrupule...)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :