Substituts de viande : l'américain Beyond Meat compte sur l'appétit des Européens

 |  | 582 mots
Lecture 3 min.
En Europe, les produits Beyond Meat sont disponibles dans plusieurs chaines de supermarchés: Albert Heijn aux Pays-Bas, Delhaize en Belgique, Edeka en Allemagne, Tesco au Royaume-Uni, Coop en Suède et Monoprix, Franprix et Casino en France. A partir de cette semaine, Carrefour introduit les produits Beyond Meat dans ses supermarchés d'Ile-de-France.
En Europe, les produits Beyond Meat sont disponibles dans plusieurs chaines de supermarchés: Albert Heijn aux Pays-Bas, Delhaize en Belgique, Edeka en Allemagne, Tesco au Royaume-Uni, Coop en Suède et Monoprix, Franprix et Casino en France. A partir de cette semaine, Carrefour introduit les produits Beyond Meat dans ses supermarchés d'Ile-de-France. (Crédits : BRENDAN MCDERMID)
La start-up américaine ouvre sa première unité de production en Europe à Enschede aux Pays-Bas et une unité de coproduction avec le groupe néerlandais de viande Zandbergen. Pariant sur le développement de la consommation d'imitation de viande à base de protéines végétales, elle veut séduire, outre l'Europe, l'Afrique et le Moyen-Orient.

La start-up agroalimentaire américaine Beyond Meat, spécialiste des imitations de viande à base de protéines végétales, déjà distribuées dans plusieurs pays européens, va désormais aussi produire directement sur le Vieux Continent, a-t-elle annoncé jeudi. Plus précisément, l'entreprise va ouvrir un site de production à Enschede (Pays-Bas) et un site de coproduction avec le groupe néerlandais de viandes Zandbergen. L'usine d'Enschede, qui devrait être opérationnelle fin 2020, sera la première du groupe en dehors du Missouri aux États-Unis à utiliser les techniques de "texturation des protéines végétales" qui permettent d'imiter steaks hachés et saucisses, a indiqué Beyond Meat dans un communiqué.

Première installation aux Pays-Bas

En attendant, Beyond Meat, fondée en 2009, a inauguré jeudi sa première installation de cofabrication en Europe en collaboration avec Zandbergen World's Finest Meat à Zoeterwoude, aux Pays-Bas. L'installation d'Enschede sera utilisée pour créer la protéine végétale texturée qui sera ensuite envoyée avec les autres ingrédients bruts (graisses, saveurs, couleurs, etc.), à l'installation de Zandbergen à Zoeterwoude pour être mélangée, formée et emballée, a indiqué une porte-parole sans donner de chiffres d'investissement ni de volume de production visé.

Ce site devrait permettre une "distribution plus efficace des produits" de Beyond Meat en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, où la demande en protéines végétales "augmente", a précisé Adriaan Figee, directeur commercial de Zandbergen.

Les substituts végétaux à la viande se rapprochant du goût de la texture et de la saveur de la vraie viande ont gagné du terrain parmi les consommateurs surfant sur la mode végane. Aux États-Unis, le chiffre d'affaires de Beyond Meat a néanmoins souffert au premier trimestre (avec un recul de près de 15% par rapport au dernier trimestre 2019) en raison de la fermeture des restaurants, alors que les consommateurs américains confinés à domicile se ruaient plutôt sur les rayons boucherie.

Mais la société estime avoir sa carte à jouer alors que la crise sanitaire a déréglé le marché traditionnel de la viande, plusieurs abattoirs américains, foyers de contagion du covid-19, ayant dû fermer leurs portes.

En Europe, les produits Beyond Meat sont disponibles dans plusieurs chaines de supermarchés: Albert Heijn aux Pays-Bas, Delhaize en Belgique, Edeka en Allemagne, Tesco au Royaume-Uni, Coop en Suède et Monoprix, Franprix et Casino en France. A partir de cette semaine, Carrefour introduit les produits Beyond Meat dans ses supermarchés d'Ile-de-France.

Approvisionnements en protéines de pois jaunes

Côté fabrication, Beyond Meat a renforcé en début d'année ses approvisionnements en protéines de pois jaunes auprès de la société française Roquette, basée dans le nord de la France.

"Les substituts de viande de ce type, comme les substituts de fromage utilisés dans la fabrication industrielle de pizzas par exemple, dépendent d'un modèle alimentaire différent du modèle gastronomique" traditionnel en Europe, a jugé Bernard Gaud, expert en agroalimentaire au cabinet Auris Finance. "Ce sont des reconstitutions à partir d'ingrédients divers", a-t-il dit à l'AFP, estimant que les associations de consommateurs "feraient bien de s'y intéresser".

"Il est d'ailleurs symptomatique de voir que Beyond Meat a choisi les Pays-Bas pour s'installer en Europe, le pays de l'agroalimentaire ultra-transformé, qui utilise sa culture industrielle et de négoce international pour produire des aliments à haute valeur ajoutée", a-t-il souligné.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2020 à 10:33 :
C’est très bien Beyond Meat: c’est bon, ne maltraite pas les animaux et c’est meilleur pour la santé !!
Déjà un fan !
a écrit le 12/06/2020 à 8:30 :
On comprend mieux le soutien au veganisme ou l'art de se créer un marché de toutes pièces
a écrit le 12/06/2020 à 8:24 :
La viande de cheval ne venait-elle pas des Pays-Bas ?

Non merci, je n'ai plus faim !!
a écrit le 11/06/2020 à 20:53 :
Que les Américains gardent leur malbouffe. Je ne mange et mangerai que de la vraie viande de qualité, même si c'est en moindre quantité
Réponse de le 12/06/2020 à 8:21 :
azert, vous avez bien raison et je vous souhaite un bon appétit.
a écrit le 11/06/2020 à 19:49 :
"dépendent d'un modèle alimentaire différent du modèle gastronomique" traditionnel"
c'est dépassé la "gastronomie", de la culture de vieux ou de bobos qui se fane, trop cher (le pot au feu c'est de la gastronomie même à pas cher, bas morceaux, une question de savoir faire, la cuisine valorise les produits).
Si c'est peu cher ça marchera (parfois les gens achètent des steaks mixtes sans trop regarder les détails, vendu = autorisé donc pas nocif (on trouve des pains d'huile de palme chez Bioco*, peut-être pour faire les frittes ?)). Miam. :-) (je blague, je ne mange la viande (pas souvent) qu'en tranches, pas aggloméré ni texturé, du "simple" obtenu sans énergie électrique ni machines de chaines de fabrication/mélange/broyage/....)
a écrit le 11/06/2020 à 19:46 :
Avec des OGM? (:
a écrit le 11/06/2020 à 18:01 :
Rien de très naturels dans ces substituts de viande industriels. Ce sont des aliments ultra-transformés bourrés d’additifs, colorants, exhausteurs de goûts, gélifiants, etc etc...la liste est longue. Les gens mangent ces aliments sans prendre la peine de lire leur composition.
a écrit le 11/06/2020 à 17:55 :
Si l'élevage européen reste entre les mains des barbares de l'agro-industrie sans se diriger immédiatement vers beaucoup plus de respect envers l'animal et le consommateur, arrêtant d'amalgamer les deux croyant que tous les gens sont comme eux, des barbares donc, dans 20 ans les gens préféreront manger des substituts plutôt que de savoir que l'on massacre les animaux après les avoir maltraité.

Le problème c'est qu'ils ne sont pas assez éclairés pour le comprendre d'eux-mêmes il est donc impératif que de véritables dirigeants politiques puissant leur impose ce changement total d'approche de l'élevage. Parce que nous partons de tellement loin que s'ils ne bougent pas ils finiront tous par aller en taule vu leurs pratiques.

SI je n'avais pas des connaissances pour me fournir de la bonne viande dont les bêtes sont bien traitées même s'il reste l'aberration criminelle des abattoirs, j'aurais franchi le pas, plutôt bouffer du plastique que de la viande massacrée dans tous les sens par les supermarchés et leurs complices.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :