Voiture électrique : Shell va installer 50.000 stations de chargement au Royaume-Uni d'ici à fin 2025

Sous pression pour revoir son modèle dans le contexte de crise climatique, Shell envisage de déployer 50.000 bornes de recharge électriques au Royaume-Uni via sa filiale Ubitricity d'ici à fin 2025. Un cap ambitieux, mais financé à hauteur de 75% par le gouvernement britannique, qui entend, comme Shell, atteindre la neutralité carbone à horizon 2050. Dans le monde, le groupe vise une augmentation de son parc de stations de chargement à 500.000 d'ici à 2025 contre 60.000 aujourd'hui environ.

3 mn

Shell vise 50.000 bornes de recharges déployées au Royaume-Uni d'ici fin 2025.
Shell vise 50.000 bornes de recharges déployées au Royaume-Uni d'ici fin 2025. (Crédits : Michaela Rehle)

Condamné en mai dernier par le tribunal de La Haye pour non-respect de l'Accord de Paris, Royal Dutch-Shell, qui avait depuis promis d'accélérer sa stratégie climatique, entend miser sur les bornes de recharge électriques pour y parvenir. Ce mercredi 1er septembre, le géant anglo-néerlandais s'est fixé un cap ambitieux de 50.000 points de chargement pour voitures électriques déployés au Royaume-Uni d'ici à fin 2025, par l'intermédiaire de sa filiale Ubitricity.

A la suite de la décision rendue par la justice néerlandaise le 31 mai, le directeur général de Shell, Ben van Beurden, avait déclaré vouloir passer à la vitesse supérieure en matière de transition énergétique. « Désormais, nous allons chercher les moyens de réduire davantage encore nos émissions d'une manière réfléchie et rentable », avait-il expliqué, sans pour autant parvenir à convaincre les ONG du sérieux de ses engagements.

Objectif visé par Shell: la neutralité carbone en 2050

Plus tôt, en février, Shell avait déjà annoncé vouloir réduire son intensité carbone nette de « 20% d'ici 2030, 45% d'ici 2035 et 100% d'ici 2050 via des investissements dans les énergies renouvelables, le recours à des mécanismes de compensation de CO2 et une réduction de sa dépendance au pétrole mais sans toutefois y renoncer.

Dans cette optique, Shell veut « apporter plus de possibilités de chargement de véhicules électriques pour des millions de conducteurs britanniques qui n'ont pas de place de parking privée et aider les autorités locales à rendre leur réseau de chargement opérationnel aussi vite que possible ».

Le gouvernement britannique mobilisé pour la transition énergétique

Près de 3.600 stations de chargement Ubitricity -acquises par Shell en février- sont à ce jour disponibles au Royaume-Uni. Financées majoritairement par le gouvernement britannique, dans le cadre d'une stratégie nationale visant à booster le parc de véhicules électriques en Grande-Bretagne, ces stations de chargement sont des instruments propices à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.

Pour l'heure, le Royaume-Uni compte 25.000 bornes de recharge électriques, se situant ainsi loin derrière la France qui figure dans le trio de tête européen (avec les Pays-Bas et l'Allemagne), dénombrant 43.700 bornes sur le territoire. La Commission britannique pour le changement climatique a estimé récemment que le pays avait besoin de 150.000 stations publiques de chargement d'ici à 2025.

Alors que le gouvernement britannique prend dès à présent en charge les coûts des bornes de recharge sur rue à hauteur de 75% via le Bureau des véhicules à zéro émission, Shell s'est de son côté dit « prêt à couvrir le reste des coûts ».

Shell veut aussi installer des stations de chargement dans les supermarchés, les parkings d'entreprises, les logements au Royaume-Uni. Dans le monde, il vise une augmentation de son parc de stations de chargement à 500.000 d'ici 2025 contre 60.000 aujourd'hui environ.

Un marché des bornes à conquérir

Si le groupe n'a pas souhaité communiquer sur le montant de cette initiative, il espère parvenir à écraser ces coûts en fidélisant les conducteurs de véhicules électriques et en misant sur sa double-casquette d'opérateurs de bornes et de mobilité, qu'il arbore désormais depuis qu'il a racheté NewMotion en 2017.

Le marché est en effet à conquérir dans un pays où 60% des ménages urbains ne disposent pas de parking privé, et démocratiser l'accès aux bornes de recharge publiques est donc indispensable pour parvenir à catalyser la transition vers des véhicules verts.

Lire aussi Shell présente son plan de transition: les écolos rigolent, les analystes s'étonnent

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 02/09/2021 à 18:43
Signaler
Ils ont prévu de mettre des pédalos sur la Tamise parce que le projet Hinkley Point a été atomisé par EDF...

à écrit le 02/09/2021 à 18:05
Signaler
Et éventuellement, rapprocher ces chiffres relatifs aux bornes de recharge de ceux de la demande de véhicules électriques, au lieu de foncer tête baissée dans le panneau administratif et bureaucratique bien-pensant ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.