L'Afrique, relais de croissance de Canal Plus

 |   |  405  mots
Copyright Reuters
Canal Plus parvient à afficher une croissance grâce à sa filiale Overseas, aux abonnés moins riches et plus volatils.

À l'occasion de son introduction en Bourse, Canal Plus a indiqué que son nombre d'abonnés en France reculait depuis 2009. Mais le groupe parvient néanmoins à afficher globalement une croissance grâce à sa filiale Overseas, qui regroupe les activités dans les DOM-TOM et en Afrique. Elle pèse désormais 11 % des revenus du groupe, mais 18 % des profits. Toutefois, ces clients sont de moins bonne qualité : ils se désabonnent deux fois plus que les métropolitains, et bénéficient d'offres moins chères (la facture moyenne est 11 % moins élevée qu'en métropole).

En réalité, la filiale Overseas regroupe deux activités très différentes. Il y a d'abord l'activité historique dans les DOM-TOM (450.000 abonnés). Ces territoires sont déjà très équipés en TV payante (à plus de 50 %), essentiellement par satellite. Canal y est en position ultra-dominante. D'où des offres chères et des marges élevées, mais une croissance modeste (+ 8 % en valeur). « Le profil des DOM-TOM est assez similaire à la métropole, avec un marché déjà mûr », résume Exane BNP Paribas.

Un continent peu rémunérateur

D'autre part, il y a l'Afrique francophone, un marché peu équipé, avec une croissance très forte (+ 30 % en valeur), mais des offres peu chères (à partir de 9 euros) et très piratées. Comme le rappelle JP Morgan, « Overseas a complètement révolutionné sa stratégie commerciale en 2008, réduisant significativement ses prix, et ciblant les classes moyennes, notamment en introduisant des offres sous forme de cartes pré-payées. Cette stratégie a permis de tripler le nombre d'abonnés entre 2007 et 2010, pour atteindre 405.000, avec toutefois une facture moyenne par abonné plus faible. Le taux de désabonnement a aussi logiquement augmenté ».

Selon Exane BNP Paribas, la facture moyenne en Afrique est de 32 euros par abonné et par mois, contre 52 dans les DOM-TOM. Le broker estime la marge brute d'exploitation en Afrique à moins de 10%, à comparer à une moyenne globale de 30% qui inclut les DOM-TOM.

Le portefeuille en Afrique a aussi été dopé par le rachat en 2009 de 20.000 clients francophones au Congo, Rwanda et Burundi au concurrent sud africain Multichoice pour 9,5 millions d'euros.

La stratégie récente - et qui va se poursuivre - a aussi été de racheter les participations détenues par des partenaires locaux, comme à la Réunion (où Overseas a racheté 44 % de sa filiale pour 59 millions d'euros) et en Nouvelle Calédonie (50 % pour 25 millions).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :