Un accord de libre-échange pour les produits "verts" ?

 |   |  354  mots
Le Directeur-général de l'OMC, Roberto Azevedo, veut privilégier les accords sur les secteurs économiques les plus prometteurs (Reuters/Edgar Su)
Le Directeur-général de l'OMC, Roberto Azevedo, veut privilégier les accords sur les secteurs économiques les plus prometteurs (Reuters/Edgar Su) (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
A Davos, Etats-Unis, Union européenne, Chine et Japon se disent prêts à mettre en place un accord de libre-échange sur le commerce des biens environnementaux.

Plusieurs des principales puissances économiques de la planète ont dévoilé vendredi une initiative visant à mettre en place un accord de libre-échange sur le commerce international des biens environnementaux. L'accord prendrait effet lorsque qu'un nombre suffisant de membres de l'Organisation mondial du commerce aura décidé d'y adhérer.

L'initiative s'inscrit dans le cadre de la démarche du nouveau directeur de l'organisation, Roberto Azevedo, qui cherche à sortir de l'impasse dans laquelle les pays membres de l'OMC sont embourbés depuis l'échec du cycle de Doha en 2001, en privilégiant des accords sur les secteurs économiques les plus prometteurs.

Entre 1.000 et 1.400 milliards de dollars

L'OMC estime ainsi à quelque 1.400 milliards de dollars (1.025 milliards d'euros) le marché mondial des produits, technologies et services liés à l'environnement, qui va des panneaux solaires aux éoliennes en passant par le recyclage des eaux usées.

Le représentant au Commerce américain, Michael Froman, l'évalue quant à lui à 1.000 milliards de dollars et précise que les signataires de l'initiative présentée à Davos représentent 86% des échanges commerciaux mondiaux.

Pas de date d'entrée en vigueur

Le communiqué commun ne mentionne cependant aucune date pour l'entrée en vigueur éventuelle de l'accord et Michael Froman a déclaré qu'"au final, le calendrier sera déterminé par les négociations elles-mêmes".

Le processus ne fait que commencer et les gouvernements doivent consulter l'ensemble des parties concernées, parmi lesquelles figure le Congrès américain, a-t-il précisé. Toutefois, lorsque le représentant du Commerce américain a été prié de dire s'il jugeait possible un accord sur ce dossier avant la fin du mandat de Barack Obama, en janvier 2017, il a répondu par l'affirmative.

D'ici là, un autre accord de libre-échange d'envergure, le plus gros qui ait jamais été discuté, le partenariat transatlantique entre l'Union européenne et les Etats-Unis - les deux économies pèsent à elles seules 50% de la richesse mondiale et près d'un tiers du commerce mondial - sera peut-être entré en vigueur. Pour l'heure, le troisième cycle des négociations doit débuter à Washington mi-février.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2014 à 21:53 :
un accord pour les ogm le gaz de schiste les poulets a la javel les boeufs aux anabo et pour finir les lobbys demandent la vente libre des armes en europe

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :