OGM : "L'UE donne une image dramatique de son appréciation de la science" (Monsanto)

 |   |  648  mots
Pour la firme américaine, la France est l'un des pays clés de la zone Europe-Maghreb puisqu'elle représente son plus gros chiffre d'affaire dans la région. (Photo : Deq Louisiana)
Pour la firme américaine, la France est l'un des pays clés de la zone Europe-Maghreb puisqu'elle représente son plus gros chiffre d'affaire dans la région. (Photo : Deq Louisiana) (Crédits : Government Louisiana)
La décision de l'Union Européenne la semaine dernière de laisser le choix aux Vingt-huit d'autoriser ou non les OGM sur leur sol ne représente pas une avancée selon la firme spécialisée en semences et biotechnologies. Au contraire, ses dirigeants français regrettent la position européenne, "mauvaise" pour la compétitivité de son agriculture.

Le compromis permettant aux Etats membres de l'Union européenne d'interdire sur leur territoire la culture d'organismes génétiquement modifiés (OGM) est loin de satisfaire la présidente de Monsanto France, fournisseur de semences. Catherine Lamboley, qui s'exprimait mardi à ce sujet lors d'une conférence de presse, fustigeait :

"Cette décision donne une image dramatique de l'appréciation qu'a l'Union Européenne de la science. En plus, elle représente un frein à la compétitivité de son agriculture".

Le droit "à la carte" octroyé par l'UE à chaque Etat ne représente "aucune avancée" pour le semencier. "Le manque d'homogénéité en Europe est à déplorer" ajoute Catherine Lamboley.

La France fait de la résistance, l'UE joue le compromis

Avec la validation par le Conseil constitutionnel de la loi interdisant la mise en culture d'OGM en mai dernier, la France campait déjà une position ferme au sein de l'Union. L'accord conclu ensuite en juin par les ministres de l'environnement des Vingt-huit a ensuite confirmé ce droit de choisir au cas par cas, dans chaque pays de l'Union.

Si les dirigeants de Monsanto France assurent que cette dernière décision "ne changera rien [pour eux] dans l'immédiat", elle représente tout de même un contre-temps supplémentaire. Et pour cause, la France qui l'accueille depuis 40 ans est le premier producteur européen de maïs et concentre le plus de sites de recherche du continent (11 sur tout le territoire). C'est donc un pays important dans la stratégie de développement de l'entreprise.

Depuis le Grenelle de l'environnement en 2008, mettant un premier coup de frein aux cultures OGM et à leur expérimentation dans l'hexagone, Monsanto s'est néanmoins fait une raison explique Yann Fichet, directeur des affaires institutionnelles :

"Nous n'avons pas l'intention de commercialiser des OGM en France dans les années à venir. La décision a été prise il y a deux ans et nous ne prévoyons pas d'évolution à venir". 

Un contexte politique "défavorable"

Dans les faits, la firme a même retiré les dossiers de demande de mise en culture qu'elle avait déposé à la Commission européenne. Résignée, pour le moment, elle ne mène plus aucune recherche en plein champs, "les trois quart des expérimentations étant saccagés chaque année" justifie Catherine Lamboley. Elle ajoute : "Pour que nous envisagions à nouveau de développer les semences OGM en France, il faudrait une forte demande des agriculteurs et un environnement politique favorable".

Néanmoins, Monsanto ne perd pas l'espoir d'obtenir le droit d'importer et de commercialiser son soja OGM notamment, produit en Amérique du Nord et du Sud. De même pour son maïs MON 810, le seul à être toléré aujourd'hui en Europe, dans les champs portugais et espagnols en particulier. 

"C'est parfaitement ce qu'on voulait"

Côté gouvernemental, on ne cache pas sa joie de voir l'interdiction française sur les OGM avalisée par Bruxelles. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll qualifiait mardi l'accord européen sur les semences génétiquement modifiées de "progrès très net", en réponse aux critiques formulées par des agriculteurs et des défenseurs de l'environnement. "C'est parfaitement ce qu'on souhaitait, ce qu'on voulait" a-t-il ajouté.

L'accord trouvé par les gouvernements européens jeudi à Luxembourg doit encore être validé par le Parlement européen. Mais pour Stéphane Le Foll, le compromis permet d'ores et déjà de régler la question des "clauses de sauvegarde contestées juridiquement".

Jusqu'à présent, les États devaient réunir une majorité qualifiée pour interdire la culture, ce qu'ils ne sont jamais parvenus à faire. La décision revenait alors à la Commission européenne qui imposait la culture à tous les États, y compris aux réfractaires comme la France qui a pris des mesures de sauvegarde attaquées en justice.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2014 à 18:02 :
C'est quoi pour vous des OGM? Quand on va au rayon des graines et semences, il est difficile voir impossible de trouver des produits non OGM. Par exemple, les concombres H1 sont non OGM pour vous? On est entouré d'OGM comment savoir sans test de chromatographie ou d'analyse ADM si une culture l'ait ou pas? Et si la France ne peux pas en produire comment va elle interdire a la vente ces produit et du coup qu'est qui empêche qui que ce soit de récupérer les graines d'un fruit ou légume et de le cultiver? L’Europe nous impose la concurrence et comment la France en sera protégé? Quand on nous vend de la viande de cheval pour du bœuf, je vois mal comment des semences OGM ne pourraient pas passer pour des non OGM !
a écrit le 20/06/2014 à 0:02 :
Avant de vouloir modifier la nature commençons par comprendre vraiment se qu'elle produit mieux que nous depuis des millions d'années...! Aujourd’hui la majorité des sols sont morts sur la planète et nous gaspillons 30 % de notre alimentation, il convient de se poser les bonnes questions. Au-delà de la cupidité de l'homme, mais c'est une autre question !
a écrit le 19/06/2014 à 21:59 :
non, non et non à Monsento, personne n'en veut
a écrit le 19/06/2014 à 15:57 :
Sujet de philo 2015 : L'être humain évolue-t-il de façon durable ?
a écrit le 19/06/2014 à 15:24 :
Monsanto et ses pratiques donnent une image déplorable des USA et du capitalisme.
a écrit le 19/06/2014 à 13:53 :
pour vous faire plaisir, on va dire amen à tout, et se laisser gentiment empoisonner, et détruire la nature, ça vous va comme ça? EMPOISONNEURS ! que ne ferait-on pas pour du fric!! c'est monstueux !
a écrit le 19/06/2014 à 11:55 :
La technologie OGM est dangereuse car il est facilement possible de créer un pesticide qui s'attaque uniquement aux plantes qui possèdent ce gène artificiel qui constitue la marque de fabrique, et donc détruire toute culture OGM. La famine est alors inéluctable. Cela ne peut arriver avec les autres plantes grâce à leur diversité, la nature étant bien faite...
Réponse de le 19/06/2014 à 17:13 :
Parfait pour faire monter le cours des denrées alimentaires.
a écrit le 19/06/2014 à 11:42 :
Seule l'innovation permettra, peut-être de maintenir nos systèmes de société, et leurs systèmes de protection sociale. Ce qui n'est pas compris, c'est que ni le capital, ni surtout le travail, ne sont des facteurs limitants. Autrement dit, si vous avez une très bonne idée, vous trouverez les fonds pour la développer. Nos politiques tuent l'innovation, et se contentent de retarder la déchéance de notre pays, j'en suis fermement convaincu..
a écrit le 19/06/2014 à 9:56 :
C’est vrai quoi, quelle injustice de s’opposer à vous. Quelle arrogance de la part d’Etats rétrogrades tel que la France qui font heureusement cas d’exception, alors que la majorité vous fait confiance et vous promotionne.
C’est notoire, vous ne voulez que le bien de l’humanité grâce au progrès technique. L’argent n’est pas votre moteur premier. Grâce à votre abnégation, fini la faim dans le monde. Le lobbying n’est pas votre fort, ça se saurait. La science, voilà votre raison d’être première.
Ne vous inquiétez pas "Mr Monsanto". Cette injustice sera bientôt réparée. Avec le TAFTA, les OGM seront bientôt autorisés dans toute l'Europe. Et en plus, vous pourrez gagner tous les procès contre vos détracteurs car il y aura un article dans ce traité pour vous défendre. C’est prévu.Un jour tout le monde reconnaitra que vous aviez raison de tenir bon. L’humanité toute entière vous dis-je. Enfin ce qu’il en restera.
a écrit le 19/06/2014 à 9:07 :
Le seul intérêt de produire des semences OGM est celui de Monsanto. Monsanto gange à tous les coups sur tous les tableaux. D'abord en vendant un produit breveté non réutilisable, il faut chaque année acheter de la semence OGM.
Mais le tableau le plus noir est celui de la dissémination, lorsque les maÏs OGM de Monsanto auront bien pollué tous les autres maïs, c'est sur le tapis vert qu'ils gagneront des procès pour utilisation frauduleuse de produit breveté. Et sur le tapis vert, aux US Monsanto est sûr de gagner. Donc une nouvelle fois: US GO HOME.
a écrit le 19/06/2014 à 8:56 :
Les opposants sont les memes que ceux qui autrefois s'opposaient à la vaccination ou au chemin de fer.Avec ces gens là on est surs de disparaitre de la scène internationale.
Réponse de le 19/06/2014 à 9:11 :
@Celestin
Vous ne disparaîtrez pas seulement de la scène internationale, au train où ça va, l'humanité disparaîtra bien plus tôt que prévu grâce aux progrès de la chimie.
Un seul paramètre pourra changer le cours du Monde, la fin du pétrole et le plus tôt sera le mieux.
Réponse de le 19/06/2014 à 10:27 :
Comparer le chemin de fer et les vaccins avec de la nourriture OGM pourquoi pas, mais je vous souhaite un bon appétit de dégustation de métaux ferreux et autres virus..
Réponse de le 19/06/2014 à 11:50 :
Si les OGM sont si sûr, pourquoi la Chine s'est tournée vers les plantes hybrides ? Car l'hybridation ne modifie pas l'équilibre écologique et ne présente aucun risque de santé publique. Les OGM ont fait que les insectes résistant se sont mis à proliférer au détriment des cultures. Si on laisse la nature se défendre toute seule, on perd seulement 10% des récoltes. Ne peut-on pas se contenter d'un rendement de 90% ? Dans beaucoup de domaine, ce serait un rendement exceptionnel, mais l'homme est trop avide...
a écrit le 19/06/2014 à 8:56 :
Il faudrait se pencher sur la catastrophe sociale des agriculteurs dans d'Amérique du sud et même dans certains pays de l'est pour se rendre compte comme quoi les OGM, dont l'innocuité au jamais été à ce jour démontre ( des rats de laboratoires ont depuis toutes les expérimentations faites sur eux montrent des risques de cancer sévères ) le danger a venir sur toutes les semences. La solution serait afin d'éviter la soi disante famine, me retour à la production locale.
Réponse de le 19/06/2014 à 9:16 :
@Friendly
"La solution serait afin d'éviter la soi disante famine, un retour à la production locale." Merci Friendly. Mais le bon sens est-il encore de ce Monde? Les Lobbies de la Chimie, des Transports, la Finance... se foutent du bon sens et du bien des peuples. Ils leur faut du dollar. Une nouvelle fois: US GO HOME.
a écrit le 19/06/2014 à 8:54 :
La "Science" sans conscience n'amène que déboire et chagrin!
a écrit le 19/06/2014 à 8:09 :
La peur systématique du progrès technique est liée à notre système éducatif peu adapté à la culture scientifique.
Réponse de le 19/06/2014 à 9:22 :
Vous avez raison Gépé. En freinant le progrès technique, on freinent aussi l'évolution des maladies et des malheurs en tous genres. Et ça c'est pas bon pour les lobbies pharaceutiques, agro-amimentaire, chimique et militaire. Et surtout pour la croissance.
a écrit le 19/06/2014 à 7:45 :
En interdisant toute innovation, que ce soit en agriculture, ou dans les autres domaines (nanotechnologies).. Le principe de précaution condamne la France au moyen âge..
Réponse de le 19/06/2014 à 11:44 :
Sauf que ce que les "scientifiques" ne disent pas, c'est qu'ils ont compris le mécanisme qui modifie l'ADN humain par la nourriture. Ce que nous mangeons a bien une influence sur notre santé, il suffit de voir le nombre d'obèses aux USA. Pourquoi les tests OGM sur des rats ne durent que 3 mois alors que pour une tel niveau de risque, il faudrait faire une étude sur plusieurs génération ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :