L'eau se dote d'un centre de recherche

Inaugurée vendredi à Nantes, la plate-forme Aquasim teste des solutions pour une meilleure utilisation des ressources en eau.
(Crédits : AFP)

De la récupération des eaux pluviales jusqu'à leur rejet dans les égouts, Aquasim (9,45 millions d'investissement) reproduit en grandeur nature le circuit de l'eau pour expérimenter de nouvelles technologies favorisant la gestion durable du précieux liquide. Implantée sur le site du CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) de Nantes, cette plate-forme, présentée comme la première du genre en Europe, a été inaugurée vendredi par Michèle Pappalardo. La commissaire générale au Développement durable y voit « un parfait exemple » de ce qu'il faut faire pour permettre aux industriels de répondre aux défis posés par l'eau, notamment la nécessaire amélioration de l'état de l'eau en France.

« Les recherches sont centrées sur trois enjeux majeurs, indique Bertrand Delcambre, président du conseil d'administration du CSTB, le bâtiment et la ville durable (dont la gestion des eaux pluviales) ; la santé et le soutien à l'innovation dans les matériaux et les réseaux d'assainissement. » Plusieurs expérimentations sont déjà en cours. Le CSTB étudie avec Solenove Énergie la possibilité de récupérer les calories dégagées par les douches pour chauffer l'eau, en calculant le gain énergétique à partir d'un banc comprenant deux douches, l'une équipée du dispositif, l'autre pas.

Dans le cadre du pôle de compétitivité EMC2 (Ensembles métalliques et Composites complexes), le projet Cycleaux vise à recycler les eaux grises domestiques pour les utiliser dans les sanitaires ou les lave-linge. Il s'agit de remplacer l'eau potable des toilettes (20 % de la consommation d'une famille) par des eaux retraitées. Une blanchisserie exploitée par le centre d'aide par le travail (CAT), Tournières Services, a intégré la plate-forme Aquasim pour l'alimenter en eaux grises. Veolia, de son côté, étudie l'influence des matériaux utilisés par les réseaux d'assainissement sur le goût et l'odeur de l'eau. Selon Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, « cet outil doit aussi servir d'aide à la décision en matière d'aménagement » pour les collectivités locales, pour lesquelles la gestion de l'eau est un véritable enjeu.

Fabienne Proux, à Nantes

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.