Menacées, les Maldives font appel au privé

 |   |  723  mots
(Crédits : Antonina Gern)
Des experts internationaux se sont réunis sur place pour évoquer des parades à un réchauffement climatique qui serait mortel pour l'archipel.

« Pour les Maldives, le changement climatique représente une menace immédiate. Nos îles connaissent des problèmes d'érosion et les habitants de seize îles ont déjà dû être déplacés. Nous avons de sérieux problèmes avec la contamination des nappes phréatiques par l'eau de mer sur soixante-dix autres îles. Nous devons dessaler l'eau et cela coûte très cher, sans parler des problèmes de sécurité alimentaire et de santé publique. Par ailleurs, la pression sur les réserves halieutiques devient de plus en plus forte. » Le constat présenté par le président de la République des Maldives, Mohamed Nasheed, est sans appel.

Le réchauffement climatique pourrait être fatal à l'archipel : en cas d'augmentation de 2°C de la température de la Terre, le niveau de l'océan Indien pourrait monter de 5 centimètres, ce qui submergerait la quasi-totalité des quelque 1.200 îlots (dont 200 habités) qui composent les Maldives. Pour tenter de trouver des solutions concrètes, Sonu Shivdasani, président-fondateur du groupe hôtelier Six Senses qui possède trois établissements aux Maldives, a invité un panel d'experts internationaux à participer à un premier symposium sur l'île de Fushi, dans l'atoll de Baa. L'occasion pour lui de mettre en avant le modèle d'éco-tourisme appliqué au Soneva Fushi, mais aussi de permettre au président Nasheed de faire passer son message essentiel : « Nous avons besoin de l'aide privée pour faire face aux changements climatiques. »

En effet, même si la plupart des grandes organisations internationales ont lancé des programmes d'aides aux Maldives, pour le retraitement des déchets ou la création de parcs d'énergie renouvelable, les effets concrets sont très discrets. L'Union européenne a lancé un vaste programme d'aide portant sur 10 millions d'euros pour la période 2007-2013. « Mais nous n'avons toujours pas vu la couleur du moindre centime », regrette Mohamed Nasheed qui préfère donc faire appel au privé pour atteindre rapidement ses objectifs ambitieux : faire des Maldives le premier pays à afficher un bilan carbone neutre en 2019, tout en s'appuyant sur sa principale richesse, le tourisme.

Concrètement, plusieurs initiatives sont déjà en phase de test, comme celle du Soneva Fushi qui compte devenir le premier resort au monde à atteindre la neutralité carbone, une politique qui devra d'ailleurs s'appliquer à tous les établissements du groupe au plus tard en 2020.

Le projet est déjà bien avancé. L'île de Fushi produit, grâce à une centrale photovoltaïque, l'essentiel de son électricité. Deux jardins, un verger et un potager, fournissent la plupart des fruits et légumes consommés dans les restaurants du Soneva Fushi. Un savoir-faire que Sonu Shivdasani, le président du groupe Six Senses, est d'ailleurs prêt à partager avec d'autres groupes hôteliers.

Autre axe, pour préserver l'environnement et le capital touristique de l'archipel : les coraux font l'objet d'attentions toutes particulières. « Avec la hausse des températures, les coraux ne peuvent plus se régénérer, explique Mark Lynas, conseiller du président Nasheed en matière d'environnement. Et pourtant, ils représentent la superstructure même de ce pays. » Là encore, les initiatives privées sont fortement encouragées, à l'instar de ce que réalise le Français Thomas Le Berre. Grâce à un système innovant de structure métallique en acier recouvert de béton, il parvient à recréer des récifs coralliens mis à mal par le réchauffement climatique ou les travaux réalisés par les hôtels lorsqu'ils remodèlent les îles.

Laboratoire d'idées

Pour aider son gouvernement à atteindre la neutralité carbone, Mohamed Nasheed a d'ailleurs signé, en mars dernier, un accord de partenariat stratégique avec la Compagnie Benjamin de Rothschild et BeCitizen, le premier recherchant les sources de financement international permettant de réaliser le bilan carbone et le schéma zéro carbone des Maldives, le second définissant les modalités d'atteinte de ces objectifs. « En acceptant de se remettre en cause, le gouvernement des Maldives représente un véritable laboratoire d'idées et de stratégies pour le reste du monde », estime Mark Lynas. « La collaboration entre les Maldives, la Compagnie Benjamin de Rothschild et BeCitizen est, à plusieurs titres, un partenariat idéal, ajoute Mohamed Nasheed. Il va nous permettre de faire rapidement des avancées. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :