Le futur n°1 solaire européen Engyco veut lever 1 milliard d'euros

 |   |  392  mots
C'est un nouveau venu dans le solaire européen qui affiche des ambitions sans limite : Engyco est une société basée dans l'île de Jersey, épaulée par de grands noms européens du secteur et de la finance, qui avait annoncé viser une entrée en Bourse pour lever 1 milliard d'euros, afin de racheter des parcs solaires dans le sud de l'Europe, en premier lieu en Espagne.

C'est fait : Engyco a confirmé son intention d'entrer sur le London Stock Exchange fin avril ou début mai pour lever 1 milliard d'euros auprès d'investisseurs institutionnels.

Engyco a aussi confirmé ses projets d'acquérir des centrales photovoltaïques en opération, principalement en Espagne : elle a déjà conclu un accord pour y racheter des fermes solaires totalisant 86 MW, pour un prix d'environ 640 millions d'euros.

L'aubaine du solaire espagnol

La société explique qu'avec l'institution d'un tarif de rachat très alléchant en Espagne en 2007 et jusque fin 2008 se sont développées en Espagne des quantités de centrales solaires, d'un total de 2,5 GW, conçues souvent par des acteurs pour qui le solaire n'était pas une activité principale.

Mais depuis, les aides ont été pratiquement stoppées alors que les marchés immobilier et du BTP espagnols se sont effondrés et que le coût du capital a augmenté, « ce qui pousse beaucoup de propriétaires d'actifs solaires à désirer vendre, offrant à Engyco de très nombreux actifs à racheter à un prix intéressant ».

Or tous les projets solaires opérationnels avant le 28 septembre 2008 bénéficieront pour 25 ans du tarif de rachat de l'électricité solaire des années 2007-2008, particulièrement élevé, et en bénéficieront encore pour les années suivantes à 80%. Un investissement rentable et sans risque, souligne Engyco.

Engyco estime qu'il existe pour environ 15 milliards d'euros de projets solaires espagnols qui bénéficient du tarif de rachat de 2007-2008, et la société réaffirme vouloir en racheter à hauteur de 3 milliards d'euros dans les 3 prochaines années.

Recrutements de choix

Dans la foulée, Engyco a aussi annoncé avoir recruté un patron de taille : l'ancien PDG du groupe solaire allemand Solon, Thomas Krupke, qui a été débarqué de Solon en janvier dernier et remplacé par Stefan Säuberlich après que le fabricant allemand de panneaux et installateurs eut annoncé une perte opérationnelle de 195 millions d'euros pour 2009. Krupke prendra son poste à la tête d'Engyco en avril.

Autres recrutements, le président non-exécutif d'Engyco sera John Roberts, ex-cadre dirigeant des compagnies d'électricité South Wales Electricity, PDG d'United Utilities et directeur non exécutif d'International Power ainsi que du fonds Blackrock New Energy Investment Trust. Le vice-président d'Engyco sera Alexander Voigt, qui a été cofondateur de Solon.

Green Business - le site de référence

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :