"Le rapport Syrota demeure trop archaïque... Il ne tient pas compte de l'évolution des comportements"

Entretien avec Philippe Aussourd, président de l'association pour le développement du transport et de la mobilité électriques (Avere)
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)

Le rapport Syrota qui devrait être prochainement publié par le CAS pointe les faiblesses et le coût du véhicule électrique.

Ce rapport n'est pas totalement négatif, il admet par exemple que l'hybride rechargeable est une solution. Mais il demeure trop archaïque. Il évalue les investissements et les coûts d'exploitation d'un véhicule électrique mis entre les mains d'un utilisateur, pour aboutir à la conclusion que c'est trop cher. Mais c'est le cas de toutes les nouvelles technologies lorsqu'elles apparaissent. Au lieu d'étudier globalement la mobilité durable en tenant compte de l'évolution des comportements, ce rapport n'étudie que l'objet voiture électrique. Or celui-ci va évoluer, s'éloigner de la voiture thermique électrifiée pour devenir un autre objet, comme ça s'est produit avec le téléphone portable.

Les progrès des moteurs thermiques ne relativisent-ils pas l'intérêt environnemental de l'électrique ?

Ces progrès sont réels et vont se poursuivre. C'est une bonne chose. Mais ça prendra du temps, car les améliorations les plus significatives ont déjà été réalisées. En dehors des émissions de CO2, le véhicule électrique élimine d'autres pollutions, notamment en milieu urbain. Dans certains pays dont la Chine, il permettra de s'affranchir de la dépendance au pétrole importé. Enfin, les services de mobilité durable annexes au véhicule sont plus faciles à mettre en place dans un environnement électrifié.

Quels sont les enjeux pour la France ?

Une bataille mondiale fait rage autour de la voiture électrique. La France a un passé de grand pays automobile et doit le rester. Les initiatives récentes vont dans le bon sens ; un plan gouvernemental cohérent sur le véhicule décarboné ; l'usine que Renault va construire à Flins pour conserver la maîtrise de toute la chaîne de valeur (moteur + batteries) ; les 50 millions d'euros promis par Nicolas Sarkozy pour déployer les infrastructures dans les communes volontaires... Mais pour que le soufflé ne retombe pas, il est important de savoir regarder loin.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.