Semaine européenne de l'énergie durable : mobilisation pour l'efficacité énergétique

L'Alliance européenne pour les économies d'énergie publie son manifeste ce mercredi.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)

En 2013, un rapport doit faire le point sur les progrès réalisés en matière d'efficacité énergétique. S'il montre que l'objectif européen d'amélioration de 20 % à l'horizon 2020 risque de ne pas être atteint, la Commission proposera des objectifs juridiquement contraignants. Ce passage du « plan pour l'efficacité énergétique » publié début mars par la Commission européenne est insuffisant aux yeux de Monica Frassoni, ancienne députée verte au Parlement européen. « C'est deux ans de perdu », estime-t-elle. La jeune Alliance européenne pour les économies d'énergie (EASE), qu'elle préside, publie ce mercredi son manifeste pour l'efficacité énergétique. Avec pour principal objectif de rendre le plus vite possible contraignante l'amélioration de l'efficacité énergétique. Pour Monica Frassoni, « l'expérience montre qu'en Europe, sans cadre réglementaire clair et contraignant, on n'avance pas ». Complexe à mesurer, éclatée en de multiples petits gains réalisés par de nombreux acteurs... À l'inverse de la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la part d'énergies renouvelables (ENR) dans le mix énergétique, l'efficacité énergétique est le seul objectif du paquet climat-énergie (baptisé 3 x 20) qui ne soit pas contraignant. « Nous avons bien vu l'efficacité d'une contrainte chiffrée pour les ENR », constate Monica Frassoni.

Parlementaires de tous bords

Créée à Cancún en décembre dernier, l'EASE met ses pas dans ceux de son aînée, l'ONG d'origine américaine Alliance pour les économies d'énergie (ASE). Elle aussi regroupe des parlementaires de tous bords et des entreprises, dont Schneider Electric, Siemens ou Philips Lightings. « Nos actions visent à faire progresser l'efficacité énergétique dans le monde entier, pour des raisons économiques, environnementales, et d'indépendance et de sécurité énergétique », précise Kateri Callahan.

À Bruxelles pour cette Semaine de l'énergie durable, la présidente de l'ASE rappelle qu'en trente ans d'existence l'ONG a mesuré l'efficacité de codes de construction (tels que la réglementation thermique en France) correctement appliqués, le rôle de standards permettant de comparer les performances entre elles et la nécessité d'éliminer les distorsions de marché. Difficile, sinon, de convaincre particuliers et entreprises de l'intérêt d'améliorer la performance énergétique de leurs logements, process industriels, transports, etc. En Europe, Monica Frassoni plaide pour un objectif simple. « À partir d'une année de référence faisant consensus, chaque secteur devra améliorer ses performances de 20 % ». Côté financement, les soutiens publics sont nécessaires. Mais l'attribution de fonds européens devra se faire en fonction de critères de performance. Globalement, la mise en place d'un financement juste de l'efficacité énergétique implique « la transparence des coûts de toutes les formes de l'énergie ». Et c'est peut-être le chantier le plus complexe de tous. Dominique Pialot

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.