« Il est possible de réduire les coûts de la construction durable »

 |   |  609  mots
(Crédits : Backbuilder)
« Accélérer la construction durable ». C'est sur ce thème que s’est déroulée, la semaine dernière, l’édition 2013 de la Green Building Week dans près de 100 pays. L’occasion pour Meka Brunel, présidente de France GBC (Green Building Council) - en charge de la déclinaison française de l’événement - de partager sa vision de l’évolution du bâtiment vert en France.

Cleantech Republic : Quels ont été les moments phares de cette semaine ?

Meka Brunel : Pour nous, tous les évènements étaient importants car il faut aborder le monde du bâtiment de façon systémique : ne pas négliger les « petits efforts », surtout lorsqu'ils attestent de l'engagement et de l'implication de toute une filière. La participation a d'ailleurs été excellente, qu'il s'agisse des conférences ou des visites sur le terrain, et même plus encourageante que nous ne l'avions imaginé, ce qui est un très bon signe quant à la prise de conscience de tous les acteurs. Dans le bâtiment, les visites de chantiers ou les inaugurations* sont très importantes car elles montrent le passage des paroles aux actes.

Justement, vous annoncez vouloir accélérer la construction durable en la rendant plus accessible. On ne peut qu'être d'accord, mais n'est-ce-pas un vœux pieux ?

Pas du tout ! Comme avec toute nouveauté, il a fallu une étape d'initiation, de mise au point technologique, et des clients « early adopters » prêts à dépenser un peu plus. Mais cette phase est à mon sens terminée. Les industriels ont énormément progressé grâce à une R&D très active : des produits performants et leurs techniques de mise en œuvre sont désormais disponibles. La concurrence et les économies d'échelle vont prendre le relai pour baisser les prix. Nous abordons donc une deuxième phase, beaucoup moins technique, qui consiste essentiellement à faire sauter quelques verrous. Ainsi avons nous mis en avant cette année : la formation des professionnels et des usagers, l'organisation de la « communauté » de la filière, et enfin la non qualité. Ce dernier point est d'ailleurs fondamental car la non qualité, qu'elle soit une crainte ou une réalité, est probablement le frein le plus souvent rencontré. Et pour cause : elle impacte directement le retour sur investissement. Nous sommes donc très heureux de constater que des assureurs lancent des polices couvrant le défaut de performance énergétique. Enfin, le marché lui-même nous semble prêt : les maîtres d'ouvrage sont convaincus de l'utilité de  construire durable, y compris financièrement, et pas seulement pour suivre la réglementation.

Réglementation qui devrait évoluer à l'aune de la conférence environnementale, qui se tenait la même semaine… Quelle en est votre analyse ?

La réglementation est bien sûr nécessaire  et son évolution annoncée nous paraît très satisfaisante. Nous partageons complètement l'idée d'une croissance verte, conjuguant économie et écologique. Mais nous restons prudents et vigilants pour que les idées se concrétisent. N'oublions pas que sur les 0.5 points de croissance (ndlr : T2 2013) dont tout le monde s'est satisfait, 0.2 provenait de notre facture énergétique. C'est à dire de dépenses pures et principalement à l'étranger de surcroit. Il faut plutôt concentrer nos efforts sur l'investissement, qui produit de la valeur et des emplois en France, et sur l'aide au changement, technologique bien sûr, mais aussi - et peut être surtout- des usages. Enfin, nous attirons l'attention des pouvoirs publics sur les normes. Aujourd'hui les principales réglementations présentent des approches très différentes : GES, énergie primaire, progrès relatifs d'une année sur l'autre… Or, il y aurait à l'évidence des gisements d'économies importants dans une harmonisation des standards internationaux, que nous appelons de nos vœux. Probablement un prochain chantier pour le réseau des GBC dans le monde.

* Ndlr : L'inauguration de "Carpe Diem" à La Défense, premier immeuble de grande hauteur (IGH) certifié LEED Platinum et HQE (Haute Qualité Environnementale), a eu lieu la même semaine.

Cleantech Republic

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2013 à 0:10 :
N'oublions pas non plus "l'urbanisme durable" dont l'impact est très important !
Réponse de le 13/10/2013 à 9:24 :
Pour le moment vus le prix d'une location, il est urgent de réduire le couts des maisons. Les normes 2012 sont beaucoup trop exigeante pour le commun des Français. Le prix des maisons à fait un bon et ce surcout ne sera jamais rembourser us l'avenir qui nous attend. Le choix du type de constructions aurait été plus intelligent à faire. On est plus dans le type de maison d'avant même sans énergie renouvelable elles consomment beaucoup moins qu'avant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :