OID : « La consommation énergétique des bureaux a baissé de 4,2% en 2013 »

Au-delà du discours optimiste des promoteurs, le verdissement de l’immobilier tertiaire se vérifie-t-il également dans les chiffres ? Pour tenter de répondre à cette question, l’Observatoire de l’Immobilier Durable (OID) présentait - début décembre - son baromètre 2013 de la performance énergétique et environnementale des bâtiments tertiaires en France. Président de l’OID, Loïs Moulas revient sur les enseignements et objectifs de cet outil.

3 mn

(Crédits : Décideurs en région)

Cleantech Republic : En quoi consiste votre baromètre ?

Loïs Moulas : Notre baromètre 2013 présente les indicateurs statistiques de la performance énergétique et environnementale des bâtiments tertiaires en France, calculés sur plus de 8 millions de mètres carrés caractérisant un panel constitué par l'ensemble des membres de l'OID. Cet état des lieux annuel est un outil de suivi des objectifs du grenelle de l'immobilier

Comment cet outil a-t-il évolué depuis sa première édition en 2012 ?

Nous avons considérablement renforcé notre base de données avec une augmentation globale de 50 % sur l'ensemble des facteurs : nombre de bâtiments, surface… Nous avons également intégré la notion d'énergie finale dans le baromètre car c'est un sujet qui anime beaucoup la profession actuellement. Il est d'ailleurs intéressant de noter qu'en France, les outils de suivi de la performance restent focalisés sur l'énergie primaire alors que dans le reste du monde, les acteurs raisonnent généralement en émissions de gaz à effet de serre.

Quelles conclusions tirer des résultats du baromètre 2013 ?

La consommation énergétique réelle des bureaux présente un retrait de 4,2% par rapport aux statistiques 2012 et 1,3% pour les centres commerciaux. Ces résultats ne sont pas spectaculaires mais cela n'a rien de surprenant. L'amélioration énergétique évolue doucement car l'efficacité énergétique ne se fait pas du jour au lendemain, mais sur l'ensemble de la vie d'un bâtiment. A cela s'ajoute une difficulté conjoncturelle de lecture des résultats. La variabilité de la consommation est en effet aussi liée à l'activité économique qui influe sur l'intensité d'utilisation. Il est donc difficile de conclure à ce stade.

Dès lors, quel intérêt pour vos adhérents de participer à ce baromètre ?

L'OID met à la disposition du marché des indicateurs statistiques représentatifs de la performance énergétique et environnementale du parc français, qui permettent à ses membres de bénéficier d'un benchmark de la performance énergétique et environnementale de leur parc immobilier. L'Observatoire de l'Immobilier Durable permet ainsi, à chaque acteur, de piloter sa stratégie de rénovation énergétique et environnementale et d'identifier les bâtiments prioritaires.

Est-ce que tous les professionnels jouent le jeu ?

Les réticences de certains acteurs et le plus souvent leur non implication sur ces sujets sont liés à un manque de ressources. En effet, fournir des données annuelles de qualité sur un parc immobilier peut s'avérer nettement plus complexe qu'on le pense.

Certains pourraient également craindre que leurs données soient diffusées à des concurrents…

L'OID est un véritable acteur indépendant constitué d'acteurs privés et publics de l'immobilier. La constitution et la gestion de la base de données sont internalisées au sein de l'association. Pour ses membres, ce fonctionnement garantit la qualité du benchmark tout en préservant la confidentialité de leurs données. Afin de renforcer la crédibilité du baromètre, nous avons d'ailleurs fait réaliser cette année un audit du protocole de calcul des indicateurs par PwC.

D'autres sujets (eau, déchet, mobilité…) participent également à la « durabilité » de l'immobilier tertiaire. Pourquoi se focaliser sur l'énergie ?

L'eau et les déchets ont été intégrés dans les éditions 2012 et 2013. Même si le volume de données disponibles est encore insuffisant pour apporter des conclusions, les acteurs sont matures et donc actifs sur ces deux problématiques au sein des bâtiments tertiaires. En effet, l'eau et les déchets sont en train de devenir des enjeux du bâtiment, notamment avec la mise en place de dispositifs réglementaires comme l'annexe environnementale. Le reporting va donc suivre cette tendance.

Cleantech Republic

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.