LPR s'engage pour des palettes durables

 |   |  355  mots
(Crédits : LPR)
Le spécialiste de la location de palettes propose des produits issus de forêts certifiées.

Propriétaire d'un parc d'une dizaine de millions de palettes rouges, d'où son nom, LPR (La Palette Rouge) est désormais la première entreprise de gestion-location de palettes au monde à proposer des produits certifiés, issus de forêts gérées de façon durable. Elle vient d'ailleurs de recevoir le label PEFC (programme de reconnaissance des certifications forestières). Cette certification couronne la démarche initiée il y a dix-huit mois avec un bilan carbone réalisé sous le contrôle de l'Ademe pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre (GES) générées par son activité européenne... et les réduire. « Premier constat de cet audit : les palettes en bois sont plus écologiques, quoi qu'on en dise, que celles en plastique, explique Torsten Wolf, PDG de LPR. De plus, la gestion des palettes en pool émet environ 50 % de GES en moins qu'un système d'échange classique grâce à une optimisation du transport. » C'est forte de ce constat que LPR a engagé une démarche pour faire certifier ses activités PEFC.

avantage concurrentiel

Ses palettes rouges certifiées sont désormais fabriquées à partir de bois provenant de forêts certifiées, passées entre les mains d'un scieur, d'un fabricant et d'un loueur de palettes certifiés. Pour cela, LPR a invité tous les fabricants de palettes à adhérer au programme PEFC, entraînant une vague de certifications. De plus, les bois de réparation utilisés dans le réseau de dépôts de LPR font eux aussi l'objet d'un contrôle strict. Compte tenu de la durée de vie du parc de palettes (cinq à dix ans), LPR compte parvenir en cinq ans à un parc intégralement fabriqué en bois PEFC. D'ici là, sa certification pourrait être un véritable avantage concurrentiel, d'autant qu'elle n'entraîne aucun surcoût pour les clients, des producteurs de produits agroalimentaires pour la grande distribution. « Cette certification apporte une véritable plus-value à nos grands clients, soucieux d'afficher une stratégie développement durable, précise Torsten Wolf. À nous maintenant d'effectuer un travail d'information. » Béatrice Delamotte

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :