La Poste et ses travaux d'Hercule

Par Pierre-Angel Gay, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune.

2 mn

La Poste étonne. Sa capacité à se transformer et à résister aux vents contraires surprend. En 2009, l'entreprise a su négocier son changement de statut, endiguer la révolution du numérique et amortir le choc de la plus grave crise économique depuis 1929. Le 1er mars, après dix-huit mois de tractations avec les élus, trois journées d'action et une "votation citoyenne" de 2,3 millions de signatures opposées à sa mutation, l'établissement public est enfin devenu société anonyme.

Dans le même temps, l'existence de son réseau de 17.000 points de contact a été préservée, son financement assuré. La Banque Postale s'est ancrée dans le paysage, a absorbé l'ouverture de la distribution du livret A à la concurrence, s'est imposée dans le crédit immobilier, s'est préparée à entrer dans l'assurance dommages et le microcrédit aux auto-entrepreneurs. Jeudi, enfin, La Poste a publié des chiffres plus que rassurants : un résultat de plus de 1 demi-milliard d'euros pour un chiffre d'affaires en baisse de 2% seulement, malgré le déclin de sa principale activité, le courrier, qui a chuté de 4,5% en volume.

Pour un groupe comptant environ 300.000 salariés, dont une moitié de fonctionnaires, elle fait preuve d'une indéniable agilité. Pourtant, dire qu'elle est tirée d'affaires serait prématuré. Les chantiers à venir seront aussi importants que ceux achevés. L'ouverture de son capital à la Caisse des dépôts s'annonce compliquée. Mais ce ne sera rien face à l'obligation qui lui est faite de repenser de A à Z son activité courrier, dont près d'un tiers devrait s'évaporer entre 2008 et 2015.

Non seulement, La Poste va devoir s'imposer dans des métiers connexes, de la gestion de données à l'archivage voire dans le téléphone, mais aussi, et ce ne sera pas le plus simple, diversifier le travail de ses milliers de facteurs. Herculéen.

2 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 12/03/2010 à 11:06
Signaler
Il est de fait que l'on peut légitimement s'interroger sur le nom de La Poste, puisque la distribution du courrier n'est plus qu'une "jambe" de son activité

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.