35 heures, charges sociales, le vrai faux débat

 |   |  849  mots
DR
DR (Crédits : DR)
Par Alain Madelin, ancien ministre.

À peine une voix à gauche s'est-elle fait entendre pour proposer de "déverrouiller" les 35 heures que, profitant de l'aubaine, d'autres voix à droite ont aussitôt proposé d'échanger la suppression définitive des 35 heures contre l'extinction des allégements de charges sociales sur les entreprises. Cette proposition n'a pourtant guère rencontré d'écho dans les milieux patronaux et gouvernementaux. Il est vrai que, au fil de cinq lois d'assouplissement, il ne reste pas grand-chose des 35 heures de Martine Aubry.

Le temps a passé, le surcoût des 35 heures a été amorti par le gel des salaires et les compensations financières. Beaucoup d'entreprises y ont même gagné une organisation plus flexible du travail. Aujourd'hui, la durée effective du travail est devenue très largement contractuelle (les accords d'entreprise prévalent sur la loi), les heures supplémentaires ont été encouragées et même subventionnées. Bref, si l'on excepte la complexité du système, les 35 heures ont vécu.

De l'autre côté, les exonérations de charges liées à la mise en oeuvre des 35 heures et qui avaient vocation à disparaître au bout de sept ans ont été fondues en 2003 par le gouvernement Raffarin dans un nouveau système global d'exonération de charges sociales sur les bas salaires. C'est dire que les coûteuses exonérations de charges sociales d'aujourd'hui (22 milliards) n'ont plus aucun lien direct avec les 35 heures.

Leur remise en cause est cependant légitime car la recherche de la compétitivité par la diminution du coût du travail au travers de la baisse des charges sociales des entreprises est une faute. Dans la compétition internationale, il est absurde de chercher à faire face à la concurrence des pays à bas salaires en baissant toujours plus notre coût du travail. Il faut au contraire tirer l'économie vers le haut, vers toujours plus d'innovation et de créativité, toujours plus de qualification et de bons salaires.

Il ne s'agit pas bien entendu de nier tout problème de coût du travail. Il est évident qu'il existe - essentiellement dans les services et les industries de main-d'oeuvre - des emplois à faible valeur ajoutée qui coûtent parfois plus cher qu'ils ne rapportent et qui sont donc menacés de disparition.

Si une diminution des prélèvements sur le travail est souhaitable, elle doit provenir de la maîtrise des dépenses sociales et non de transferts sociaux. À dépenses sociales constantes, alléger les charges sociales sur les bas salaires, c'est surtaxer de fait le travail qualifié, privilégier les entreprises à faible valeur ajoutée, bref avancer dans la mauvaise direction.

Au surplus, les exonérations de charges sociales plafonnées (hier 1,7 Smic, aujourd'hui 1,6) ont un effet de cliquet qui piège plus des deux tiers des salariés français dans des revenus compris entre 1 et 1,6 Smic. Subventionner les bas salaires, c'est les multiplier et engager la France dans la voie d'une dangereuse "smicardisation". Il y a beaucoup de Gribouille dans les politiques successives d'exonérations de charges qui ont d'abord cherché à compenser les augmentations artificielles du salaire minimum par des exonérations de charges. Qui ont subventionné le "travailler moins" des 35 heures au travers d'allégements de charges pour encourager ensuite le "travailler plus" par de nouvelles exonérations de charges sur les heures supplémentaires ! Qui ont encore institué une prime pour l'emploi au profit des travailleurs pauvres pour tenter de contrebalancer les effets de la « smicardisation » tout en multipliant les niches fiscales afin d'atténuer la surtaxation du travail qualifié !

Les entreprises, dont on comprend qu'elles soient attachées à des mécanismes de subventions devenus vitaux pour beaucoup et qui ne viennent qu'adoucir les contraintes qu'on leur impose par ailleurs, devraient cependant réfléchir à une sortie prudente, progressive et négociée d'un tel système absurde, coûteux, aux multiples effets pervers.

L'idée d'un troc est habile. Pas celui qui propose aux entreprises de lâcher la proie des allégements de charges pour l'ombre d'un déverrouillage des 35 heures entré dans les faits depuis longtemps. Celui qui leur proposerait d'échanger tout ou partie de leurs allégements de charges contre une libéralisation et une modernisation du droit du travail et d'un bon fonctionnement du marché de l'emploi.

Notre droit du travail a été créé par et pour la civilisation de l'usine. Sa complexité et ses rigidités d'aujourd'hui bloquent la découverte des nouvelles formes de travail, d'emplois et de contrats d'une société en pleine mutation. Ouvrir le chantier de la reconstruction du droit du travail est nécessaire et possible si le législateur s'armait de courage pour définir plus étroitement la part d'ordre public social qui relève de la loi afin d'élargir celle du domaine contractuel. Plus de liberté contractuelle, moins de lois et subventions, voilà un bon échange gagnant-gagnant. Paradoxalement, le droit de la durée du travail dans la part de liberté contractuelle qu'il laisse aux partenaires sociaux, et dans la primauté qu'il accorde au contrat d'entreprise est à l'avant-garde de cette refondation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/01/2011 à 18:37 :
Le surcoût des 35h a peut-être été amorti mais les charges sociales restent. Il ne faut pas oublier que la protection sociale coûte 600md? et est financée à 67%, 400md?, par les cotisations sociales à la charge des entreprises. Ces charges supportées par l'emploi sont en fait une subvention aux entreprises qui produisent ailleurs et ne supportent pas ce niveau de charges sociales soit parce qu'elles sont financées différemment soit parce qu'il n'y a pas de protection sociale. La compétition est faussée avec les pays à bas salaires et les pays développés et il est nécessaire de procéder à des transferts de charge vers d'autres ressources qui pèsent moins lourdement sur le travail. Il est vrai qu'il y a besoin de mieux maitriser nos dépenses sociales quand on voit qu'on dépense 250md? pour payer des grosses retraites à des gens qui ont eu une belle carrière et ont une espérance de vie plus élevée que ceux qui ont ramé toute leur vie, qui doivent attendre 5 ans de plus que les autres pour toucher une retraite de misère et dont l'espérance de vie est bien plus faible. La justice sociale se porterait infiniment mieux si tout cet argent gaspillé pour enrichir des riches pouvait être restitué aux entreprises dont les salaires plus charges sociales plus impôts représentent plus de 70% de la valeur ajoutée pour qu'elles puissent investir dans la recherche, le développement, tout en pouvant assurer une meilleure rémunération de leurs employés. Cela n'interdit pas de revisiter notre brillant code du travail qui avec ses 3600 textes décourage brillamment toute embauche!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :