Aides à l'innovation : faut-il un guichet unique pour les entreprises ?

 |   |  578  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Par Patrick Haouat, associé gérant, Erdyn, conseil en innovation

La France dispose d'une multitude d'accompagnements financiers, humains et matériels en faveur de l'innovation. Dans ces conditions, comment expliquer que les différents bénéficiaires - industriels ou chercheurs, PME ou start-up - aient si souvent du mal à s'y retrouver ?

Il existe de nombreux organismes de soutien et au moins autant de dispositifs, tels que les acteurs liés au conseil et au financement de l'innovation (Oséo, les agences régionales de l'innovation, etc.), les acteurs du transfert de technologie (Critt, CTI, plates-formes technologiques), les instituts Carnot, les formules des contrats de recherche collaborative, ou encore différentes sources de financement nationales (FUI, ANR, Ademe...), européennes ou régionales (PCRD, Eurêka, Feder, FSE, Interreg...), etc.

Au total, on ne dénombre pas moins de 6.000 aides aux entreprises, dont plusieurs dizaines d'aides à l'innovation, chacune possédant son organisme financeur et ses modalités propres. On imagine aisément qu'un entrepreneur puisse se sentir démuni face à la multiplicité des acteurs et à la complexité des dispositifs. Un guichet unique de l'innovation pourrait être la solution, demandée depuis plusieurs années par les principaux utilisateurs de ces aides. Toutefois, la vision de « guichet unique », qui devrait remplir le double rôle d'information et d'assistance dans les démarches d'innovation, peine à trouver un écho dans la réalité et se heurte à de nombreux écueils :

- une provenance disparate des aides financières : fonds européens, CIR via l'État ou encore dispositifs régionaux (en Île-de-France, l'AIR - aide à l'innovation responsable) ;

- un manque de connaissance des différents dispositifs disponibles, localement, d'éventuels verrous politiques (guerres de clocher, enjeux électoraux...), des barrières administratives entre les différents intervenants/organismes, une absence de volonté politique d'apporter une véritable rationalisation des dispositifs.

Si le « guichet unique » est un idéal lointain, on peut cependant imaginer des avancées rapides qui feront gagner les dispositifs en efficacité. Tout d'abord, considérer l'innovation au sens large conduit à mettre l'accent sur la recherche de cohérences et de synergies entre les différents niveaux de gouvernance : local, national et supranational (au niveau européen notamment). Développer une stratégie mieux partagée pourrait amener plus de cohérence et de lisibilité aux porteurs de projets innovants.

Ensuite, les acteurs de l'accompagnement de l'innovation devraient s'interdire de « balader » de guichet en guichet l'entrepreneur ou le chercheur qui se lance dans un projet d'innovation. Substitut au guichet unique, un certain nombre de « bonnes pratiques » peuvent rapidement être définies et consignées dans une charte engageant les différents organismes d'aide à l'innovation à collaborer au service des bénéficiaires.

Enfin, il n'existe pas un instrument intrinsèquement supérieur aux autres mais une palette d'instruments plus ou moins compatibles avec les besoins de l'entreprise qui la sollicite. Continuer à proposer distinctement aux entreprises ces aides semble donc incontournable à court terme, en attendant la mise en place d'un guichet unique de l'innovation. En revanche, la première mesure des chartes de fonctionnement que nous appelons de nos voeux pourrait consister à proposer aux entreprises d'être suivies et aiguillées par le premier interlocuteur qu'elles auront sollicité, pour leur éviter d'être renvoyées de guichet en guichet. Dans la pratique, cela requiert une meilleure connaissance réciproque par tous les acteurs de l'innovation des possibilités offertes par leurs confrères au niveau local, et la mise en place de systèmes d'information dédiés, à l'échelle des régions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :